Arrivé mardi, le Premier ministre prend part, dès ce mercredi 23 octobre dans la ville russe, au Sommet Russie-Afrique. Julien Nkoghe Bekale y représente Ali Bongo, dont l’état de santé s’est amélioré, mais à qui les voyages internationaux semblent encore interdits.

Julien Nkoghe Bekale, à son arrivée, le 22 octobre 2019, à Sotchi (Russie). © DIG

 

Une quarantaine de chefs d’État africains ont été conviés à prendre part du 23 au 24 octobre au Sommet Russie-Afrique qui s’est ouvert ce mercredi à Sotchi. Parmi les rares invités à ne pas être personnellement présents à cette rencontre présentée par la Communication gouvernementale comme une «véritable plateforme d’échanges», on compte Ali Bongo. Victime d’un AVC il y a près d’un an, le président de la République, dont l’état de santé s’est pourtant considérablement amélioré ces derniers mois, y est représenté par Julien Nkoghe Bekale.

Aux côtés du Premier ministre, d’autres membres du gouvernement représentent le Gabon à ce sommet, à savoir : Alain-Claude Bilie-By-Nze (Affaires étrangères), Jean-Fidèle Otandault (Promotion des investissements), Roger Owono Mba (Économie) et Noël Mboumba (Pétrole).

Co-présidée par Abdel Fattah al-Sissi, président de la République arabe d’Égypte et président de l’Union africaine, et Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie, le sommet de Sotchi revêt une importance particulière pour le Gabon, dont les liens de coopération avec la Russie sont jugés «excellents depuis près de 60 ans». «Ce partenariat, précise la Communication gouvernementale, repose notamment sur la quinzaine d’accords signés entre nos deux pays dans les domaines économique, commercial, scientifique, militaire et des mines.»

À la faveur de ce sommet, les autorités gabonaises entendent renforcer la collaboration avec la Russie. Officiellement, durant 48 heures, les participants aborderont différents sujets tels que : l’actualité internationale et le renforcement de la coopération russo-africaine dans les domaines politique, économique, humanitaire et culturel, le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

 
 

3 Commentaires

  1. Sousa dit :

    Ce que j’aimerai être une mouche quand ce troupeau de sortants-perdants croise l’étoile montante du Gabon: madame Laurence Ndong.

    Les membranes centrales des postérieurs (rectum ou sphincter) de ce troupeau doivent se contracter au point de réveiller de graves crises d’hémorroïdes. Auront-ils pour le moins pensé à prendre des réserves de suppositoires anti-hémorroïdes ?

    En réalité, la véritable nouvelle qui n’est pas mentionné dans cet article. C’est sans contestation la présence de l’opposition Gabonaise, invitée par la Russie et représenté par l’incorruptible Laurence Ndong.

    Merci chers journaliste de nous faire un article à cet effet. Merci d’avance.

  2. Serge Makaya dit :

    Un homme illégitime à la place d’un président illégitime et DCD. Le Gabon est bien le pays du PARANORMAL. A NTARE NZAME !!!

  3. François Tellier dit :

    Ali Bongo reçoit en audiences au palais présidentiel. Ali Bongo fait quelques déplacements au Gabon. Et voilà que Ali Bongo ne peut pas se présenter en Russie. Étonnant Ali Bongo !

    Bref! Il n’est plus de ce monde. L’enfumage se poursuit. Et le peuple subit ce théâtre. C’est quand même triste, désolant de voir un peuple aussi MABOULE…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW