Annie Chrystel Limbourg Iwenga, accompagnée de ses frères d’armes natifs du 1er arrondissement de Libreville, a échangé le 26 avril avec les populations de son fief électoral. De la vacance du pouvoir aux réformes gouvernementales, elle a donné de la voix avec un regard optimiste.

Annie Chrystel Limbourg Iwenga échangeant avec les populations. © Gabonreview

 

Quelques PDGistes du 1 er arrondissement de Libreville. © Gabonreview

Présidente de la Commission permanente de la révision des textes, membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG), 2e maire adjoint de la commune de Libreville, Annie Chrystel Limbourg Iwenga a pris contact avec sa base le 26 avril. Accompagnée de ses frères d’armes, il était question pour elle d’échanger avec les habitants du 1er arrondissement de Libreville, son fief électoral, sur les questions sociopolitiques de l’heure. De la vacance du pouvoir aux réformes gouvernementales, tout y est passé.

Abordant la question de la vacance du pouvoir, à l’ordre du jour depuis la détérioration de l’état de santé d’Ali Bongo, elle a estimé que le débat n’avait pas lieu d’être. Ce qui l’a amené à rassurer les populations du 1er arrondissement de Libreville quant à «la présence effective du chef de l’état au pays». Pour elle, Ali Bongo «continue sa convalescence».

Désormais au fait des questions relatives à la gestion de la capitale gabonaise, Annie Chrystel Limbourg Iwenga a tout aussi abordé la question de l’insalubrité. Si Averda a toujours du mal à faire correctement son service, le 2e maire adjoint de Libreville a attiré l’attention des populations sur les bonnes attitudes à avoir. Nombreux sont ceux qui jettent des ordures à des endroits non dédiés, faisant ainsi le lit de l’insalubrité.  Si elle les a appelés à «faire preuve de civisme», elle leur a tout aussi demandé «de laisser le temps à la nouvelle équipe municipale pour régler définitivement ce problème». Pour elle, la question de la gestion des ordures à Libreville est l’une des questions prioritaires de l’équipe municipale.

Alors que la question de nouveaux critères d’attribution des bourses continue d’alimenter les débats, Annie Chrystel Limbourg Iwenga a demandé aux populations de «faire confiance aux autorités». La réforme qui impose désormais 19 ans au maximum et 12 de moyenne au baccalauréat pour avoir une bourse d’études ne rentrera pas en vigueur cette année et Annie Chrystel Limbourg Iwenga estime qu’après analyse, les autorités gouvernementales apporteront «des réponses qui satisferont toutes les parties».

Depuis la rencontre inaugurale du lancement du dialogue social tel que perçu par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, une partie de l’opinion émet des doutes quant aux retombées des échanges qui se feront. Pour Annie Chrystel Limbourg Iwenga, l’heure n’est pas au pessimisme. Pour elle, «le dialogue social lancé par le Premier ministre va engendrer des mesures pour le bien-être de tous les Gabonais et Gabonaises».

 
 

6 Commentaires

  1. Triste dit :

    Tout ça pour ça?,pppfff.

  2. Nzam Ata dit :

    Humm toi aussi, “c’est vrai qu’un chien peut devenir ministre”.

  3. Barbe dit :

    Du n’importe quoi, cette bande de menteurs ne cessera jamais de mentir à la population. Les questions importantes comme vacance de pouvoir sont détourner pour tromper la vigilance des Gabonais. Ce sont surtout des buveurs de vin qui viennent dans vos réunions, on peut vous donner encore 1000 siècles, les pdgistes ne pourront jamais bien gouverner ce Pays, des voleurs et menteurs qui ne regardent que leurs intérêts personnels. Menteuse que tu es.

  4. Ari dit :

    Ma soeur, tu es completement a cote de la plaque. Vous les pedegistes vous etes vraiment des gens de mauvaise foi. Comment ne pas dire avec acuite et honnetete intellectuelle la situation pourrie du pays telle qu’elle est aujourd’hui. Si tu es aveugle, restes aveugle toute seule. De grace ne prenez pas tous les gabonais pour des canards sauvages.

  5. La chute sera terrible pour ces belles femmes entretenues par le système en place pendant des décennies. Vous n’aurez pas le loisirs d’aller en occident vivre dans les appartements achetés avec l’argent du contribuable Gabonais. Vous serez soignés dans les hôpitaux que vous avez construits au Gabon….

  6. IPANDY dit :

    En quoi a t’elle rassuré? Quelle argument a t’elle utilisé GR? Elle aurait du etre assez pertinente sur l’état de santé du président: parler, par exemple, de ce que dise les medecins spécialistes dans le type de maladie dont souffre le président de la république( fatigue sévère).
    Juste du piallage?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW