Les services communication de la Présidence de la République et de la Primature du Gabon ont entrepris, le 10 octobre, un voyage de presse permettant de constater de visu, quels investissements annoncés ont été réalisés ou démarrés. Occasion pour Henri Ohayon, directeur général de l’ANGT, de décliner le fameux Schéma directeur national des infrastructures.    

Henri Ohayon, directeur général de l’ANGT - © François Ndjimbi/Gabonreview.com

A la faveur d’un voyage de presse dénommé «Les chantiers de l’Emergence», entrepris par le service de communication de la Primature et le Comité de communication de la présidence de la République (Cocom), la presse nationale et internationale est invitée, du 10 au 13 octobre 2012,  sur les grands chantiers en cours dans le pays et à rencontrer ceux qui mettent en œuvre ces chantiers de l’émergence.

Henri Ohayon, le directeur général de l’Agence nationale des grands travaux (ANGT), a donc décliné le Schéma directeur national des infrastructures (SDN), un document stratégique qui fixe les grandes orientations de l’État gabonais en matière d’infrastructures. Le DSN est «une stratégie globale de développement visant à doter le Gabon des infrastructures nécessaires sur l’ensemble de son territoire pour le développement socio-économique de l’intérieur du pays et une réelle diversification de l’économie nationale. La cohérence et la bonne réalisation de l’ensemble de ces chantiers sera assurée par la supervision et le contrôle technique et financier de l’Agence Nationale des Grands Travaux», lit-on sur le site legabon.org.

Le document a été réalisé après un diagnostic de l’existant et un choix des objectifs aux niveaux infrastructurel et économique. Les manquements constatés ont conduit à la détermination d’un certain nombre de chantiers. Notamment, la construction, entre 2012 et 2025, de 200 000 logements sociaux dans des quartiers complets. Pour la seule période 2012-2016, 37 500 logements ont été programmés qui nécessiteront 1 420 milliards de francs CFA.

Le SDN préconise également la construction et la modernisation, pour 500 milliards de francs CFA, des infrastructures destinés à l’éducation et la formation des citoyens Gabonais ; la construction pour 335 milliards de francs CFA, entre 2012 et 2016, des établissements de santé avec la création de l’hôpital central de Libreville, du centre médical d’Angondjé, d’hôpitaux régionaux à Oyem et à Mouila, mais aussi de nouveaux hôpitaux à Libreville et Lambaréné ainsi que des cliniques diverses (centre de chirurgie et hôpital traumatologie et orthopédie d’Owendo) ;  la construction de 3320 km de routes entre 2012 et 2016 pour un coût de 3000 milliards ; la construction sur la même période d’aéroports internationaux (Libreville et Port-Gentil) pour 450 milliards et de ports pour 560 milliards ; le financement, pour 380 milliards de francs CFA, d’infrastructures de télécommunications destinées à relier les principales villes du pays à la fibre optique, créer le réseau Internet de l’administration gabonaise et assurer une couverture optimale en termes de téléphonie mobile ; la «construction de 6 barrages hydroélectriques pour atteindre un taux de 100% d’électrification en 2020 et exporter vers les pays voisins», pour un coût de 1420 milliards sur la seule période 2012-2016.

Le SDN a également permis de déterminer cinq corridors. Ceux-ci sont des zones du pays ou des couloirs interrégionaux dans lesquels devront être érigés des projets structurants. Ce qui permettra d’exploiter les ressources de ces régions ou d’induire leur développement en les reliant à d’autres provinces d’évacuation (pour les matières premières) ou de débouchés en termes de marché. Au titre de ces corridors, on note le Transgabonais, la zone de gisement de fer de Bélinga, Port-Gentil, le Woleu-Ntem et tout le Nord du pays, la Ngounié et tout le Sud Gabon, Lambaréné et Franceville. Libreville est également un corridor comportant de nombreux projets.

L'Institut de cancerologie d'Agondjé - © François Ndjimbi/gabonreview.comLa journée du 10 octobre a donc permis à la presse de s’imprégner du Schéma directeur national des infrastructures et de visiter le nouveau Lycée installé dans les entrailles du Stade de l’Amitié et actuellement en phase de finalisation, l’hôpital et Institut de cancérologie ainsi que les maisons témoin, tous situés dans la zone d’Angondjé ainsi que la deuxième phase de travaux du Centre hospitalier universitaire de Libreville.

Les maisons témoin de la parcelle 1 de la cité en construction à Angondjé - © François Ndjimbi/Gabonreview.comHenri Ohayon a fait visiter à la presse les maisons témoin de la parcelle 1 de la cité en construction à Angondjé. Cette première phase qui comptera près de 700 maisons comportera des rues, des arrêts d’autobus, des jets d’eau, des arbres et espaces de jeu et d’agrément, des écoles, un shopping center, un centre administratif et des édifices pour le culte, la police, les pompiers, etc. Des maisons y sont prévues pour les célibataires ou les couples sans enfants, mais aussi pour les familles. Des habitations de luxe y sont également prévues ainsi que des espaces destinés aux immeubles à construire par des investisseurs privés. Ce qui permettra de réaliser un brassage social et culturel. Le chantier, selon Henri Ohayon, sera livré vers la fin de l’année prochaine. Les maisons seront très aérées, résistantes au feu et construites avec des matériaux innovants. Pour le reste des parcelles, la construction des logements comporte une dizaine de phases réparties en autant de zones où les travaux commenceront l’année prochaine.

Le Centre hospitalier et universitaire et l’Institut de cancérologie d’Angondjé figurait en bonne place dans le parcours proposé à la presse. Les deux structures qui partagent le même espace, étalé sur 15.000 m2, compte 168 lits, 8 bâtiments médicalisés qui se déclinent en 4 unités techniques, 8 résidences pour le personnel. Au titre l’offre médicale on compte des services médicaux de jour, la cancérologie et la médicine nucléaire (curiethérapie). Le centre compte un service des urgences, 4 blocs opératoires, 4 unités hospitalières (pédiatrie, maternité, radiologie, laboratoire, pharmacie, morgue) mais également des services généraux (cuisine, restaurant, buanderie, atelier, incinérateur, générateur, administration, sécurité). L’investissement se chiffre à 82,5 millions d’euros (environ 53,625 milliards de francs CFA). La visite s’est clôturée au CHU de Libreville, visité par le président Ali Bongo, le 7 septembre dernier.

 
 

31 Commentaires

  1. JOJO 241 dit :

    Pourquoi le centre de cancerologie est presenté comme une construction nouvelle? Je faisais déja des travaux à Agondje en 2009 que ce ensemble hospitalier était déja sorti de terre et presque fini. A l’époque, c’était déja même peint et sur la barriere figurait deja le nom. C’est 3 ans plus tard qu’on nous dis qu’il est en finalisation? 3 ans pour mettre l’équipement de pointe j’espere!!!

  2. jules obiang dit :

    Vraiment on dépense des milliards pour l’ANGT et OYayo qui ne peut pas présenter un plan d’infrastructure coherentes. Port Aeroport, des infrastructures déstinées `s l’Education tout ceci reste trop vague, imprecisnon chiffré et san chronogramme. on ennonce des géralites comme d’habitude sans avoir fait le Bilan des trois ans d’existence de l’ANGT et des projets inités et conduits à terme exemple. Les trois ponts IAI, Charbonages, Nzeng Ayong sont pas terminés. Le pont de Kango?, le Stade d’agongje n’est pas terminé, le stade Omnisport n’est pas terminé. A l’Universite Omar Bongo les capacités d’acceuil sont tjrs attendus par les étudiants 3 à 400 étudiant dans les facs en première année. Combiens de Kms de route construites par L”ANGT en trois ans ? la route du PK12 anooncée est abandonnées. et la liste est longue….. pour venir encore faire du vent, un peu de sérieux quand même.

  3. Liberté Gabon dit :

    Bonjour,
    à lire tous ces milliards, je me demande où on va trouver cet argent? Si le Gabon ne court pas finalement vers la banqueroute vus les rapports des agences de notation sur la capacité de notre pays à rembourser sa dette publique? Je suis enfin étonné de ne lire aucun projet agricole pour que notre pays puisse atteindre l’autosuffisance alimentaire et ainsi lutter contre la vie chère et favoriser le bien-être de la classe moyenne inférieure et des pauvres. Je suis keynésien certes, mais injecter tous ces milliards dans l’économie du pays alors qu’on importe presque tout ce qu’on consomme est suicidaire pour l’économie. Nous risquerons d’atteindre les taux d’inflation du Zimbabwe ou du Venezuela; une vraie illusion monétaire en perspective…

  4. le cousin du Gabon dit :

    je comprend vos crainte face a tout ces chiffre qui donne le Tournis mais je souhaiterais que nous conseillons aux conseiller du président de voir les priorité en ce moment et liberté Gabon la dit c’est la vie chère, les structures accueille dans nos université et écoles, la preuve nous sommes oblige de mettre nos petit frère dans un stade faute d’établissement pour les accueillir, le transport qui devient un case tête gabonais au rythme ou font les choses, on se vas se déplacer avec des million que dire de la sante….

  5. nababy dit :

    PARIS n’a pas été construit en un jour!

  6. demain un jour nouveau dit :

    Bonjour, je suis interpelle par plusieuers elements sur cet article:
    1/ ” La cohérence et la bonne réalisation de l’ensemble de ces chantiers sera assurée par la supervision et le contrôle technique et financier de l’Agence Nationale des Grands Travaux» donc le ministere des Tp, celui de l’Habitat, celui des Comptes publics, celui de la Promotion des investissements, celui de l’Energie.. Bref toutes ces entites sont caducs? L’angt (la presidence) supervise, contrôle et finance…et qui les contrôle eux? C’est peut etre du gout des emergents mais pas des honnetes citoyens qui contribue par leur prelevement a ce desordre organise.
    2/ que quelqu un m explique, quel est la difference entre le SDN et le PSGE (plan Strategique Gabon Emergence)?
    3/ ou sont les 1000 logements promis pour fin decembre? Comment vont il les redistribuer? Quel est l’organisme charge de les redistribuer? Quels seront les criteres d’attribution? Est ce un projet etatique ou un partenariat public/prive? Donner nous les couts d’acquisition et les modalites de remboursement?
    On est fatigue des plan, des schema, des poses des 1ere pierres, des elephants blancs, des seminaires, des ateliers, des symposium, des journees de réflexion, des etats generaux, des maquettes en 3D,
    On veut du concret. On est fatigue de vos chiffres, de vos statistiques..le gabonais en a marre…

  7. Gabao.kool dit :

    Aucun de ces types n’est Gabonais. Oyenkon a son pays qu’il aime bien, il s’en fiche pas mal du Gabon, ainsi que le reste des aliens au pouvoir qui vendent le pays et ne sont là que pour leurs interêts.

    Un type comme Oyenkon sans veritable réputation en quoi que ce soit, ne peut briller que dans le faux. Tout ce que ce monsieur dit est déconnecté. l’ANGT dont il dirige, est simplement un moyen de détournement et de contournement
    des derniers publics et du peuple Gabonais.

    Tout compte fait, depuis la mise en fonction de ce ribosome de pirates, aucun projet n’a réellement été achevé au Gabon. Par contre, nous y sommes conduit à l’assommoir des projets sans suite, ce qui fait qu’à chaque année, le budget d’investissement est détourné.

    A bien des égards, il apparaît que Oyenkon et consort ne se gênent plus d’insulter et de mentir au peuple Gabonais. Toutefois, à travers ce point-presse, Mr Oyenkon serait en quelque sorte entrain de confirmer la fin de la première phase de tout ce qui a été lancé comme chantiers depuis 2009, et confirme qu’il est désormais temps de touner cette page et de passer à la phase seconde, qui est aussi probablement incertaine.

  8. ou dit :

    NE REVEZ PAS !! NE REVEZ PAS !!

    Les gabonais n’auront aucun de ces marchés. Les gabonais sont trop nuls. Ils n’auront meme pas un franc.

    Nous les francais, le clan Bongo et nous les francs macons nous allons seul nous accaparer de ces marchés. Vous faible gabonais n’allez voir que du feu et vous allez la bloucler sinon on vous tape.

    Tous ces milliards à dépenser par le Gabon vont aller remplir le trésor francais, les bongos, les francs macons et les etrangers.

    Mieux, tous les bénéfices que vont générer ces travaux vont être rapatrié en France et à l’étranger dans nos comptes qui se sont toujours remplis que de l’argent du Gabon; Aucun gabonais ne sera millionnaire à l’issue de cet orgie.

    Nous allons vous utiliser pour les petits travaux et meme pour ces petits travaux nous allons prendre des ouest-af. Ce pays est verouillé pour ne pas enrichir les gabonais. C’est notre Gateau.

    Vous gabonais allez etre seulement spectateur de notre enrichissement personnel. C’est le seul rôle que vous avez toujours eu et que nous allons toujours vous donnez. Vous gabonais soyez spectateur et laisser nous en paix jouir de votre argent. Ne revez pas un seul instant, ne revez pas meme un peu, ne pensez pas avoir des marchés dans ces milliards qui sont les notres. Vous n’aurez meme pas une miette et vous allez la boucler.

    Vive le plus beau pays du monde vive le Gabon

    • ni lire ni écrire dit :

      c’est sur que toucher de l’argent par des avances pour ne rien fiche derrière c’est fini. Va falloir vous y faire…
      Certains Gabonais ont compris et travaillent comme dans n’importe quel autre pays : ils livrent d’abord et sont payés ensuite. Certes ce n’est pas dans les habitudes locales. Mais ceux qui ont osé s’en trouvent bien. Quant aux autres… comme vous, ils râlent… chacun son choix.

  9. Jean Essono M dit :

    Attention. Ces travaux bien qu’important risquent de créer un grand déséquilibre spatial entre LBV et le reste du pays et accélérer ainsi l’exode rural! Il faut penser à un développement harmonieux du territoire en mettant en valeur les potentialités des autres villes du pays. J’espère que ce Schéma directeur national des infrastructures prend en compte la répartition spatiale des infrastructures et des équipements et qu’il est en parfaite cohérence avec la Politique Nationale d’Aménagement du territoire à défaut du PNAT!

  10. ni lire ni écrire dit :

    Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt

    • Guy Massard dit :

      @Ni lire ni écrire. “Quand le sage montree la lune…”. Oui vous avez raison. Et je crains que vous ne vous soyez arrosé car il s’agit de regarder les choses dans le fond, d’en analyser la portée plutôt que se contenter de la forme et du factice. Une institut de cancérologie ? Sans doute… mais vous a-t-il échappé que le paludisme tue plus au Gabon que le cancer ? Vous a-t-il échappé qu’il ya une forte mortalité infantile et que, par conséquent, le santé génésique esr une urgence ? Vous a-t-il échappé que beaucoup d’enfants meurent de maladies hydriques, notamment en zones rurales et que, par conséquent, l’accès à l’eau courante est une nécessité ? Des aéroports internationaux à Libreville et Port-Gentil ? Y a-t-il d’abord dans ce pays une compagnie aérienne digne de ce nom ? Quels sont les compagnies internationales prêtes à utiliser ces aéroports ? Quelles sont les lignes internationales recensées pour faire tourner ces aéroports ? Des routes ? Oui pour desservir qui et quoi ?
      Au total, cherchez d’abord à évaluer le coût d’opportunité de ces infrastructures avant d’applaudir. Autrement dit, si on d’accord pour dire qu’il faut des infrastructures, on sait aussi qu’elles doivent correspondre à des besoins actuels ou futurs et à une stratégie de développement. Or, chacun le sait, quand Ali Bongo mise sur les infrastructures ce n’est que parce qu’il croit que c’est ainsi qu’il fera oublié son pêché originel, le coup de force électoral de septembre 2009…. Vous direz ce que vous voudrez mais le stade de l’amitié est une infrastructure et chacun constate l’usage qu’on en fait désormais. Comme quoi, même pour la CAN, il faut chercher à connaître le coût d’oppotunité…

  11. Le Petit-Fils de la Veuve dit :

    Petit bilan émergence en fin 2012

    (1) Routes et infrastructures:
    – Les 3 ponts Charbonnages, Nzeng-Ayong, IAI: INNACHEVES
    – La route NDJOLE-MEDOUMANE: INNACHEVEE
    – Les 2 voies PK zero jusqu’à NTOUM (RN1 70 km):INNACHEVEES et même ABANDONNEES?
    – Rocade PK12-Owendo: INNACHEVEE et même ABANDONNEE?
    – Route de mouila: récupération politique d’un projet qui était déjà en cours de réalisation avant 2009

    – ZES de NKOK: 1ere phase toujours INNACHEVEE.on a au moins invité R-kelly
    – ZONE Franche ile Mandji: INNACHEVEE
    – Stade d’Angondjé: INNACHEVE
    – Stade Omnisport: INNACHEVE
    – stade de Franceville: INNACHEVE

    – barrage de l’imperatrice: INNACHEVE
    – barrage FE 2: INNACHEVE
    – barrage grand poubara: heureusement que ce sont les chinois, ça avance quand même, mais INNACHEVE
    – electrification Woleu NTEM: INNACHEVE

    (2) Transports:
    – réhabiliation voie ferrée: INNACHEVEE (voire ABANDONNE)
    – construction voie ferée BOUE-BELINGA: même pas la première PIOCHE
    – terrassements nouvel aéroport de Libreville: ZERO au quotient
    – aéroport de Port-gentil: couche de peinture refaite
    – Réforme SOGATRA par ANGT: la montagne est entrain d’accoucher d’une souris (pendant ce temps les gabonais souffrent avec les taxis)

    (3) Education:
    – états généraux: bilan absolument NUL. Budget états généraux prévu pour 2012= 270 milliards, budget effectivement affecté=80 milliards. Pour 2013 Budget états généraux prévu =245 milliards. Budget effectivement affecté=130 milliards. Déficit à ce jour de plus de 400 milliards, en 2 ans, sur le programme.
    – suppréssion entrée en 6e: pilotage à vue, avec des enfants entassés au stade de l’amitié
    – effectifs des classes: toujours 70 à 90 élèves en moyenne par classe, tandis que leurs enfants sont en pension à Paris
    – école des métiers du bois: encore un reve sur papier glacé, et quelle idée d’aller le perdre en pleine brousse

    (4) Santé:
    – CHU de Libreville: INNACHEVE
    – centre de cancérologie d’angondjé: récupération politique d’un édifice déjà construit avant l’émergence
    – accouchements des femmes de Libreviile: TOUJOURS à même le sol comme dans les années 1930, avec en prime les sage-femmes mal éduquées
    – les médicaments: TOUJOURS détournés à la CNSS

    (5) logements:
    – ANGONDJE: bilan: 2 maisons témoins en préfabriqué
    – Lotissements BIKELE: INNACHEVE
    – lotissements dans les 9 provinces: QUI en parle même?
    – Titre foncier en 6 mois: On attend toujours
    – 5.000 logements: on nous fait les émissions télévisées, mais aucune maison ne pousse

    (6) bonne gouvernance:
    – les voleurs de la BEAC: courent toujours
    – les voleurs de la CNSS: courent toujours
    – les voleurs du Conseil des Chargeurs: courent toujours
    – les voleurs d’Air Gabon: courent toujours
    – les voleurs du FODEX, qui ont eux même avoué: courent toujours
    – les voleurs de Gabon Télécom à l’époque: courent toujours
    – les voleurs des fetes tournantes: courent toujours
    – les fraudeurs identifiés après l’audit de la fonction publique: courent toujours
    – les commanditaires des crimes rituels: courent toujours

    Je crois qu’à un moment il faut savoir s’arreter. Et mettre une femme de poigne au pouvoir.

    • ni lire ni écrire dit :

      Nous ne sommes pas d’accord sur tout, mais permettez moi de rendre hommage, pour une fois à l’effort de clarification que vous avez fait dans ce post. Je me plains assez souvent du flou de certains opposants pour ne pas saluer ceux qui comme moi veulent aller au fond des choses. A F. Ndjimbi de vérifier vos conclusions et de les comparer a ce que les services de presse du pouvoir lui montrent. Et puisqu’il est avec eux jusqu’à Samedi, si j’ai bien compris le début de son article, il pourra même keur remettre votre liste.

    • Encore eux dit :

      Je pense que vous avez tout dit. Bravo!!

  12. demain un jour nouveau dit :

    Je pense que pour la plupart ici nous sommes gabonais et voulons le meilleur pour notre pays, qui ne serait pas content d’atteindre les 100% d’electrification? Qui ne serait pas heureux d’avoir des structures hospitalieres a moins de 1km de chez soi fournis en equipement, en medicament et en personnel qualifie! Tous ces projets sont bien penses. Mais qu’en est il de leur programmation et de leur execution? Pourquoi mettre de cote l’agriculture et l’elevage quand on connaît les problèmes que nous vivons au quotidien! Pourquoi ne pas favoriser et stimuler la montee d’une classe d’homme d’affaire gabonais viable et volontaire capable grace au reseau de leur pme de stimuler la croissance de ce pays? Enfin, les gros chiffres c’bien mais ils vont trouver tous ces milliards la ou? Quand on sait que la plupart des grosses entreprises et les principaux fournisseurs de l’Etat ne sont pas reglees? ou vont ils trouver cet argent quand on sait qu’on vient d’abaisser la note du Gabon car elle ne paye pas regulierement le service de sa dette? Ou vont ils trouver cet argent quand que certaines ambassadeurs sont menaces d’expulsion? Enfin soyons realiste, pragmatique mais surtout pas pessimiste! Il y a fort a faire, le SDN c’est bien mais regardons la verite en face et disons nous la verite. La crise financiere existe, le manganese et l’uranium ne se vendent plus bien; nos reserves petrolieres s’amenuisent, dans 20 ans a ce rythme il n’y en aura quasiment plus;

  13. ni lire ni écrire dit :

    Je pense que tout ces commentaires partisans montrent à quel degré de mauvaise foi certaines personnes sont capables d’aller. Je ne me prive pas de critiquer ce qui va mal dans ce pays. Lisez mes autres posts. Mais quand un journaliste en qui ils ont suffisamment confiance pour venir régulièrement sur son site leur dit qu’il a vu de ses yeux des choses qui progressent, tout ce qu’ils trouvent à faire c’est encore critiquer.
    Moi je voudrais poser une question à François Djimbi : avez vous le sentiment que dans ces visites on vous laisse tout voir? On répond à toutes vos questions? Ou bien sentez vous, avec votre experience de journaliste qu’on ne vous montre que des maquettes et des projets qui ne verront pas le jour? Sincèrement, ça m’interesse. En gros, et excusez ma subjectivité : est ce que le pays n’avance pas, ou est ce qu’il avance, mais pas assez vite et pas partout?

    • Luc Lemaire dit :

      Je me permets de répondre à la place de François Ndjimbi qui est en reportage aujourd’hui encore avec le Cocom. Ce “voyage de presse” est censé durer plusieurs jours et il est encore difficile de répondre à votre question. Il faudra certainement attendre un peu avant que nous ne fassions un bilan. Mais cela viendra, bien entendu.

    • Guy Massard dit :

      @Ni lire ni écrire. Etes-vous membre de la cellule de veille basé au bord de mer et placée sous la tutalle d’un ancien ambassadeur du Gabon au Maroc ? Votre acharnement à tout justifier ou tout défendre laisse penser en tout cas que vous êtes rétribué pour réagir…. Pourquoi organiser une tournée avec la presse pour montrer les infrastructures ? Que je sache, les infrastructures sont à usage public. Donc, ils sont construites et achevées selon les normes, on le constatera de nous-mêmes et on pourra aviser en connaissance de cause. Or, que vous le vouliez ou non, là nous sommes en face d’une opération de communication. Et qui dit communication ndique qu’il ya un problème à résoudre, une contrainte à lever, une distorsion à corriger….. Maintenant si vous le voulez, je vais tout vous dire : cette opération ne vise qu’à vouloir légitimer Ohayon, à montrer qu’avec lui les choses bougent…. Mettez en raisonnace le discours d’Ali Bongo devant le congrès du Parlement avec (1) le passage de Liban Soleiman sur le RTG pour la toute première fois, (2) la visite des fameux chantiers et vous comprendez le sens de tout cela, à savoir défendre bec et ongle contre toute logique une bande de rastaquouères affidés

  14. demain un jour nouveau dit :

    @ni lire, ni ecrire Permettez moi de juger vos analyses et vos interventions: mais il me semble que ou vous ne vivez pas au Gabon, ou vous etes d’une classe (ou une caste) superieure,celle des 3% qui profitent de la majorite des richesses du Gabon, ou vous etes payes pour defendre bec et ongle le systeme.
    Je n’arrive pas a comprendre pardonnez mon ignorancer et ma naivete que vous arriviez a defendre tout objet même quand les propres tenants de l’emergence se trouve face au desastre de leur actes. Je prends ici pour exemple la visite de la 1ere dame au Chl et a la baie des cochons. Quel horrible spectacle que ces meres a même le sol attendant d’accoucher .. Et la nous sommes en 2011 pas 1911..le cautionner vous? parlons des coupures d’eau et d’electricite, parlons des quartiers enclaves menaces avec les pluies torrentielles actuelles, parlons de ce reportage dans l’Union (votre quotidien de propagande)de ces familles a Sotega qui pechent dans des caniveaux des silures qui se nourrissent d’excrements cela afin de nourrir leur familles.. Sincerement Ni lire, ni ecrire le stade de l’Amitie est il acheve? Ou en est on avec la zes de Nkok? Et les universites de Mouila et Pog? Les 5000 logements en sont ou? Bref, si tout va bien dans votre monde dans le notre il y a vraiment peril en la demeure, et la sagesse veuille que l’on ne joue pas au medecin après la mort avec son peuple..

  15. Marshall dit :

    Huuummmmmmmmmm ! Je vois et je sens un parfum de transparence, c’est bien. l’émergence à de la valeur très ajoutée.

  16. Encore eux dit :

    Je me demande comment vont ils faire pour financer tous ces projets? ou en outre, c’est juste un fait d’annonce, comme toujours…

  17. nababy dit :

    @u petit fils de la veuve! tu fais une analyse banale de la situation economique du pays! tu parle des projets inachevés mais cela signifie que s’est en cours, tu parle des projets abandonnés mais cherche le pourquoi! exemple l’agrandissement de la route pk5-pk13 en deux fois deux voies demande aux riverains des abord de cette route et pourtant indemmisé de deguerpir!!! tu fais des analyses sans tenir compte des realités et des mentalités des populations.!

    • Le Petit-Fils de la Veuve dit :

      @Nababy

      Je parle des projets innachevés et tu trouves que c’est “banal”, car, dis-tu, cela signifie que ces projets sont en cours.

      1. Un projet innachevé reste un projet INNACHEVE

      2. Précisement, ce qu’on appelle “Eléphan Blanc” revet exactement la définition que tu confesses: projet innachevé

      3. Projets abandonnés: tu me demandes de chercher moi même les causes..Je suppose que tu plaisantais.C’est l’Etat qui doit rendre compte aux populations sur la destination que prend chaque centime publique.

      4. bizarrement tu ne dis rien sur les voleurs de la république qui courent toujours? le déficit des états généraux de l’éducation (400 milliards en 2 ans)? les 5.000 logements au point mort? les transports veritables calvaires quotidien? Les femmes gabonaises qui accouchent par terre en plein Libreville comme en 1930?

      • Le fils de la Veuve dit :

        @Le Petit-Fil de la Veuve. Selon une étude de la Banque mondiale, une femme en Afrique coure autant de risques de mourrir en pleine couches qu’une femme en Europe au XIXè siècle. Deux siècles de retard ? Tout simplement glaçant !!!! Oui glaçant !!!
        “éléphant blanc” ne signifie pas “projet inachevé”. C’est plutôt un projet mal dimensionné dont la rentabilité est sujette à caution.
        Certes les émergents lui ont donné un autre sens comme ils font avec tout mais ce n’est nullement son sens…
        Bien à toi cher fils

  18. Detournement budget investissement dit :

    ça fait depuis 3 ans que BONGO fils est au pouvoir par les berets rouges qui ont pris l’assaut au palais de la democratie en 2009.

    Voici ce qu’il a géré comme budget au gabon :
    2009 : 2096 milliards de CFA
    2010 : 2100 milliards de cfa
    2011 : 2300 milliards de cfa
    2012 : 2700 milliards de cfa
    2013 : 3200 milliards de cfa

    Budget d’investissment de la république gabonaise

    2009 : zéro milliards de cfa, l’argent du budget a servi a payer
    l’enterrement de bongo et de sa femme
    2010 : 756 milliards de cfa
    2011 : 850 milliards de cfa
    2012 900 milliards de cfa
    2013 : 1100 milliards de CFA

    Evolution de la dette gabonaise
    2009 : 300 milliards de cfa
    2010 : 400 milliards de cfa
    2011 : 425 milliards de cfa
    2012 : 490 milliards de cfa
    2013 : 500 milliards de cfa

    Evaluation des dépenses d’investissment en 4 ans de mandature

    Tentative de création d’une compagnie aerienne 100 milliards ont été détournés sur ce dossier
    Participation au capital d’Eramet en 2010 : 400 milliards de CFA
    Projet CAN 2012 : 400 milliards de CFA (financer pendant 4 ans sur les budgets de 2007 à 2011).
    Projet des routes : 300 milliards de cfa (300 km de routes bitumées)
    Projet hopitaux (agondje, owendo et lambarene) 110 milliards de cfa
    Projet d’électrification 150 milliards de cfa
    Projet des logements 300 milliards de cfa (voté chq année dans le budget du ministère de l’habitat)
    Projet d’eau potable 0 milliard de cfa
    ZES de NGOK 103 milliards de cfa
    Projet de construction et renovation des hopitaux 60 milliards de CFA
    Projet de construction des salles des classes et de renovation des universités 33 milliards de cfa
    Projet palais de la cours constitutionnelle 30 milliards de cfa
    Projet dépenses CNAMGS 100 milliards de cfa
    Projet raffinerie de port gentil : 700 milliards de cfa
    Projet usine de manganese : 300 milliards de cfa
    Projet création des agences : 300 milliards de cfa
    Projet du port de Mayumba : 50 milliards de cfa
    Projet pont de Mayumba et de Kango : 30 milliards de cfa
    Projet achat des 4×4 aux fonctionnaires en 3 ans : 400 milliards de cfa
    Financement occulte du parti democratique gabonais en 3 ans : 200 milliards de cfa (200 representations du pdg sur la scene nationale et internationale).
    Affaire CIRDI en 2010 120 milliards de cfa (verdict du Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements)
    Achat d’un appartement sompteueux à Paris par acrombessi 65 milliards de cfa
    Projet olam à oyem : 70 milliards de cfa
    Don au japon en 2010 : 1 milliards de cfa
    Don en somalie : 1 milliards de cfa
    Prêt de la BAD pour financement des 3 universités : 157 milliards de cfa (détournés)
    Excédents pétroliers de 2008 : 600 milliards de cfa (détournés).

    Il faut noter que les sommes affichées dans certains projets sont partagées entre l’état gabonais 30 % et les bailleurs internationaux 70 % des sommes!

    Ce qui nous amène à faire ce bilan, c’est la campagne médiatique du gouvernement de l’emergence ces derniers temps.
    En réalité il y a un véritable détournement de fonds publiques sur les budgets d’investissements de ces 3 dernieres années au GABON.
    Sur un total de 2600 milliards d’investissements en 3 ans, il n’y a que 900 milliards de cfa qui ont été réellement utilisés. La différence a été détournée par Ali Bongo Ondimba et son réseaux mafieux.

    Tenez je mets qui conque au defis, il n’y a aucun projet de fourniture d’eau à Libreville dans le programme de l’emergence. Pourtant depuis la mort de Bongo père les gabonais n’ont pas d’eaux chez eux (depuis 4 ans). Cette situation est faite expressement car cela devrait être une priorité sur les budgets Mais on préfère injecter 247 milliards en 2013 pour construire un centre commercial au port mole que de fournir de l’eau au Gabon. C’est ça l’intelligence des conseillers de l’emergence!

    On dilapide l’argent sur des projets non prioritaires au gabon …

    Nous allons forcément vous juger tôt ou tard.

  19. Caprice de la marche dit :

    Sans comentaire

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW