A l’occasion de la journée internationale des familles, organisée le 15 mai, la Première dame du Gabon, Sylvia Bongo, a devisé avec les populations du Cap Esterias et de la «Baie des cochons», quartier sous-intégré en plein centre-ville de la capitale. Cette visite a permis à l’épouse du chef de l’Etat de s’enquérir des risques sanitaires auxquels ces populations sont exposées et des problèmes sociaux qui les affectent au quotidien.

Sylvia Bongo Baie des Cochons Gabon Libreville

«La proximité avec les populations est une priorité pour moi. Ces visites me permettent de m’imprégner de vos besoins et d’adapter mes projets pour vous accompagner efficacement et durablement», a indiqué la première dame.

A ce titre, Sylvia Bongo a déploré les conditions de vie de ces familles exposées à tout type de risque et la situation d’isolement dans laquelle elles se trouvent. Elle a notamment constaté que ces citoyens ne bénéficient pas d’une écoute active de la part des autorités et qu’aucune action concrète n’est prise pour subvenir à leurs besoins les plus immédiats, notamment dans le domaine de la santé.

Aussi, la première dame a mis l’accent sur l’intérêt pour les parents d’encourager leurs enfants à apprendre et la nécessité, pour les populations, de se constituer en associations pour faire entendre leurs préoccupations et répondre, à leurs niveaux, aux difficultés auxquelles elles sont confrontées. «C’est en réunissant nos efforts qu’on devient plus fort, j’insiste sur ce fait», a-t-elle affirmé.

Par ailleurs, cette visite a été l’occasion pour la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille de distribuer plus de 1000 trousses médicales familiales contenant les médicaments essentiels pour soigner les infections les plus répandues, aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant, comme le paludisme, la diarrhée, les parasitoses, les douleurs et les fièvres.

«L’objectif de ces trousses médicales familiales est de sensibiliser au bon usage du médicament et d’inciter les parents, en particulier les mères, à se montrer encore plus responsables. Elles ont la responsabilité de la bonne utilisation des médicaments, de leur conservation, mais aussi de l’assainissement du milieu environnemental de leur famille», a expliqué la Fondation.

Proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution du 20 septembre 1993, la journée internationale des familles est une manifestation qui reflète l’importance que la communauté internationale attache à la famille, cellule de base de la société, ainsi que l’intérêt qu’elle porte à la situation des familles dans le monde. Cette journée est censée inciter les gouvernements à porter leurs efforts sur la politique familiale. C’est une occasion de mieux comprendre les problèmes que connaissent les familles et stimuler les initiatives appropriées. Cette année elle a été commémorée sous le thème «Assurer l’équilibre entre le travail et la famille».

 
 

3 Commentaires

  1. Jules Obiang dit :

    AKaaa, depuis trois ans déjà aux cotés de son époux de Président , ils sont encore seulement à ” s’imprégner des besoins et à adpter les projets”. L’action et les réalisations concretes c’est pour quand ?. en 2016 ?. Beuf.. faut pas se moquer des autres comme ça à la baie des cochons. Juste une opération de com. et puis des petites trousses medicales sans voir ce qu’elle contiennent au lieu de doter les hopitaux de médicaments pour tous c’est vraiment inquietant et surtout un don d’OLam la pub d’une entreprise étrangère par l’épouse d’un Chef d’Etat Gabonais. au Gabon vraiment c’est un drole de pays. même pas faire la pub de Mika services… comme disent les Nzebis boolooooooo”/

  2. Citoyen libre dit :

    «La proximité avec les populations est une priorité pour moi. Ces visites me permettent de m’imprégner de vos besoins et d’adapter mes projets pour vous accompagner efficacement et durablement», mais quels sont les projets de son Epous ?

  3. Le vrai dit :

    “Jules Obiang est manifestement un pseudonyme pour certains sur le Net. Il existe cependant des gabonais dont c’est le nom et le prénom. Parmi ces derniers, il y en a qui n’auraient certainement pas écrit ce genre de texte. Au moins par respect pour la première Dame et pour l’institution qu’elle représente.
    Assurément, Internet est le lit du meilleur et du pire. Heureusement, le meilleur l’a déjà emporté.

    Un vrai Jules Obiang”

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW