Réunis en assemblée générale extraordinaire élective, le 27 juin à la salle d’apparat du tribunal de Libreville, les membres du Syndicat national des greffiers du Gabon ont procédé au renouvellement du bureau exécutif de leur structure pour les deux prochaines années.

Le nouveau président du Synagref, Marcel Edgard Bouchard Mandji au micro le 27 juin 2019. © Gabonreview

 

Les membres du nouveau bureau du Synagref. © Gabonreview

Le syndicat national des greffiers du Gabon (Synagref) a un nouveau bureau exécutif présidé par maître Marcel Edgard Bouchard Mandji. Cette nouvelle équipe composée de dix membres a été élue à main levée, lors de l’assemblée générale du 27 juin, pour un mandat de deux ans renouvelable une fois.

Le renouvellement du bureau national du Synagref s’est déroulé en présence de quelques membres de l’Union syndicale de l’administration publique, parapublique et privée (Usap) et d’une soixantaine de greffiers. Après l’adoption du bilan du bureau sortant présenté par Me Georges Boupenga, l’ex-président du syndicat, l’assemblée a élu la liste portée par maître Marcel Edgard Bouchard Mandji.

«Nous, nous présentons comme le bureau de l’unité, parce que nous pensons que c’est seulement grâce à l’unité de notre corporation que nous allons atteindre les buts fixés. Il n’y a plus de place pour l’individualisme dans le greffe. Il y a simplement la place pour une seule famille : celle des greffiers, et c’est nous. La vision que mon équipe et moi portons est axée sur deux principaux axes. Le premier concerne la corporation et le second concernant le Synagref. Nous voulons le bien et l’évolution de notre corporation, sauf que nous semblons stagner» a déclaré Marcel Edgard Bouchard Mandji.

Georges Boupenga et son bureau affirment passer le flambeau avec l’assurance d’un bilan positif. Ceci se justifierait par l’aboutissement de certains points inscrits dans le cahier des charges, notamment  le salaire de la promotion 2017, l’intégration des promotions 2015, 2016, 2017 ; l’établissement des cartes professionnelles et l’adoption de certains textes administratifs dont le statut particulier des greffiers actuellement en réécriture au niveau du ministère.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW