Après avoir échangé avec le directeur général du Commerce, les syndicats de commerçants qui devaient entamer un mouvement de grève ce 16 décembre ont accepté d’entrer en négociations à la même date.

Les commerçants de Libreville au sortir d’une rencontre, en novembre 2019,  à la chambre de commerce de Libreville. © RFI

 

La grève programmée pour ce lundi 16 décembre par l’un des syndicats des commerçants de Libreville n’aura plus lieu. Les commerçants affiliés à l’Union syndicale des acteurs du commerce (Unsac) avaient décidé, la semaine écoulée, d’entrer en grève dès ce lundi 16 décembre pour protester contre le prélèvement intempestif des taxes, doublé de rackets opérés, selon eux, par des agents municipaux. Cette grève devait tenir jusqu’au mercredi 18 décembre afin d’amener les pouvoirs publics à prendre la mesure de la situation à laquelle sont confrontés les commerçants.

Pour désamorcer cette crise, le directeur général du ministère du Commerce a reçu, le 14 décembre, une délégation des commerçants. Cette rencontre a permis de s’accorder sur le principe d’ouvrir des négociations entre les deux parties. «Si le ministre du Commerce a essayé de regarder dans le sens de ce que nous revendiquons, c’est déjà une opportunité qui nous amène à penser que nous sommes en de bonnes mains», a estimé Jonas Mouguengui, secrétaire général de l’Unsac.

Selon le directeur général du Commerce, Jean François Yanda, les revendications des commerçants «ont un caractère transversal» d’autant plus que «les ministères sont nombreux à être impliqués dans les contrôles» décriés. «Le caractère transversal fait en sorte que le ministre du Commerce sera obligé de saisir le Premier ministre pour qu’un arbitrage soit fait à ce niveau», a-t-il déclaré. Les deux parties ont convenu d’enterrer la grève et d’entamer les négociations dès ce lundi 16 décembre.

De son côté, la Confédération gabonaise des syndicats des commerçants qui jugeait cette grève inappropriée, campe sur sa position et appelle les commerçants à la vigilance. «Les autorités ne sont pas les adversaires des commerçants, les autorités sont des partenaires de commerçants et en tant que partenaires, on doit avoir des démarches responsables afin qu’on soit écouté par les autorités. Car c’est avec l’ensemble des administrations qu’on peut trouver des solutions pérennes», a déclaré au cours d’une conférence de presse, le 14 décembre, Abbas Nziengui, secrétaire exécutif de cette confédération.

 
 

1 Commentaire

  1. […] article Taxes municipales : La grève du 16 décembre s’évanouit est apparu en premier sur Gabonreview.com | Actualité du Gabon […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW