Le Gabon prend part à la 7e édition de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad 7), du 28 au 30 août, à Tokyo. Un rendez-vous au cours duquel le pays affichera sa volonté de renforcer sa coopération avec le Japon, notamment dans les sciences, les technologies et l’innovation (STI).

Le Gabon souhaite renforcer sa coopération avec le Japon dans les STI. © gdb.voanews.com

 

La 7e édition de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad 7) s’est ouverte le 28 août à Yokohama, au Japon, sous le thème «Faire avancer le développement en Afrique par les personnes, les technologies et l’innovation». Si Ali Bongo est absent à ce rendez-vous qui réunit 4500 participants, le Gabon n’en sera pas moins représenté par une forte délégation, conduite par le ministre des Affaires étrangères.

Son collègue de l’Enseignement supérieur prendra la parole durant le dialogue ministériel Afrique-Japon sur les sciences, les technologies et l’innovation (STI) selon les objectifs de durabilité. Selon Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, ce dialogue devrait permettre d’initier et renforcer la coopération Japon-Gabon en particulier pour l’utilisation des STI pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) et les collaborations en recherche entre institutions japonaises et gabonaises.

«Il est opportun de rappeler l’importance de la modernisation de l’enseignement et de la formation, qui requière la mobilisation des nouvelles technologies et l’implémentation des questions scientifiques pour la dématérialisation de l’enseignement supérieur au Gabon», a confié le membre du gouvernement.

La Ticad a été inaugurée en 1993 afin de promouvoir un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et leurs partenaires, dans le domaine du développement. Avec la TICAD, le Japon occupe une place centrale dans la promotion d’un dialogue international pour le développement de l’Afrique. Depuis le lancement de la première conférence, la nation nippone a déjà accordé plus de 20 000 milliards de dollars d’aide publique au développement aux pays africains.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW