Perçu comme le parent pauvre de la politique de développement du Gabon, le tourisme semble être à nouveau classé parmi les priorités du gouvernement, qui lui consacre depuis janvier un département à part entière.

Marie Rosine Itsana, pour relancer le tourisme gabonais. © D.R.

 

L’année 2019 serait-elle celle de la relance du tourisme au Gabon, après que ce secteur a été relégué presque au dernier plan pendant plusieurs années ? Certains veulent y croire et répondent par l’affirmative. Au gouvernement, l’on est d’ailleurs convaincu de ce que la nomination, en janvier, de Marie Rosine Itsana est la preuve que le chef de l’État a placé le développement du tourisme parmi les priorités de son second mandat. D’autant que ces dernières années, avant la nomination d’un ministre exclusivement dédié au secteur, le tourisme était un «simple» démembrement d’autres «grands» ministères, à l’instar de celui du Budget ou de la Culture. Aujourd’hui, la donne semble être en passe de changer.

Un mois après sa nomination, Marie Rosine Itsana envisage déjà de concevoir «une feuille de route». Le but étant de renforcer la compétitivité de la filière du tourisme dans le pays. Pour ce faire, la ministre a initié récemment une série de rencontres avec les bailleurs de fonds susceptibles d’accompagner le Gabon, y compris sur le plan technique. Les structures publiques, dont l’ANPN, celles du privé intervenant dans le secteur, à l’instar d’OLAM et des agences de voyages, ont également pris part à ces réunions.

Le gouvernement dit compter sur ces potentiels partenaires pour appuyer ses actions devant contribuer «à promouvoir efficacement la destination Gabon». En 2010, les autorités gabonaises n’avaient pas caché leur volonté de «positionner le Gabon comme une destination de référence en matière de tourisme durable». Cette ambition est d’ailleurs inscrite parmi les 21 objectifs stratégiques à atteindre pour faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025.

Le Projet de loi de finances 2019 examiné par le Senat prévoit plusieurs avantages cette année pour le tourisme. Le secteur est notamment l’un des rares, avec la Zerp de Nkok, à bénéficier d’exonération d’impôts, droits et taxes, y compris en douanes.

 
 

No comments

Be the first one to leave a comment.

Post a Comment


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW