Faute de stratégie nationale, le tourisme au Gabon a eu du mal à décoller. Pour donner au secteur un nouveau visage, des “Rencontres nationales du tourisme” seront organisées les 22 et 23 juin prochains. Elles permettront de valider la stratégie nationale du tourisme préparée du 22 au 24 mai, au cours des travaux préparatoires ayant donné lieu à plusieurs recommandations.

Marie-Rosine Itsana recevant le rapport des travaux. © Gabonreview

 

Lancés et clos par le ministre du Tourisme, Marie-Rosine Itsana, les travaux préparatoires aux rencontres nationales du Tourisme se sont déroulés du 22 au 24 mai à Libreville. Abordés à travers six thématiques, ces assises ont donné lieu à des recommandations devant être prises en compte pour la validation officielle de la stratégie nationale du tourisme au cours des rencontres nationales annoncées pour les 22 et 23 juin prochain. C’est du moins ce qu’a indiqué Marie-Rosine Itsana. «Nous voici enrichis d’une démarche pertinente issue d’un travail collégial qui servira aux Rencontres nationales du tourisme que nous comptons organiser les 22 et 23 juin prochain pour valider officiellement notre stratégie nationale et donner un visage à une stratégie», a-t-elle déclaré.

Officiels à la cérémonie de clôture. © Gabonreview

Pour elle, les recommandations sont pertinentes et prennent en compte la problématique du secteur. Au nombre des recommandations, la mise en œuvre et la coordination d’un cadre juridique et fiscal incitatif à l’investissement du secteur, la création d’un fonds de développement touristique s’appuyant sur les sources et procédures d’autofinancement innovants, l’instauration d’un dialogue public-privé pour la promotion de la destination Gabon, la redynamisation et la réhabilitation du système d’information touristique et du compte satellite tout comme la création d’un observatoire du tourisme.

Les participants souhaitent également que soit adopté le schéma national d’aménagement et de développement du territoire défini en 2014, la prise en compte des besoins du secteur tourisme dans le schéma directeur national des infrastructures, l’élaboration d’une politique d’aménagement des infrastructures nécessaires au développement du tourisme. Il a tout aussi été recommandé l’attribution de titres fonciers au ministère du Tourisme tout comme l’établissement de la déclaration d’utilité publique (DUP) à l’extérieur des parcs nationaux et propriétés.

Les participants à la cérémonie de clôture. © Gabonreview

À cela s’ajoute l’identification et des établissements et des activités touristiques pour une meilleure visibilité de la fiscalité liée au tourisme, l’identification des taxes prélevées auprès des établissements touristiques et dans le cadre des activités touristiques. Les opérateurs du secteur ont dans cette optique demandé la réduction de la TVA sur les établissements et activités touristiques, la mise en place d’une taxe flexible et incitative pour les nouveaux acteurs du secteur, la création d’un guichet unique pour le tourisme concernant toutes les taxes et contrôles.

Pour un meilleur positionnement du tourisme au Gabon, les participants préconisent de favoriser le développement de l’écotourisme et du tourisme événementiel tout en encourageant les autres segments du tourisme. Dans ce cadre, ils ont recommandé l’identification du potentiel touristique de chaque province, la création d’une marque Made in Gabon ainsi que la validation du Label Unesco du parc national de la Lopé.

Les différentes parties prenantes ont également pensé à la formation aux métiers du tourisme ainsi qu’à la mise en place d’un portail numérique bilingue, la mise en œuvre du projet “Sitour”, pour une disponibilité des données statistiques dans le domaine du tourisme.

 
 

2 Commentaires

  1. Che Guevara dit :

    30 ans qu’on parle du tourisme au Gabon. Et on en est encore à des balbutiements. L’incurie du système BONGO-PDG n’a pas de limite.

  2. Bikoro Ndemezo'o Albert Diddy dit :

    On a toujours dit que “le développement ne se décrète pas” si l’État veut véritablement promouvoir un secteur économique aussi facile à développer comme le tourisme au Gabon, il faut organiser un dialogue réaliste et sincère du PPP conviant tous les promoteurs avérés en la matières ; surtout ceux qui disposent des études et évaluations des programmes projets tourisme au Gabon ; ce n’est que dans ce cadre qu’on pourra adopter un principe de mise en oeuvre des projets de développement du tourisme au Gabon ; il faut pas oublier le tourisme peut croître le PIB au Gabon de 7% en moins de 10ans, les investisseurs ne manquent pas mais un peut d’organisation seulement

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW