Spécialisée dans la collecte, le transport et l’incinération des déchets biomédicaux, cette entreprise a récemment présenté et offert ses services aux établissements de santé.

Boris Abessolo face à la presse. © D.R.

Boris Abessolo face à la presse. © D.R.

 

Libreville a récemment abrité une conférence sur la gestion des déchets biomédicaux. Animée par des professionnels de la santé et de l’environnement ainsi que des responsables de la société Incinex Zerp, spécialisée dans l’incinération des déchets biomédicaux, cette rencontre a permis de sensibiliser les responsables des établissements de santé sur la nécessité de porter un regard plus attentif à l’élimination des déchets biomédicaux.

Deux plans de la conférence de presse. © D.R.

Deux plans de la conférence de presse. © D.R.

En effet, ces résidus, qui ne représentent que 15% des déchets en milieu hospitalier, sont potentiellement dangereux pour la population et l’environnement. Or, il s’avère qu’une grande partie des centres hospitaliers et autres établissements de santé de la capitale ne savent pas comment les traiter. Face ce problème, Incinex Zerp a présenté et offert ses services.

Créée en décembre 2015, cette entreprise est spécialisée dans la collecte, le transport et l’incinération des déchets biomédicaux. Selon son gérant, son usine d’incinération est en cours de construction au sein de la Zone économique à régime privilégié de Nkok (Zerp). «Notre objectif sera d’assurer la sécurité de la population et de l’environnement en participant à l’élimination des déchets biomédicaux dangereux tout en offrant une vraie prestation de service», a vanté Boris Abessolo.  

A Libreville, on estime que 4,5 tonnes de déchets biomédicaux sont produits chaque mois. Généralement, ils sont déversés à la décharge de Mindoubé où ils présentent des risques infectieux, toxiques et traumatiques pour les populations en plus de contaminer l’environnement.

 

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW