Le Syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (Syltteg) a lancé, mercredi 4 septembre, une campagne de sensibilisation visant à inciter les transporteurs de la province de l’Estuaire à se conformer aux prescriptions des administrations en charge de ce secteur.

Le Syltteg milite pour un «transport correct- transporteur correct». © Gabonreview

 

Le président du Syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (Syltteg), Jean Robert Menié, a lancé le 4 septembre 2019, pour une durée de deux semaines, une campagne de sensibilisation destinée aux conducteurs et tous ceux qui exercent dans le secteur. Le Syltteg les invite à se conformer aux dispositions prescrites par les administrations en charge du transport.

L’objectif de cette opération qui se déploiera dans tous les sites d’embarquement et de débarquement des communes de la province de l’Estuaire (Libreville, Owendo, Akanda et Ntoum) est de parvenir à une meilleure régulation de ce secteur.

«Nous voulons que cette année d’exercice soit une année correcte pour les transporteurs. D’où cette campagne de sensibilisation sur la nécessité de nous acquitter de nos obligations vis-à-vis des différentes administrations en charge des questions de transport (les municipalités, le ministère des transports et le ministère des finances)».

Il s’agit pour toute personne exerçant dans le secteur du transport, de s’acquitter dans les délais de ses obligations vis-à-vis des autorités municipales (expertise automobile, taxe municipale, numéro de portière et badge d’identification). Faire de même avec le ministère des Transports en ce qui concerne le permis de conduire, la licence de transport et la visite technique. Les transporteurs doivent également en règle vis-à-vis du ministère des Finances, en disposant d’une patente en bonne et due forme.

Selon le président du Syltteg, le second volet de cette initiative vise à interpeller les administrations sur la clarification des compétences des uns et des autres. «Nous enregistrons lors des contrôles ou interpellations, des chevauchements de compétences, des conflits de compétences entre les différentes entités de régulation du secteur du transport terrestre. Nous souhaitons ne plus avoir à subir les mêmes contrôles par des entités distinctes», a souhaité Jean Robert Menié.

Ce dernier estime que la carte professionnelle de transporteur, éditée par le ministère des Transports, permettra à l’administration d’identifier tous ceux qui exercent l’activité de transporteur au Gabon et de disposer d’une meilleure cartographie de ce secteur.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW