Dans un communiqué fixant les mesures d’exploitation des taxis dans le périmètre urbain et un autre fixant la régulation de la profession de conducteur de taxis, Justin Ndoudangoye donne 3 mois aux conducteurs pour se conformer à la loi.

Clandoman et taximan ont trois mois pour se conformer à la réglementation en vigueur. © Gabonreview

 

Le ministre des Transports veut mettre de l’ordre dans l’exploitation des taxis. Dans deux communiqués datés du 18 juillet, Justin Ndoudangoye a donné aux acteurs du secteur trois mois pour se conformer à la législation en vigueur.

Dans le communiqué fixant les mesures d’exploitation des taxis dans le périmètre urbain en République gabonaise, il rappelle que les conditions et les modalités d’exploitation des véhicules assurant le transport public en commun doivent être conformes à trois textes. Ceux-ci obligent aux taxis à disposer des couleurs dédiés, aux taxis-bus, minibus et clandos d’une licence de transport à jour et délivrée par la direction générale de Transports terrestres (DGTT). Ceci, en plus de la visite technique à jour, du permis de conduire, de l’immatriculation, l’éclairage, la signalisation ainsi que les équipements de sécurité automobile.

Dans l’autre communiqué fixant les règles de la profession de conducteur de taxis en République gabonaise, Justin Ndoudangoye rappelle que l’accès au métier de conducteur s’appuie sur quatre textes et souligne que conformément à ces textes, «la désignation de conducteur de taxi n’est applicable qu’à ceux étant à jour». À ce titre, a-t-il fait savoir, chaque taximan devrait disposer d’une carte de taxi délivrée par la DGTT, avoir satisfait aux tests d’aptitude à la conduite de taxis, être âgé de 21 ans au moins et 60 ans au plus, et être titulaire d’un permis de conduire des catégories B et D en cours de validité.

Si les acteurs ont trois mois pour se conformer à ces exigences, d’aucuns estiment que l’application de ces dispositions fera grincer des dents à plus d’un.

 
 

1 Commentaire

  1. Tagomago dit :

    Il se moque des gens celui la ….
    Quelqu’un peut il lui dire que:
    1: la maire n’est pas foutue de sortir ses cocardes à temps
    2: La flotte des taxis est à 50% propriété d’agents des forces de l’ordre qui bénéficient de passe droits qui les exemptent de tout contrôle effectif
    3: Les contrôles techniques ne sont qu’une vaste fumisterie et qu’en réalité personne, je dis bien PERSONNE, ne passe mais qui s’achètent avec la seule présentation de la carte grise. (même si vous souhaitez réellement le passer les machines sont en permanence en panne et le personnel NON formé)
    ..
    Conclusion: les chiens aboient, la caravane passe…
    .
    Encore un broussard qui vient d’enfiler un costume de ville.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW