L’ingénieuse idée du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, invitant les membres de son gouvernement à établir au sein de leurs différents départements des entités des mécanismes de concertation, de consultations, de médiation et de gestion des conflits, vient d’enregistrer une fin de non-recevoir de la part de la confédération Dynamique unitaire (DU).

La Dynamique unitaire dit non au dialogue social sectoriel. © Gabonreview/Shutterstock

 

Le rêve du Premier ministre d’un  «Gabon socialement en paix» risque de ne jamais se réaliser, surtout si les ingrédients devant participer à le féconder sont utilisés dans le cadre de la promotion du dialogue social sectoriel, souhaité par Julien Nkoghe Bekale dans sa note circulaire n° 000233 du 22 mars 2019.

Qualifiée de «pirouette politicienne» qui n’augure rien de sérieux et de responsable, cette note demandant aux membres du gouvernement d’organiser chacun dans son département ministériel, des dialogues sociaux avec les partenaires sociaux dans les plus brefs délais. Cette trouvaille du Premier ministre censée visait apaiser les tensions sociales, vient d’être rejetée par la Dynamique unitaire.

Selon cette plateforme syndicale, «Julien Nkoghe Bekale fuit le débat direct et véritable avec la confédération syndicale Dynamique unitaire dans le cadre d’un dialogue social sous sa présidence». Car estime-t-elle, aucun ministre, sur sa simple volonté, n’a le pouvoir de résoudre la plupart des revendications sociales se rapportant par exemple à la régularisation des situations administratives ou encore au rétablissement des primes sectorielles, si ce n’est le Premier ministre sur instruction du président de la République.

«Pourquoi le Premier ministre ne convoque-t-il pas un dialogue social en se concertant avec les centrales syndicales qui sont habilitées à discuter des problèmes transversaux comme les régularisations des situations administratives, et le respect de la décision 000217 du 30 octobre 2018 de la Cour constitutionnelle qui annule les mesures d’austérité ? Pour Dynamique unitaire, c’est une fuite en avant qui démontre que le Premier ministre n’a peut-être aucune solution ou n’a aucun pouvoir depuis sa nomination.

Le président de ce puissant syndicat affirme non sans fiel qu’un simple ministre ne peut prendre l’engagement auprès des syndicats, dans le cadre d’un dialogue social sectoriel, de ne pas appliquer la décote des salaires entre 5 et 15% adoptée en Conseil des ministres du 29 mars.

Si par extraordinaire, concède Jean Remy Yama, on accorde des pouvoirs à chaque ministre pour satisfaire le cahier des charges des syndicats de son ministère, ce qui est très improbable au Gabon, un ministre n’a pas besoin de concertation sociale puisque sur son bureau se trouve déjà le cahier des charges des différents syndicats de son département, actualisés chaque année. Aussi, pour déjouer cette pirouette, le leader de ce groupement syndical averti le Premier ministre que «les organisations syndicales affiliées à la confédération syndicale Dynamique unitaire ne signeront-elles aucune trêve sociale dans le cadre des dialogues sociaux sectoriels à venir ».

 
 

1 Commentaire

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW