Âgé de 47 ans, marié et père de famille, le greffier en chef du Tribunal de Première instance de Makokou a été retrouvé mort dans sa chambre, le 15 janvier dans la capitale provinciale de l’Ogooué-Ivindo. Une enquête a été ouverte pour déterminer la cause du décès.

Eric Nguiambemba, le greffier en chef au tribunal de première instance de Makokou retrouvé mort dans sa chambre le 15 janvier de son vivant. © D.R.

 

Les habitants de Makokou se sont réveillés dans la stupeur le 15 janvier, avec la découverte du corps sans vie du greffier en chef du Tribunal de Première instance de la ville. Eric Nguiambemba a été retrouvé mort dans sa chambre, dans la capitale de l’Ogooué- Ivindo, rapporte L’Union du 18 janvier.

Selon les témoignages, le greffier en chef ne présentait aucun signe de malaise ou de maladie. La veille de la découverte du corps, relève l’un de ses collègues, «je l’ai même accompagné dans un collège de la ville pour régulariser la scolarité de ses ses enfants».

Le jour du drame, le disparu ne s’est pas manifesté pour accompagner ses enfants à l’école. C’est depuis Libreville que son épouse, qui avait quitté Makokou deux jours plus tôt, a reçu un appel lui informant que son époux ne s’était pas encore levé alors qu’il était plus de 8 heures du matin. Cette dernière aurait aussitôt alerté la nièce de son époux.

«Après avoir cogné plusieurs fois sans succès à la porte, elle a finalement enfoncé la porte et c’est là qu’elle et le fils du défunt, revenu rechercher un document qu’on lui réclamait à l’école, ont découvert Eric Nguiambemba inerte dans son lit», rapporte L’Union.

Informés de la situation, le procureur de la République et les officiers de Police judiciaire (PJ), accompagnés d’un médecin, ont constaté le décès du greffier en chef. Une enquête a été ouverte par les autorités compétentes. Âgé de 47 ans, marié et père de famille, Eric Nguiambemaba a été affecté à Makokou en début de cette année judicaire.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW