Il n’y a pas que des vélos et des hommes sur la Tropicale Amissa Bongo. Il y a des femmes aussi : deux d’entre elles ont accepté, sur le trajet Lambaréné-Bifoun ce 24 janvier, de décliner ce qu’elles font sur la course au milieu de deux centaines de personnes parmi lesquels il y a le champion du jour et son coach, un journaliste de RFI et surtout l’emblématique Jean-René Bernaudeau, manager du team ayant le plus gagné sur le circuit gabonais.

© Gautier Demouveaux

 

L’homme du jour : Youcef Reguigui

© Gabonreview

Toujours partant et jamais gagnant depuis trois éditions, Youcef Reguigui a vaincu le signe indien à la Tropicale Amissa Bongo. «Ma 4e participation a été la bonne. J’ai toujours terminé 2e ou 3e, mais cette fois c’est la bonne», confie-t-il. Le vainqueur d’étape félicite ses coéquipiers, qui ont abattu un énorme travail. «On a quand même contrôlé la course du départ à l’arrivée, malgré la difficulté de l’étape. Nous avons fait la course derrière un coureur Total Direct Energie, avant d’accélérer dans les trois derniers kilomètres. Et comme je suis assez à l’aise dans les sprints longs, j’ai encore accéléré dans les derniers 200 mètres», explique Youcef Reguigui, optimiste pour la suite de la compétition. «Peut-être que cette victoire présage de bonnes choses pour les prochaines étapes», espère le cycliste marocain.

Algérie / Hamza Hakim : Youcef est désormais moins nerveux dans les arrivées

© Gabonreview

Entraîneur national de l’équipe d’Algérie depuis le 1er janvier seulement, Hamza Hakim est bien content de la victoire de son poulain sur l’étape Lambaréné-Bifoun. «C’est le tour du Gabon. Quand tu gagnes une étape c’est vraiment une bonne chose. On voulait gagner une étape. C’est arrivé aujourd’hui. C’est la première victoire du genre pour l’Algérie. On tournait autour des trois premiers. Chaque année qu’on venait, on a faisait 2ème, 3ème ou 5ème. Cette année, c’est la bonne.» L’homme, qui n’en est pas moins à sa 3ème participation à la Tropicale, vu qu’il était là en 2012 et 2013, pense que «les Africains commencent à s’imposer dans le cyclisme international. On voit beaucoup d’Africains qui commencent à bien se préparer avec du bon matériel. Il reste un petit peu pour le matériel, mais ça va, on arrive. Les Africains arrivent en cyclisme». Amené à expliquer la victoire d’étape de son poulain, le coach s’est contenté, laconique, d’indiquer que «Youcef est désormais moins nerveux dans les arrivées et cela lui a réussi».

Total-Direct Énergie / J.R. Bernaudeau : «pas de bilan aujourd’hui, c’est trop tôt»

© Gabonreview

Connue en Europe comme la meilleure équipe «Continental Pro» et sur la Tropicale Amissa Bongo comme le maestro de l’épreuve, Total-Direct Énergie n’a pas brillé, jusqu’ici, de sa magnificence habituelle sur le circuit gabonais. Manager de l’écurie, Jean-René Bernaudeau se refuse à un bilan d’étape à deux jours de la finale : «L’étape de Libreville sera encore plus déterminante. Il y a des bonifications, il y aura des attaques. Je ne fais pas de bilan aujourd’hui, c’est trop tôt.» Un petit handicap pourrait toutefois expliquer l’éclipse momentanée du champion multirécidiviste sur la Tropicale : l’équipe compte un athlète en moins. «On n’est que cinq. On a eu un malade tout de suite. Malheureusement, on est venu avec Bonifacio qui était une carte maitresse. Il est accidenté. Ce n’est pas de chance, mais ce n’est pas fini.» Ce passionné venu de la Vendée en France reste d’un optimisme d’acier trempé : «On attend le classement général. On se rapproche. Aujourd’hui, on a tenté quelque chose. Demain à Port-Gentil, il y a un circuit compliqué et puis à Libreville, il y aura peut-être des attaques. Aujourd’hui, ce qui compte c’est d’être Maillot Jaune à Libreville. On fera le maximum. Mais on ne va pas gagner tout le temps. On a gagné beaucoup ici et la concurrence est forte

Ariane Mavoungou, un bras vaillant de la commission Protocole

© Gabonreview

Visage devenu familier sur la Tropicale Amissa Bongo, Ariane Mavoungou est membre de la commission Protocole qui gère l’installation des personnalités autorisées, en s’assurant de ce que «pendant la cérémonie protocolaire, les autorités locales et les représentants des partenaires soient dans le meilleur confort possible», explique la jeune dame. Avant d’être dans cette commission, Ariane Mavoungou a fait ses preuve au secrétariat permanent, où elle gérait la distribution des goodies. Elle est ensuite passée à la commission Marketing, animation et promotion. Depuis son entrée dans la grande famille de la Tropicale, elle travaille avec plaisir. «Dès lors qu’on aime quelque chose et qu’on le fait avec passion, rien n’est difficile», indique-t-elle.

Brigitte Vierin, communication, relation villes et autorités

© Gabonreview

Au même titre que ses sœurs, la commission Communication, Relation ville et autorités locales joue un rôle important au sein de l’organisation de la Tropicale Amissa Bongo. Coordinateur adjoint, entre autres de cette commission, Brigitte Vierin explique son rôle et son fonctionnement : Il s’agit d’«être en relation avec les autorités locales afin d’apprêter les installations des tribunes, informer les autorités du déroulement et de l’organisation de la Tropicale. Le protocole est en relation avec le protocole des autorités locales afin d’apprêter les tribunes et les différents partenaires qui nous accompagnent lors de la Tropicale (…) En ce qui me concerne, je dois mettre en valeur les partenaires dans la tribune parce qu’ils sont les parrains des différents maillots donnés aux coureurs». Promue coordinateur adjoint de cette commission depuis trois ans, Brigitte Vierin gère une équipe de cinq personnes et est souvent confrontée à certaines difficultés, certainesautorités confondant protocole sportif et protocole administratif.

RFI / Farid Achache : «Les sprints intermédiaires vont être très importants»

© Gabonreview

Journaliste sportif à RFI, Farid Achache se prononce sur les deux dernières étapes de la Tropicale Amissa Bongo. «Il reste encore deux étapes mais ça va quand même être compliqué aussi bien pour les Erythréens qui sont devant, que pour ceux qui veulent gagner. On se rend compte effet qu’il n’y a plus de montagnes mais que des sprints. Et c’est très compliqué de gagner au sprint», souligne-t-il. Passionné par la littérature et le vélo, Farid Achache pense que les deux prochaines étapes vont se jouer sur «les bonifications et que les sprints intermédiaires». En trois participations à la Tropicale Amissa Bongo, l’homme des médias est un peu déçu par la performance d’une légende la compétition. «C’est la première fois que je vois Total-Direct Énergie un petit peu en dessous. Cofidis, par contre, peut encore espérer gagner cette Tropicale», souligne Achache, peu surpris par la performance de Youcef Reguigui : «C’est un très bon sprinteur. Il a beaucoup appris, il est moins nerveux et arrive à mieux préparer ses sprints».

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW