Le ministre des Sports, Séraphin Moundounga a procédé le mardi 24 avril au lancement du premier coup de pédale de l’édition 2012 la course cycliste internationale ‘’Tropicale Amissa Bongo’’, qui se déroulera du 24 au 29 avril 2012 pour une distance totale de 661 km sur six étapes.

Fougamou Lambaréné le 24 avril 2012 Course cycliste internationale

La première étape de cette édition, la 7e du genre, Fougamou-Lambaréné de 92 km, a été donné par le ministre Séraphin Moundounga en présence de plusieurs membres du gouvernement originaires de la province de la Ngounié (Sud).

Ce sont au total quatre-vingt-dix coureurs, répartis en 15 équipes, dont dix sélections nationales et cinq équipes professionnelles, qui s’affronteront sur les différentes étapes arrêtées pour cette compétition qui se place désormais comme évènement phare du calendrier de l’Union cycliste internationale (UCI).

Les 17 pays qui prennent part à cette 7e édition sont: La France, la Namibie, l’Afrique du Sud, le Rwanda, l’Érythrée, le Maroc, l’Éthiopie, le Cameroun, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Tunisie, le Kazakhstan, la Biélorussie, l’Allemagne, l’Algérie, l’Azerbaïdjan et le Gabon, pays organisateur.

Créée en 2006 en l’honneur Albertine d’Amissa Bongo, fille du président gabonais d’alors, feu Omar Bongo Ondimba, la Tropicale est une compétition cycliste internationale par étapes organisée au Gabon, en Afrique centrale. Elle fait partie de l’UCI Africa Tour en catégorie 2.1.

Depart Fougamou Gabon

Yohan Gene du Team Europcar ouvre la série

Le coureur français du Team Europcar Yohan Gene a remporté, mardi 24 avril, la première étape de la Tropicale Amissa Bongo, longue de 92 km, entre Fougamou et Lambaréné. Il a attendu les tout derniers kilomètres pour pointer son effort en contrant l’Algérien du Groupement Sportif Pétrolier Algérie Abdelmalek Madani dans la dernière cote de l’étape. Les deux hommes légèrement détachés se départageaient au sprint sur la ligne d’arrivée avec l’avantage pour le Français.

La journée avait été marquée auparavant par une longue échappée de trois hommes, Adil Jelloul (Maroc), Azzadine Lagab (Groupement Sportif Pétrolier Algérie) et Gebremaryam Grmay (MTN-Qhubeka) qui avaient eu une avance maximum de 1’45’’ sur le peloton avant que les Français d’Europcar lancent une violente chasse derrière eux pour préparer le sprint à Yohan Gene. Celui-ci avait déjà remporté trois étapes sur la Tropicale en 2010 et 2011 a endossé en plus le maillot jaune de leader. La deuxième étape demain entre Lambaréné et Ndjalé compte un final particulièrement accidenté.

Très attendu après ses exploits sur le Tour de France, Thomas Voeckler (Europcar) qui a découvert le Gabon en janvier 2010 et n’y est certainement pas revenu pour une ballade de santé. Il a malheureusement été victime d’une chute à 6 km de l’arrivée et fini par passer la ligne avec un peu moins de cinq minutes de retard sur son coéquipier qui avait fait 2 h4’32’’.

Quatre-vingt-dix coureurs venus de 15 équipes, dont dix sélections nationales et cinq équipes professionnelles, sont en compétition pour cette édition  Tropicale Amissa Bongo, qui se terminera le 29 avril 2012. Ce mercredi 25 avril, la deuxième étape se disputera entre Lambaréné et Ndjolé (128,6 km).

Yohann Gene, 1er vainqueur d’étape sur la Tropicale 2012, 1er homme de couleur sur le Tour de France

Récidiviste sur les routes du Gabon, le français Yohann Gene (Europcar) a remporté, le mardi 24 avril, la première étape de la 7è édition de la course cycliste Amissa Bongo, courue sur 92 km entre Fougamou et Lambaréné (centre). Il endosse du même coup le maillot jaune de leader.

Pour signer ainsi son quatrième succès sur les routes gabonaises, Gene s’est extirpé du peloton avec l’algérien Abdelmalek Madani dans les derniers kilomètres de la course. Même si le peloton a repris son retard dans la dernière ligne droite, il n’a pas pu déborder les deux coureurs et Gene a franchi la ligne d’arrivée en dépassant l’algérien au sprint final. Laconique, le champion s’est contenté de laisser entendre qu’il n’était «pas le leader. Je devais amener Alexandre Pichot au sprint. Après c’est vrai qu’il était moins bien avec la chaleur. Donc, il m’a dit de jouer ma carte. On a roulé et on s’est dit que s’il y en avait un devant, il fallait lui laisser sa chance» et de rappeler : «Mes coéquipiers ont fait la chasse aux échappés, alors j’ai lancé le sprint en sachant que je n’avais pas trop le droit de me louper.»

On l’a déjà écrit ici, ce Guadeloupéen aux mollets de titane, fils de cycliste, doit sa carrière Pro au coach Jean-René Bernaudeau (Europcar) qui l’a ramené de Pointe-à-Pitre où il est né le 25 juin 1981. S’il avait très vite prouvé ses qualités sous le maillot de Vendée U, il aura quand même patienté 4 ans avant de signer son premier contrat professionnel avec Bouygues Telecom en 2005. Le Guadeloupéen est connu pour être un solide équipier, toujours dévoué pour ses leaders, mais aussi comme un bon accompagnateur pour les sprints.

Son palmarès est éloquent. Avant sa victoire l’année dernière à Kango lors de la 6e édition de la Tropicale, il avait été 6e sur la 1ère étape (Oyem – Bitam) puis 1er de la 2e étape (Bitam – Ebolowa). En Europe, il a été durant l’année 2010, 2e de la 3e étape du 3 jours de la Flandre Occidentale, 4e de la 1ére étape du Tour de Picardie, 2e du Val d’Ille U Classic 35, 6e de la 9e étape du Tour du Portugal et 5e de la 2e étape du Tour du Poitou Charente. Il est connu pour être «le premier coureur de couleur à participer à la Grande Boucle», entendez le Tour de France.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW