Le dialogue politique entre l’Union européenne et le Gabon, stoppé en octobre 2017 par le gouvernement gabonais au moment de la section “droits de l’homme”, a repris ce lundi 25 novembre après plusieurs mois de négociation. L’Union européenne (UE) est en ce moment en phase de renouvellement des accords économique de Cotonou avec les pays africains qui sont cadrés par le respect des droits de l’homme et de la bonne gouvernance.

Stoppé en octobre 2017 par le gouvernement gabonais, le Dialogue politique UE-Gabon a repris le 25 novembre 2019. © Facebook/ACBBN

 

«Sous la présidence du Premier ministre, monsieur Julien Nkogue Bekale, l’Union européenne et le gouvernement gabonais ont procédé, ce lundi 25 novembre 2019, à la cérémonie d’ouverture du dialogue politique en matière de droits de l’homme, libertés fondamentales, gouvernance démocratique et d’élections à l’Hôtel Radisson Blue», indique un communiqué de presse de l’UE.

La reprise du dialogue, négociée pendant plusieurs mois, comprendra plusieurs sessions touchant aux droits humains et à la bonne gouvernance.

Stoppé en octobre 2017 au moment de la partie «droits de l’homme»

Le dialogue politique entre l’Union européenne avait été stoppé en octobre 2017, au moment de la session «droits de l’homme». Le nouveau dialogue devra donc reprendre à cette session.

En octobre 2017, dans un communiqué, l’UE avait demandé au gouvernement de «faire toute la lumière sur les violences post-électorales de 2016, passage obligé afin de rétablir la réconciliation entre tous les Gabonais et de garantir la stabilité durable du système démocratique», tout en réitérant l’appel à «une enquête indépendante portant sur ces faits».

Négociations économiques avec l’Union européenne

L’Union européenne et le Gabon – comme 47 autres pays d’Afrique subsaharienne – sont dans un processus de négociations économiques pour le renouvellement des accords de Cotonou qui expirent le 29 février 2020.

Ces accords économiques comportent des sanctions en cas de non-respect des droits de l’homme ou en cas de corruption.

La délégation européenne à Libreville souhaite également soutenir les projets de développement dans les domaines de la formation professionnelle et de la création d’emplois pour les jeunes, la préservation de l’environnement, la paix et la sécurité.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW