Le ministre de l’Enseignement supérieur a signé avec un Consortium franco-suisse et une société de construction britannique un protocole d’accord pour la construction de 5 amphithéâtres à Libreville, Owendo et Franceville.

Poignée de mains à la suite de la signature du protocole d’accord. © DIG

 

Les capacités d’accueil des universités du Gabon ne sont plus en adéquation avec le nombre d’étudiants. Malgré les promesses empilées du gouvernement, aucune université n’est sortie de terre depuis plus d’une décennie. Pour faire face aux effectifs pléthoriques et améliorer les conditions d’études, le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, a signé un protocole d’accord pour la construction de cinq amphithéâtres. Cet accord a été signé avec le Consortium franco-suisse Altus Grup et Aw Investment Group, représenté par Daniel Awoumou d’une part, et avec la société de construction britannique, Braun and Company Limited, représentée par son directeur général, James Roy Shepherd, d’autre part.

Appréhendés comme «innovants et durables», ces amphithéâtres viendront enrichir les infrastructures de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, l’Université des sciences de la santé (USS) d’Owendo et l’Université des sciences et technologies de Masuku (USTM) à Franceville.

D’une capacité d’accueil allant de 1000 à 2000 places, ces amphithéâtres devraient permettre, à court terme, de combler un gap de 6000 places. De façon concrète, trois seront érigés dans l’enceinte de l’UOB, un à l’USS et le cinquième à l’USTM. Pour le ministère de l’Enseignement supérieur, «cette perspective de développement s’inscrit dans la volonté du chef de l’État et du gouvernement, pour renforcer les infrastructures universitaires et répondre à la problématique de l’engorgement des universités publiques». Si les contrats ne sont pas encore signés et que la date de début des chantiers n’a pas été annoncée, le ministère de l’Enseignement supérieur indique que ce protocole s’exprime comme «la solution de l’immédiat pour la rentrée académique 2019 -2020».

 
 

1 Commentaire

  1. Parpaing dit :

    Combien pour cette convention de gré à gré pour encore des bâtiments temporaires en toile, panneaux de papier à cigarettes ou tôle ?
    Déjà avec une société anglaise ça pue la mauvaise qualité.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW