Alors que les inscriptions se sont achevées en décembre à l’Université Omar Bongo (UOB), une nouvelle chance a été accordée aux retardataires. En plus des frais d’inscription, les étudiants concernés devront cependant s’acquitter de pénalités fixées à 35 000 et 100 000 francs CFA.

© D.R.

 

Plus de trois mois après la fin des inscriptions à l’Université Omar Bongo (UOB), le secrétariat général de l’institution d’enseignements supérieurs a accordé une dernière chance à ceux qui n’ont pu remplir cette obligation. Selon une note datée du 8 mars, l’«inscription extra tempora» concerne les anciens étudiants (licence) de la Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) et la Faculté de droit et des sciences économiques (FDSE).

Ainsi, la période d’inscription est fixée du 11 au 15 mars prochain. «Aucune autre inscription des étudiants ci-dessus désignés ne sera acceptée au-delà de cette période extra tempora», a averti le secrétaire de l’UOB. Toutefois, a précisé Dieudonné Robert Obanga, «sans préjudice des frais d’inscription et d’écolage au paiement desquels tout étudiant est ordinairement tenu, les personnes désireuses de s’inscrire dans la période fixée (…) doivent aussi s’acquitter chacune des pénalités corrélatives».

En d’autres termes, les étudiants de licences devront s’acquitter de 35 000 francs de frais d’inscription et 70 000 francs de pénalités, soit 105 000 francs. Pour les étudiants de master et doctorat, la réinscription est conditionnée par le paiement de 75 000 francs (frais d’inscription) et 100 000 francs de pénalités. Soit une enveloppe globale de 175 000 francs.

Des voix s’élèvent cependant à l’UOB, où certains étudiants dénoncent une «escroquerie». En effet, lesdites pénalités seraient plutôt exigées pour l’établissement de la carte d’étudiant, alors que la délivrance de cette pièce est automatique après toute inscription.

 
 

1 Commentaire

  1. Triste dit :

    Réactif, et je confirme,Licence 70.000 pénalités incluses, donc 35.000×2/ master 100.000 pénalités incluses, vos montants là, ne sont pas les bons.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW