Le Premier ministre a annoncé, le 14 octobre à Libreville, la destruction du lieu-dit «bunker» au sein de l’Université Omar Bongo (UOB). Situé en plein cœur du campus, ce bâtiment inachevé est devenu un repère de commercialisation et consommation de stupéfiants et drogues dures.

Julien Nkoghe Bekale visitant de «bunker» de l’UOB, le 14 octobre 2019 à Libreville. © Primature

 

Lieu de tous les vices situé en plein cœur du campus de l’Université Omar Bongo (UOB), le lieu-dit «bunker» sera détruit. L’information a été donnée par le Premier ministre, le 14 octobre à Libreville, lors d’une visite à l’UOB.

«Ce que nous avons vu ce matin est inacceptable, intolérable. La puissance de l’État va s’affirmer. Cet endroit appelé Bunker va être détruit entièrement. Les occupants sans titre vont être chassés», a affirmé Julien Nkoghe Bekale. Bâtiment inachevé devant abriter la deuxième bibliothèque de l’université, le «bunker» s’est érigé au fil des années, comme le lieu de commercialisation et consommation de stupéfiants et drogues dures (cannabis, cocaïne, etc.).

Sur la place, le chef du gouvernement a constaté de visu, l’état inquiétant de ce lieu où bottes de chanvre, armes blanches (ciseaux et bouteilles), cigarettes et cannettes de boissons alcoolisées jonchent le sol. D’où la décision du Premier ministre de détruire cette enclave de marginalité au cœur du «temple du savoir».

Dans l’annonce de Julien Nkoghe Bekale, aucune échéance n’a cependant filtré sur la destruction effective du «bunker». De même, rien n’a été annoncé en matière de sécurisation du bâtiment, en attendant sa destruction. D’ici là, les dealers et leurs clients peuvent donc encore faire des affaires au «bunker».

 
 

4 Commentaires

  1. nguema21 dit :

    Bonjour à tous!
    Voyez et appréciez par vous -même le manque de charisme,l’improvisation et le pilotage à vue sans vision ni capacité de lecture rationnelle des besoins fondamentaux des Gabonais..
    C’est un super tocard…On va encore parler de mauvais casting…Ma question,qui fait les castings? si c’est un tocard,il ne peut choisir que des tocards…Mais en fait ils sont tous fou!On ne peut pas concevoir ce que on ne peut pas imaginer.A bon entendeur salut!!!

  2. moundounga dit :

    Bjr. Vraiment comment peut on être aussi narratif. A t-on donné des délais au plus grand boxon du Gabon (le perchoir)? c’est quoi cette affaire là! Nous sommes en plein cœur de l’UOB et la deuxième plus grande autorité de l’Etat sur le plan protocolaire visite un bâtiment souillé (sans porter de masques, bonjour les infections)et ne dis rien sur la sécurisation du bâtiment. Démolition un point barre, m’enfin on est ou là! un message fort Monsieur le PM vous en avez l’occaz là. Amen.

  3. Mintsa Medzo dit :

    Tristes gouvernants !
    La construction de ce batiment avait ete budgetisée, financée.
    La construction commenca. Les gens se sont enrichis sur le buget de ce batiment.
    Batiment inaché, par incompetence, par magouilles.
    Aujourdhui, on parle de detruire ce batiment… Triste.
    Pourquoi ce pauvre monsieur Nkogue Bekale ne suggere-t-il pas la finission des travaux et donc la valorisation de ce batiment ?
    SI on ne peut en faire une deuxieme bibliotheque, pourquoi ne pas faire des salles de classes ou des labos qui manquent tellement pour nos jeunes.
    Detruire ce batiment coutera encore de l’argent en sus de ce qui a deja ete depensé.
    Tristes tropiques, tristes gabonais, tristes leaders, incapables de quoi que ce soit !

    • Aka Jean dit :

      Bien dit Mintsa !
      Bibliothèque: les gabonais n’aiment pas lire. C’est connu de tous.
      Mais demandez aux chinois de nous finir ce batiment et de mettre quelques labos là-dedans, et le tout sera fini en moins de un ou deux ans, avec un peu de vrai volonte politique.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW