Depuis plusieurs mois, au sein de l’Union du peuple gabonais (UPG) c’est la guerre. Après les déclarations par médias interposées, la lutte des deux clans se joue désormais sur le terrain des soutiens politiques.

Casimir Oyé Mba à la commémoration des 25 ans de l’UPG. © Facebook/bruno.moubamba
Casimir Oyé Mba à la commémoration des 25 ans de l’UPG. © Facebook/bruno.moubamba

 

Si la guerre entre les deux tendances de l’UPG s’est jusque-là jouée sur les déclarations plus ou moins officielles au nom du parti, le conflit semble désormais s’être déporté sur le terrain des personnalités politiques alliées. De plus en plus, il semble que les différentes tendances sont à la recherche de soutiens et de reconnaissance par les autres composantes de l’opposition. En témoigne, le spectacle offert à ses militants en début de semaine durant la célébration du 25ème anniversaire de ce parti. Pendant que le secrétaire général de l’une des tendances se prévalait du soutien de la famille du défunt Pierre Mamboundou et de quelques personnalités politiques de renom, le président de l’autre s’affichait avec des barons de l’opposition et quelques responsables de la société civile.

Pas peu fier de damer le pion à ses «adversaires», Jean de Dieu Moukagni-Iwangou a ainsi présenté, 14 juillet dernier, ses soutiens de l’opposition. Parmi les figures présentes à la Chambre de commerce où s’est déroulée la célébration de cet anniversaire, l’on pouvait compter, entre autres, Jean Ping, Jacques Adiahénot, Pierre André Kombila, Pierre Amoughe Mba, Moussavou King, Marcel Djabioh, Mike Jocktane, Paulette Oyane Ondo et Marc Ona Essangui…. Que des «calibres de l’opposition et de la société civile.

Pendant ce temps, Mathieu Mboumba Nziengui et Bruno Ben Moubamba, les tenants de l’UPG «canal Awendjé » n’ont pas manqué de ressources. Et termes de soutien, ces derniers ont vu la présence au siège du parti, de Casimir Oye Mba. L’ancien Premier ministre, vice-président de l’Union nationale (UN) a donc consenti à aller en soutien à cette autre branche de l’UPG. Une présence diversement interprétée depuis lors par les observateurs qui s’interrogent sur le positionnement de l’UN. Etait-ce une stratégie rondement menée par ce parti qui se veut impartial ?

 

 
 

3 Commentaires

  1. Shef dit :

    Certains ne ratent pas une occasion pour s’exhiber et espérer grappiller quelques sympathies de la part des militants de certains partis politiques. Ils sont en mal de tribune. Et d’ici 2016 on n’assistera qu’à ce genre d’attitude de la part des néo-opposants ou de ceux-là dont les partis politiques n’arrivent pas à faire le plein d’une cabine téléphonique. Qu’ils aient été 1000 leaders de l’opposition à assister à l’une ou l’autre manifestation, ce qui importe l’UPG c’est la présence de ses militants.

  2. douckdouk dit :

    A titre d’information, OYE MBA, avait invité par le camp MOUKAGNI IWANGOU, en repondant à cette invitation, il a cru être dans le bon camp mais il s’est rendu compte qu’il s’était trompé d’endroit et il a été obligé de rester par pur courtoisie.

  3. manondzo dit :

    Et c’est parti pour le dynamitage de l’opposition qui ira forcément en rang dispersé: les Punu vont suivre le(s) leur(s), les Fangs trouveront leur joker, les Ngwèmyéné feront de même, etc, et les PDGistes (toutes ethnies confondues) seront derrière leur leader, ABO, et la victoire sera écrasante!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW