Un groupe des dix Gabonais se présentant comme «les enfants de la République», a appelé le 28 février 2019 tous les Gabonais, où qu’ils se trouvent et quels qu’ils soient, à se lever pour libérer le Gabon de ce qu’ils qualifient d’«imposture actuelle».

Le porte-parole du groupe de 10, l’honorable Maxime Minault Zima Ebeyard. © Gabonreview

 

Préoccupés par l’atermoiement sur l’application de l’article 13 de la Constitution, et désarçonnés par «le désordre installé au sommet de l’État» généré par la modification de l’article 13 de la Constitution, le 14 novembre 2018, dix Gabonais, constituant la jeune garde de l’opposition, ont décidé d’appeler tous leurs compatriotes, où qu’ils se trouvent et quels qu’ils soient, à les rejoindre pour libérer le Gabon de l’ «imposture», installée à la tête de l’État.

«Nous n’avons pas le droit de laisser s’installer plus longtemps cette situation. Parce que nous refusons d’être, par notre silence et notre inaction, les complices de cette imposture, nous lançons cette initiative qui vise, non pas à opposer les Gabonais, mais à rassembler sans exclusive tous les citoyens qui ont à cœur de sauver notre pays du péril qui le menace», a précisé le porte-parole du groupe des dix, l’honorable Maxime Minault Zima Ebeyard.

Ceux-ci s’accordent 31 jours pour parvenir à la « libération du Gabon». Les enfants de la République ont fixé la date butoir au dimanche 31 mars pour obtenir l’application de l’article 13 de la Constitution. «Travaillons ensemble pour sauver notre patrie en péril, pour laver son honneur et ouvrir des perspectives aux jeunes générations. Travaillons ensemble pour exiger que soit mis fin à l’imposture actuelle qui n’a que trop duré. Il est temps que chacun de nous ouvre les yeux, se ressaisisse et se mette en mouvement. Il y va de notre avenir à tous et de celui de nos enfants», a exhorté le porte-parole du groupe.

Inscrivant leur démarche sous le sceau républicain, le groupe des dix annonce aller à la rencontre des responsables des institutions, des représentations diplomatiques, des responsables des formations politiques, de l’opposition comme de la majorité, y compris le Parti démocratique gabonais (PDG) pour faire bouger les lignes. Ils rencontreront également les syndicats et les organisations de la société civile, les responsables des différentes confessions religieuses pour susciter  le sursaut patriotique qu’exige l’application de l’article 13 de la Constitution.

«Nous appelons à la mobilisation des énergies et à la libération des intelligences. Retrouvons-nous entre amis, entre voisins ou entre collègues pour échanger sur la situation de notre pays. Ayons peur», a lancé Maxime Minault Zima Ebeyard, invitant les Gabonais à avoir peur, mais à la surmonter pour aller au-delà d’eux-mêmes et construire ce consensus arc-en-ciel nécessaire pour faire face au délitement de la Nation.

© Gabonreview

Les Gabonais doivent se mobiliser pour «faire échec à ce coup de force au sommet de l’État qui compromet notre avenir à tous. Surmontons notre peur pour offrir à notre pays et à sa jeunesse la renaissance dont il a tant besoin», exhorte le groupe que nombreux perçoivent comme la crème des jeunesses de l’opposition.

L’appel de la Chambre de commerce initié par ces dix précurseurs lève subrepticement le voile sur l’abime couvert par la dalle de l’extension de l’article 13 de la Constitution et engage chaque Gabonais à «surmontons sa peur afin que notre vivre-ensemble puisse retrouver tout son sens, afin que nous retrouvions cette confiance qui nous manque tant et sans laquelle rien n’est possible».

Le groupe des dix réussira-t-il là où les formations politiques les plus solides, les institutions les plus affirmées se sont fait coudre les œillères pour ne pas regarder la réalité dans toute sa brutalité ? Une partie de l’opinion estime déjà que la République est abimée et l’heure n’est plus aux discours, mais aux actes.

Le groupe des dix est composé de Placide Aubiang Nzeh, Noël Bertrand Boundzanga, Elza Ritchuelle Boukandou, Franck Ndjimbi, Nicolas Nguema,  Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Anges Kevin Nzigou, Marc Ona Essangui, Edgard Owono Ndong et Maxime Minault Zima Ebeyard.

 
 

16 Commentaires

  1. Julien dit :

    Ouf ! C’est déjà un début. Bravo !!!

  2. idiata idiata dit :

    Mr le Journalist, TOUT EST POSSIBLE A CELUI QUI CROIT. S’ils sont determines, ils CROIENT ILS veront la GLOIRE DE DIEU. Il n’y rien de plus faible que des humains qui pensent qu’ils sont des montagnes irrevsibles. ils ne tiennent que par ce que tu ecrit, c’est ce qui les rends pas fort mais plus vulnerables. donc veut endurcir leur coeur. parce qu’ils lisent ce que vous ecrivez, que vous le croyez ou pas. puisque c’est publier. ils ont des scrutateurs, des petits demons rapporteurs,des agents qui font un travail de fond, tu ne peux l’imaginer…..bref.
    politiques solides, institutions PLUS affirmees, penses-tu qu’ils connaissent la realite, le voile noir a couvert cette sorteet semblant de realite que toi tu connais un peu, parce que ton esprit est libre de declarer du fait que tu es inoncent en moitie. <> que Dieu est celui qui connait TOUT. IL A TOUS LES POUVOIRS. TU VOIS TES MOTS ONT UNE PUISSANCE QUI FAIT EFFET SUR X OU Y. UN jour mon grand PERE a sorti des mots qui ont influence mon etre. et je suis le resultat de ses mots, paix a son ame ou il est. et je vit positivement. ces 10 Gabonais, s’ils sont tous determines, ils n’ont pas besoins de faire des audiences, voir les diplomates, qui cautionnent le banditisme au Gabon, ces fausses institutions prostituees, dont le diable est roi avec petit <> tu es neutre je comprends, si tu pouvais dire honnetement, que 98% des Gabonais savent que le Gabon est abime, pris en otage par force , diaboliquement par les roitelets (in use)ICI le peuple est le glaive de DIEU. le plus dure arrive pour ceux qui maltraite le peule Gabonais, peuple paisible. lles coeurs de LION vont bientot se lever j;ai dit, Gabonais orphelin.

  3. ISABELLE dit :

    Félicitations à vous. J’espère que d’autres vous suivront. Je suis EXTRÊMEMENT FATIGUE DE VIVRE LA PEUR AU VENTRE DANS MON PROPRE PAYS. JE VIS DANS MON PROPRE PAYS COMME SI C’ÉTAIT MOI QUI SUIS DEVENU UN ETRANGER ET L’ETRANGER COMME UN GABONAIS. C’EST LE MONDE A L’ENVERS.

    Léon M’ba est le SEUL président GABONAIS que nous avons eu depuis notre indépendance en 1960. Omar Bongo n’était pas un vrai gabonais, encore moins son fils adoptif BOA qui est mort en octobre 2018. Maintenant, on veut nous IMPOSER LACCRUCHE ALLIANGA FARGEON. Non et non !!! Nous n’en voulons pas. Nous voulons un GABONAIS à la tête de notre pays. Jean Ping est Gabonais, c’est lui ou alors un autre Gabonais. MAIS PLUS JAMAIS D’ÉTRANGER. PLUS JAMAIS… jamais – jamais – jamais…

    • Okoss dit :

      Isa
      Stp nous voulons plus de précisions. Qui veut nous imposer Fargeon?oû est le PR ?

      • ISABELLE dit :

        Okoss, la France, bien sur… A moins que ce soit une manœuvre pour nous tromper. De plus en plus, je crois à une manœuvre (de la poudre aux yeux). Tout simplement, parce que je me dis qu’ils ne peuvent pas FOUTRE A LA PORTE AVEC LÉGÈRETÉ Frédéric Bongo. Il y a quelque chose qui se manigance actuellement. Et si les Gabonais ne réagissent pas VITE, ils vont encore se retrouver avec un Bongo pour de longues décennies encore… C’est maintenant qu’il faut réagir au plus vite…

    • diogene dit :

      Les gabonais sont ils xénophobes titrait jeune à fric…?
      Léon Mba ne voulait pas de l’indépendance , il voulait que le Gabon soit un territoire français d’outremer. Comme La cruche et Ali finalement.

      Quant aux étrangers, vers qui va votre haine, ils ont leur place parmi nous car ils travaillent, contrairement aux détourneurs de fonds, aux escrocs en uniforme, aux assassins assermentés et cagoulés qui tous arborent leur carte nationale d’identité (qu’ils déshonorent chaque jour par leurs actes) , qui sont protégés par les autorités sans légitimité.

  4. JPL dit :

    En espérant qu’il ne s’agisse pas de groupe de plus qui lorsqu’il aura reçu sa pitance ira se terrer comme l’on fait tous ces prédécesseurs. Moi de toute façon, je n’y crois plus parce que cela s’arrête sur le web ou sur les chaines de télévision. Lorsqu’il faut aller manifester dans la rue ou sur le terrain, il n’y a plus personne.

    • Ari dit :

      Effectivement JPL, on en a ras le bol de tous ces trompeurs/marionnettes qui des que le systme merdique Bongo-PDG leur met l’argent dans la bouche vont aller se taire. Et le peuple continue de subir. On va de deceptions en deceptions. IL N’Y A AUCUN LEADER DIGNE DE CE NOM AU GABON. Tout ce qui nous interesse c’est la parlotte, et pendant ce temps les thuriféraires du regime enfoncent le pays dans les abimes chaque jour. On va encore faire comment hééé!!!.

  5. Barbe dit :

    Bonne compréhension frangin, Dieu couronne toujours les efforts, il faut qu’un Gabonais courageux s’élève et d’autres le suivront. les gabonais attendent juste le plus courageux et le reste s’en suivront. Ils faut que ces imposteurs libèrent le pays.

    • diogene dit :

      Un gabonais se lève, il est abattu et qui le suit personne , ni moi , ni toi.

      Il faut des courageux , beaucoup, et téméraires en plus car ce n’est pas un jeu vidéo où les héros ont plusieurs vies, C’est la réalité matériel !

      Cinq militaires ont tenté un coup d’état, qui a suivi ? Pourquoi les suivre ? Inconnus la veille, ils entrent dans la lumière, nous nous sommes tous demandés, qui sont ils ? Qui est derrière eux ou pas ? Est de l’infox ? De la manipulation ? ou un peu de tout cela…
      Avant la moindre réponse les balles ont sifflé.

      Les mouvements qui ne s’appuient pas sur des bases larges et solides sont voués à l’échec. L’inorganisation, l’absence de culture politique, l’inaction sont malheureusement le trépied de toutes les formations politiques actuelles où triomphent magouilles, clientélisme, clanisme, opportunisme, vision à très court terme voire pas de vision du tout.

  6. Anguile-Diop Gilbert dit :

    Bravo a ces patriotes .Il est temps que cette mascarade s’arrete .C’est uni que stopperont cette imposture. Nous avons le devoir de sauver la patrie en danger.

  7. Baviogui dit :

    En marche pour la reprise de notre dignité nationale qui a fuit le pays parce que le diable à elu domicile dans la maison de la République Gabonaise. Nous n’avons que l’arme constitutionnel pour le faire sortir. Le peuple est déshonorer par un groupe d’individu qui spolie nos richesses akiiiiiiiiii nous en appelons à l’esprit de Léon Mba pour renverser avec les dix ce pouvoir diabolique.

  8. Ikobey dit :

    Se saouler de mots, critiquer , crier à l’imposture, que c’est facile ! que c’est bête !
    Jamais rien de concret, aucun programme, aucun budget chiffré, aucune échéance
    comme la vie est facile et simple!
    Attention le réveil à la réalité pourrait être terrible !
    la bêtise est une triste compagne.

    • Akébé Vite !!! dit :

      ikobey,cher homoncule chéri,ainsi Ns sommes bêtes tu as parfaitement raison(surtout d’accepter de laisser de tels rigolos faire ce qu’ils font), et c’est même pire que ce que tu crois. Mais au moins Ns en sommes conscients, ce qui Ns donne un avantage solide et indéniable sur les bongolatres mabouls et béats comme TOI le réveil c’est pour Toi la dure Ns on la mange avec délectation depuis kala..

  9. Martine dit :

    La France est pour beaucoup dans ce spectacle qui ridile Gabon et les gabonais.

  10. […] des temps ? Après le regroupement de «citoyens libres, conscients et responsables» (lire «La jeune garde exige l’application de l’article 13 de la Constitution») puis Bruno Georges Ngoussi,  les «appels à agir» fusent, Féfé Onanga et un triumvirat de […]

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW