Certainement convaincu de sa compétence à clore le débat sur les réelles capacités du président de la République à diriger le Gabon, le président de l’Union gabonaise démocratique (UGD), Roger Durant Boutoukou, a affirmé le 27 mai 2019, qu’«il n’y a plus de vacance de pouvoir, le président a repris ses prérogatives et assume totalement le devoir de ses charges».

Le président de l’UGD, Roger Durand Boutoukou, le 27 mai 2019. © Gabonreview

 

Comme une réponse aux initiateurs de «l’Appel à Agir» d’une part et aux leaders de la confédération syndicale Dynamique unitaire, sceptiques quant aux réelles capacités du président de la République à diriger le Gabon, le président de l’Union gabonaise démocratique (UGD), Roger Durand Boutoukou, a affirmé le 27 mai 2019 qu’Ali Bongo a repris ses prérogatives et assume totalement le devoir de ses charges.

 «Il reçoit les chefs d’Etats, des lettres de créance d’ambassadeurs, organise des séances de travail», a déclaré Roger Durand Boutoukou, souhaitant une rencontre d’échange entre Ali Bongo et les responsables politiques. Objectif : «Confondre tous ceux qui se livrent encore à des théories dont l’issue est aussi incertaine que leurs obstinations et ambitions démesurées et irréalistes».

En effet pour le directoire de l’UGD, la fermeté et la persévérance de certains Gabonais à douter de la capacité d’Ali Bongo à assumer les devoirs de sa charge, malgré les images télévisées, est révélateur des intentions «funestes» des uns et des autres, dont l’aboutissement, selon Roger Durand Boutoukou, est l’échec.

 «Le président de la République doit prendre la mesure de la situation et apporter les solutions. Nous nous tenons prêts à œuvrer dans le sens de garantir et de préserver l’unité nationale et la paix sociale», a assuré le président de l’UGD, présentant ses profonds regrets à Ali Bongo et à son épouse Sylvia Bongo Ondimba «pour tous les malentendus orchestrés par certains compatriotes assoiffés de pouvoir dont les objectifs sont de créer la zizanie au sein de l’appareil administratif de l’Etat et au sein des populations».

Reste à savoir, si cette déclaration parviendra à doucher l’endurance et l’engagement «citoyen» de ceux des Gabonais qui refusent de se contenter des brides d’images des différentes audiences accordées par à Ali Bongo à certains de ses hôtes.

 
 

3 Commentaires

  1. Ari dit :

    «Il reçoit les chefs d’Etats, des lettres de créance d’ambassadeurs, organise des séances de travail»
    A ton avis Roger Durant Boutoukou, pourquoi ton president a-t-il autant de mal a s’afficher en chair et en os devant meme vous autres ses supporters? Ce qui interesse des gens comme toi ce sont les miettes que les Bongo vous jettent sous la table et non la poursuite du bien-etre de tous les Gabonais qui subissent ce regime depuis plusieurs decennies.
    Pour ta gouverne, c’est Brice Joseph Laccruche Fargeon qui dirige le Gabon en ce moment, Ce n’est pas le sosie que tu vois mimer dans les images que les affides du pouvoir tentent de faire accepter aux populations. Alors de grace, sors de ta caverne!

  2. Il veut bouffer sa part de gateau, pitie

  3. Gabonais dit :

    Vouci un nouveau charognard. Vraiment pitié pour les enfants de ce rigolo.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW