Regrettant la quasi-absence physique et la non-prise de parole en public du président de la République, notamment durant les événements majeurs ayant ponctué l’actualité politico-sociale du pays depuis le 24 octobre 2018, les membres de Dynamique unitaire, la confédération syndicale des agents publics gabonais, en ont déduit, le 2 juillet 2019, qu’«Ali Bongo Ondimba est mort, il n’existe plus».

Le président de la Dynamique unitaire et ses camarades, déterminés à faire triompher la vérité, l’Etat de droit, la justice sociale et le progrès au Gabon. © D.R.

 

Loin d’avoir tiré un trait ou d’avoir renoncé à leur demande d’une preuve réelle d’Ali Bongo en vie ou de ses réelles capacités à assumer les charges de président de la République, les membres de Dynamique unitaire, la plus grande coalition syndicale de fonctionnaires gabonais, ont livré, à la faveur d’une conférence de presse le 2 juillet dernier, leur intime conviction au sujet du chef de l’Etat : «Ali Bongo Ondimba est mort, il n’existe plus».

Pour les membres de cette organisation de défense des intérêts des travailleurs gabonais, cette conviction qui serait largement partagée par les Gabonais, y compris parmi les tenants du pouvoir, tient de la quasi-absence d’Ali Bongo Ondimba, contrairement à sa propension naturelle à intervenir ou à apparaître à la moindre occasion, et à l’analyse d’un faisceau d’indices, entre autres : les montages photos et vidéos “grotesques”, le ballet diplomatique de certains chefs d’Etat africains à Libreville, ainsi que les conférences de presse «iconoclastes» à la présidence de la République de ces présidents sans leur hôte… tout ceci, estime Dynamique unitaire, n’ayant pour but de convaincre les Gabonais qu’Ali Bongo Ondimba rempli les charges de sa fonction de président de la République.

S’adressant «solennellement» aux travailleuses, travailleurs et compatriotes gabonais, et prenant date avec l’histoire du Gabon, Dynamique unitaire se déclare en responsabilité, dès ce jour, «d’ajouter à la revendication syndicale, la revendication citoyenne en exigeant préalablement le déclenchement du mécanisme constitutionnel de la vacance du pouvoir».

«Cette exigence prend tout son sens du fait que seul le président de la République a la décision pour la résolution des revendications des travailleurs. Déclarer la vacance du pouvoir, c’est résoudre le problème du vide institutionnel en pourvoyant aux travailleurs un interlocuteur légal et privilégié pour garantir la justice et la paix sociales», a affirmé le président de cette organisation syndicale, Jean-Rémy Yama, assurant que la confédération syndicale Dynamique unitaire ira avec détermination jusqu’au bout, quel que soit le temps et le prix pour que triomphent la vérité, l’Etat de droit, la justice sociale et le progrès dans notre pays.

 
 

12 Commentaires

  1. Isabelle dit :

    MERCI “dynamique unitaire” de dire tout haut ce que beaucoup de gabonais savent déjà depuis octobre 2018: ALI BONGO EST MORT.

    Arrêtez SVP votre théâtre.
    Et que la France cesse ce jeu dangereux.
    A BON ENTENDEUR…

  2. Ondo dit :

    Pourquoi serait-il vivant ? Il ne veut pas rencontrer les gabonais. Donc il est mort. Il n’a donné aucun pouvoir à qui que ce soit. Que Fargeon Laccruche Alihanga cesse de mentir avec Sylvia Bongo.

    Laccruche Alihanga Fargeon, retourne tranquillement chez toi à Marseille. Tu seras plus heureux là-bas.

    Sylvia Bongo, retourne aussi chez toi avec ton Nourredine adopté.

    Laissez le Gabon aux vrais gabonais SVP.

  3. Ulys dit :

    Merci Jean Rémy Yama d’avoir pris ton courage pour dire cette vérité.
    Et qu’attend maintenant Jean Ping pour emboîter le pas ?

    Liberez mon pays SVP.

    • Adande Menest dit :

      Jean PING attend que les personnes comme vous qui l’ont voté viennent revendiquer leur vote volé depuis 3 ans. Car, il s’agit bien de cela. Jusqu’à présent, c’est ce qu’il attend, le contraire serait un leurre.

  4. OKO dit :

    La CNSS est au bord du chaos.

    Monsieur Désié Lasséghé a pillé la caisse.
    Le parti démocratique gabonais PDG doit 50 milliards de cottisations sociales.
    Les entreprises des enfatns Bongo ne paient pas les cottisations sociales.
    Les entreprises de sylvia Bongo ne paient pas les cotisations sociales.
    Ce n’est pas la faute de madame Nicole ASSELE, ce n’est pas la faute du CLR.
    2100 salariés ,cest trop à la caisse.

  5. 짐 - 루크 dit :

    Merci Jean Rémy Yama d’avoir dit vérité. Votre descendance a de vraies raisons d’être fière à jamais Mercis

    Mon pays entre soleil et pluie, Pierre Claver Akendengue

    Mon pays
    S’attarde vers la mer
    Puis soudain voyage
    A travers soleil et pluie

    Mon pays
    Accroche ses forêts
    Tel un radeau de feuilles mortes le long du fleuve
    Est bien étrange la lente marche des mortels
    A l’est de l’immortalité

    Dans mon pays
    Il y a bien des rêves qui pagaient
    Tant de pagayeurs qui n’arriveront jamais
    Mon pays
    Avale à fortes doses
    De ce vin en poudre dont raffolent nos dame-jeanne
    Mon pays a planté dans ses fortins
    Quelques canons qui serviraient de téléphones
    Que sont étranges tant de signes avant-coureurs
    Des folies et des drames à venir
    Car mon pays, c’est comme un regard qui espère
    Ou redoute quelque chose qui doit venir

    Mais dans la nuit,
    un grand éclat de rire
    C’est mon pays qui rit
    Ou qui pleure comme on rit
    C’est mon pays qui pleure sa liberté en riant
    Comme font les tambours et en battant des mains

    Accourent alors les étrangers
    Ceux qui chantent en silence
    Soupirent en silence
    S’étonnent en silence
    Car dans mon pays
    Le rire des pauvres gens
    C’est étrange pour les riches
    Qui ont perdu
    Leur pays
    Ton pays
    Mon pays

  6. Serge Makaya dit :

    Maintenant, vous allez encore dire que Serge MAKAYA raconte n’importe quoi quand il vous disait depuis fin octobre 2018 que BOA est MORT ?

    Je vous ai maintes fois fait savoir que j’ai travaillé au B2. Je sais comment fonctionne tout ce tripatouillage. Maintenant que les gabonais se réveillent, il faut très vite agir avant qu’il ne déclare la vacance du pouvoir. Parce que, quand ils vont la déclarer, dites-vous bien qu’ils savent déjà SUI sera président du Gabon.

    Raison pour laquelle il ne faut pas aller à ces élections présidentielles qui seront une fois de plus de la mascarade orchestrée par la France.

    Merci Mr Jean Rémy Yama !

  7. Gérard Ngwa dit :

    Aucun ministre de ce gouvernement ne peut s’indigner et dire au peuple gabonais qu’on leur a MENTI depuis octobre dernier au sujet de BOA ? Enfin! Réveillez-vous ! Cessez ce mensonge SVP. Et si c’est la France qui vous pousse à mentir, dénoncez cette imposture au plus vite SVP…

  8. Cyr dit :

    Merci dynamique unitaire! Totalement d’accord avec Ulys,où est Jean PING?

  9. lekemberlien dit :

    Bonjour A tous et toutes, je vous conseil de rester tranquille. Monsieur le Président de la République est bien vivant et il travail pour notre pays. Je ne sais pas pourquoi vous penser que notre président est Mort.
    Je pense que y’a plus de débat sur l’état de santé du président. Il va diriger le pays jusqu’à la fin de son mandat en 2023 et sera belle et bien encore candidat à la prochaine élection. Merci et que vive le Gabon, que Dieu nous garde et protège notre Président Ali Bongo.

    • Léon Nkogue dit :

      Ne viens pas nous endormir avec tes bêtises. Tu es libre d’aimer ce régime pourri. Mais tu ne nous convaincra pas que ton BOA est vivant. Bien au contraire, il doit se décomposer depuis octobre dernier. Vous qui continuez à soutenir ce régime satanique, vous n’aimez pas le Gabon et les gabonais.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW