L’arrivée à Port-Gentil de Cheikh Bassirou Mbacké, porte parole du Khalife général des Mourides, devrait déboucher sur le jumelage de la ville de Touba (Sénégal), terre natale de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du mouridisme, et la capitale économique du Gabon.

Cheikh Bassirou Mbacké à son arrivée à Port-Gentil. © Gabonreview

Cheikh Bassirou Mbacké à son arrivée à Port-Gentil. © Gabonreview

 

C’est le message délivré à la communauté mouride de la ville de sable par le 4ème maire adjoint de la commune de Port-Gentil, Joël Otando, s’exprimant au nom de l’édile Bernard Apérano, au cours de la soirée organisée dans le cadre des manifestations commémorant le Grang Magal, rendez-vous annuel de la foi qui célèbre le départ en exil du vénéré guide Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké.

Joël Otando, 4è maire adjoint de Port-Gentil, lors de son propos. © Gabonreview

Joël Otando, 4è maire adjoint de Port-Gentil, lors de son propos. © Gabonreview

Joël Otando confirmait ainsi l’une des conclusions issues de l’audience que Bernard Apérano a accordée à la délégation venue de Touba et faisant le pèlerinage des villes ayant accueilli Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké lors de son exil.

Pour rappel, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, natif du Sénégal, avait été déporté au Gabon par l’administration coloniale française, au seul motif que les chefs religieux pouvaient «favoriser une quelconque résistance anticoloniale». Il avait alors été embarqué pour le Gabon, à bord du paquebot «Ville de Pernambouc», le samedi 21 septembre 1895 et a eu à subir de dures épreuves dont l’hostilité affichée de l’équipage, la ruée d’un taureau déchaîné, toutes sortes d’exactions et de brimades, que ce soit à Libreville, à Lambaréné, au Cap Lopez ou à Mayumba. Il restera en exil sept ans, sept mois et sept jours. Lavé de tout soupçon, il retournera au Sénégal le 11 novembre 1902.

Très prochainement, les deux villes vont engager le processus qui conduira à leur jumelage, renforçant par là les liens qui unissent le Gabon et le Sénégal, a conclu le maire Joël Otando.

 

 
 

1 Commentaire

  1. AZOTH dit :

    Pauvre de mon pays .

    Des gens de petites pensées, de gestes iconoclastes …

    Ah ces mourides !!! qu’ils règlent d’abord le problème des enfants mendiants ” talibés” rien que ça !

    Une organisation religieuse qui maintient de force une partie de la population dans la bêtise, l’illettrisme ….

    Pourquoi refusent ils, ces marabouts depuis wade, de laisser les enfants aller a l’école comme il se doit, au lieu de les garder dans des boxes , en attendant le petit matin pour aller mendier ?

    le Gabon est la base arrière de la mafia mouride , nous le savons : les plus grosses contributions viennent du Gabon;( voir Amar de montagne sainte , ancien collabo de mbadou , devenu milliardaire avec une societé de BTP, gecom…)

    La je pense que les mendiants mourides que nous voyons a new york, paris, milan,toronto, casablanca, libreville …..vont venir faire leurs armes de plus en plus au Gabon , avant d’aller avec expertise, de la manche, en occident .

    Objecteurs de consciences Oui !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW