Le Centre des libéraux réformateurs (CLR) change de stratégie quant à sa participation à la vie sociopolitique du Gabon. Célébrant son 25e anniversaire le 26 mai à Libreville, le parti de Jean Boniface Asselé a lancé un café politique avec le thème «Pour le Gabon nous pouvons». À travers cette nouvelle plateforme d’échanges, le CLR entend fédérer et impliquer tous ses militants dans la réflexion sur le développement du pays.

Le président du CLR, Jean Boniface Asselé, lançant les journées café politique, le 26 mai 2019. © Communication CLR

 

Secoué ces derniers temps par des bisbilles internes, le Centre des libéraux formateurs (CLR) revient sur la scène politique pour ce qui est de sa contribution à la vie sociopolitique du Gabon. Le parti de Jean Boniface Asselé a lancé, à l’occasion de la célébration de son 25e anniversaire le 26 mai à Libreville, un nouveau concept dénommé «café politique».

Patricia Taye, vice-présidente CLR, faisant don à une femme, le 26 mai 2019 à Libreville.© communication CLR

Ayant pour thème «Pour le Gabon, nous pouvons», ce café politique est une plateforme de rencontres citoyennes, d’informations et d’expériences. Ces échanges visent, selon la vice-présidente du CLR, «à solutionner ensemble les problèmes qui se posent dans la cité, avec pour objectif de susciter l’implication de tous dans le développement de la nation». Le nouveau concept, a relevé Patricia Taye, «permettra de nous unir et taire nos querelles, nos divergences et nous concentrer sur son développement du Gabon». Au-delà d’une plateforme d’échanges, le café politique constitue également «une tribune pour ceux qui ne s’expriment jamais, la voix des sans voix», a ajouté la vice-présidente du CLR.

Profitant de l’occasion, Jean Boniface Asselé, président du CLR, a réaffirmé l’ancrage de sa formation politique dans la majorité républicaine et sociale pour l’Emergence et son indéfectible soutien «à Ali Bongo Ondimba qui va beaucoup mieux».

Lors du lancement de ce café politique, les membres et militants ont échangé sur les questions de pauvreté et d’inondations dans le 4e arrondissement de Libreville. Dans cette perspective, les femmes ont été invitées à «être des actrices développement, à mieux apprécier leur rôle dans la cité».  Le prochain café politique se tiendra dans le 3e arrondissement de Libreville.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW