Dans le cadre d’une scène de crime où circonscrire le périmètre s’impose, la fermeture “jusqu’à nouvel ordre” du Village artisanal de l’avenue du Colonel Parant n’était pas nécessaire. Elle amène de nombreux observateurs à crier à l’amplification spectaculaire d’un fait divers. Les mots «Allah Akbar» suffisent-ils pour crier au loup dans la bergerie ?  

La fermeture du village artisanal et l’arrestation de commerçants est une mesure démesurée frappant bien de musulmans sans problèmes. Ici, leur arrivée au camp de police Michel Bigoundou. © Gabonriew/Capture d’écran VOA Afrique

 

Si le débat sur les circonstances du drame, survenu à Libreville, impliquant un ressortissant Nigérien de 53 ans ayant grièvement attaqué «au couteau» deux journalistes Danois de la chaine de télévision National Geographic, agite la toile et alimente la chronique, la gestion de l’enquête avec son corollaire de mesures soulève des interrogations, notamment au sujet de l’opportunité de fermer le Village artisanal, théâtre de l’agression.

Fermé, le Village artisanal de l’avenue du Colonel Parant à Libreville. © Gabonreview

Bataclan, Las Vegas, «nécessité d’enquête» et spectacularisation

Epicentre du commerce d’objets d’art, convoités en majorité par les touristes en visite dans le pays, le Village artisanal de l’avenue du Colonel Parant a été fermé jusqu’à nouvel ordre pour «nécessité d’enquête» par les autorités politique et judiciaire. La plupart des occupants ont été, eux aussi, arrêtés. Une raison quelque peu farfelue, estiment un bon nombre d’habitués de ce lieu de villégiature urbaine, estimant pour la plupart que sa fermeture ne s’imposait pas. «Nécessité d’enquête est un prétexte fallacieux. La suite de l’enquête ne nécessite rien d’autre que l’interrogatoire et la confrontation des antagonistes ainsi que l’audition des commerçants témoins du périmètre où les faits se sont déroulés. Cette place commerciale est tout de même grande, avec plusieurs couloirs et compartiments ; tous les commerçants de ce village n’ont tout de même pas été témoins du drame», fait remarquer un ancien enquêteur de la Police judiciaire à la retraite.

Ce qui amène au souvenir de la tuerie du Bataclan, en novembre 2015 à Paris, avec ses 130 morts : le lieu fut fermé dès le drame afin de permettre aux investigateurs de faire tous les prélèvements nécessaires à l’enquête (empreintes digitales, douilles des armes utilisées, indices divers, photographies des lieux, etc.) puis pour les besoins de travaux de réfection. On ne pris personne dans le voisinage immédiat du Bataclan ; pas plus qu’à Las Vegas, lors du massacre qui fit 59 morts et 515 blessés en octobre dernier, on ne mit aux arrêts les habitants du palier d’immeuble  d’où étaient partis les coups de feu. «Il y a comme une spectacularisation de cette affaire», note le même ancien policier. Les victimes, l’assaillant et quelques témoins dans l’environnement immédiat du lieu de l’agression auraient suffi au bout d’une série d’entretiens à élucider les circonstances du drame, pense-t-il avant d’ajouter : «l’enquête sur la plausibilité d’une radicalisation de quelques musulmans vivant au Gabon ou de l’existence d’une organisation djihadiste dans le pays doit être plus subtile, presque furtive et pas du tout tape-à-l’œil. Une bonne déclaration officielle suffit pour rassurer les chancelleries et les touristes

Activité économique pénalisée et commerce de la peur

Les implications de cette mesure n’ont certainement pas été évaluées. Car, il s’agit bien là d’une activité économique qui enregistre des pertes. Régulièrement, les agents économiques mis aux arrêts sont contrôlés. Ils paient patentes, impôts et taxes diverses, importent des objets d’art qui passent par la douane et y sont taxés, payent la location de leurs boutiques à des structures soit ministérielles soit municipales. En fermant ce lieu, on prive indéniablement l’Etat de quelques recettes et on accroit la crainte de ces lieux par les touristes.

Si tant est qu’on aimerait remonter aux déterminismes de cet acte résolument condamnable, l’enquête devrait se déployer dans les mosquées et les divers ilots communautaires comptant des musulmans à Libreville. De même, il aurait fallu fermer le grand marché de Mont-Bouët, lieu touristique également et plus grande concentration quotidienne de musulmans de la capitale gabonaise.

La présence du ministre de la Défense sur le théâtre du drame, en lieu et place du procureur de la République, en rajoute à la «spectacularisation de cette affaire», selon le mot de l’ancien policier cité plus haut.

«Allah Akbar», version marché noir de l’information

Il est à noter, par ailleurs, que les photos de l’agresseur ensanglanté, utilisées par la plupart des médias, même l’officiel quotidien L’Union, sont l’œuvre de badauds les ayant fait circuler ensuite sur les réseaux sociaux. Là, sur ce marché noir de l’information où trône la rumeur, il se raconte qu’une dispute entre les deux journalistes et l’agresseur serait à l’origine du drame. Des témoins, supposés, soutiennent sur Facebook que durant cette altercation verbale, le Danois aurait poussé le Nigérien au sol. Se sentant humilié, ce dernier se serait procuré un morceau de carreau cassé qui trainait par là en criant «Allah Akbar» et aurait agressé les journalistes. Si cette version venait à se confirmer, elle indiquerait qu’on a délibérément opté pour le sensationnel.

Formule largement et traditionnellement employée par les arabophones musulmans dans diverses circonstances, notamment lors des appels à la prière et au début de chaque prière, les mots «Allah Akbar» ont suffit pour crier au loup dans la bergerie. Si une enquête approfondie est résolument nécessaire, force est de reconnaitre qu’on en a trop fait. On n’en a pas autant fait lorsqu’en octobre 2013, un parachutiste français en mission au Gabon fut tué à la sortie d’un night-club à Libreville. Il manquait absolument les mots «Allah Akbar». On n’en a pas autant fait lorsqu’en janvier 2011, une série de vols à main armée fut perpétrée dans les domiciles de plusieurs chefs d’entreprises de nationalité française résident à Libreville. Il manquait absolument les mots «Allah Akbar». Il faut sans doute interdire l’usage dans les mosquées de cette expression pourtant séculaire et banale dans le monde musulman. Il reste que la fermeture du village artisanal est une mesure démesurée frappant bien d’innocents, bien de musulmans sans problèmes.

 
 

12 Commentaires

  1. jerome dit :

    Bon article gabonreview!

  2. AIRBORNE dit :

    Bonne analyse gabonreview, tout ca c’est du tape a l’oeil de la diversion. Il serait souhaitable de debute l’enquete dans les communautes musulmanes, dans le milieu ou vit se nigerien et ceux qui ont assistes a cette agression. Fermer le village artisanal c’est de l’exces de zele et du spectacles surtout en presence du mollusque Massard. Les touristes qui viendront eviteront le village artisanal, Lbreville n’a pas de muse artisanal gabonais qui attirerait les touristes. Les jihadists sont deja au gabon, malgre la declaration de Ossecni et la declaration Akbar Onanga, ces jihadists vont se lever un jour pour massacrer les gabonais comme leur chef BOA.

    • Le gabonais dit :

      C’est incroyable ce que l’on peut être égocentrique chez nous. Non assistance à personne en danger!ce n’est pas une raison suffisante pour fermer ces lieux? Comment ces gens ont pu voir leur collègue agresser un client sans intervenir pour éviter une mauvaise publicité! Quand ce type déclare que son acte fait suite à la reconnaissance de Trump sur Jérusalem. Même les américains sont contre lui.agresser des danois clients pour des des déclarations de Trump, c’est idiot. Prendre le couteau pour tuer un être humain à cause des déclarations d’un tiers, c’est malheureux.il faut détruire même ce lieu et construire un autre endroit avec des non-fanatiques.ils veulent mettre en pratique ce qu’ils voient à la télé et salir la religion musulmane.C’est malheureux de soutenir ça. Car, cela revient à les encourager.

    • François Ndjimbi dit :

      Malheureusement, vous n’avez pas appris que l’agresseur a été maîtrisé et passé à tabac par les commerçants de ce lieu. La Police qui n’est jamais là où il faut, n’est arrivée quaprès et s’est laissée livrer l’homme en question.

  3. ENIGA dit :

    De quel droit se permet-on de fermer ce marché sur quoi se base t’on ?
    Qui pour indemniser les commerçants ?
    L’incompétence de l’Etat devient confondante.

  4. jean- jacques dit :

    Le probleme dans tout ça c’est le manque d’organisation, et prevention. dans les pays ou les autorités traviallent , il faut mettre en place une police formé dans le domaine du tourisme. et mettre les moyens de transports à cet effet.pour que les tourismes quelque soit le motif de la visite au Gabon , ses derniers doivent être protegeé. même si certains diront que ça n’existe pas dans d’autres pays, mais le Gabon peut y penser pour mettre en place…
    Et voila on parle des la libre circulation, nos pays n’ont pas encore des moyens efficaces pour proteger et controler nos frontieres.

  5. Bibouboua dit :

    S’agit-il dans ce “village”, de l’artisanat gabonais ou de l’artisanat ouest africain…? Franchement. Cet article defend-il les intérêts du Gabon, terre de paix ou ceux du commerce international et ses corollaires qui nous assujettissent…?

    • gabonreviewadmin dit :

      Lorsque nous écrivions contre l’interdiction d’importer des voitures de plus de 10 ans, défendons-nous les intérêts des Gabonais, du Gabon ou ceux des fabricants, importateurs et vendeurs, tous étrangers ? Dans le cas d’espèce, nous dénonçons la fermeture d’une activité qui rapporte de l’argent au Gabon ; nous déplorons l’arrestation de gens dont le seul péché, pour la plupart, est d’exercer sur un marché qui enregistre son tout premier drame.

      En sus du fait que les touristes qui achètent ces objets d’art, payent des taxes pour les sortir du pays, ces commerçants qui ne sont pas tous des criminels «paient patentes, impôts et taxes diverses, importent des objets d’art qui passent par la douane et y sont taxés, payent la location de leurs boutiques à des structures soit ministérielles soit municipales», avons-nous écrit, n’avez-vous sans doute pas lu. De plus, existe-t-il seulement une production artisanale gabonaise pouvant alimenter un marché ? En réalité, non : les gabonais ne sculptent presque plus ou alors leur production est infinitésimale. Même nos masques les plus connus, à l’instar du Ngil, du reliquaire kota ou du Mukuyi-Okuyi, sont maintenant sculptés ailleurs en Afrique et importés au Gabon. Ainsi, vous trouverez également de l’artisanat gabonais dans ce “village“. Hormis une ou deux galeries d’art, ce sont d’ailleurs les rares endroits où l’on peut acheter de l’art gabonais. Pas de xénophobie gratuite, cher Monsieur Bibouboua. Merci de continuer à nous suivre.

  6. louetsy dit :

    Au Gabon je suis désolé mais les choses se font d’une façon à faire sourire plus d’un.Parce qu’il y a eu cette attaque au couteau que les uns et les autres font du remue-ménage autour de cet incident malheureux ?
    Mais le problème est ailleurs!Regardez par vous-même,le nombre de clandestins qui arpentent nos frontières nuitamment et parfois avec la bénédiction de certains agents avident d’argent, ignorant de la moralité de ces inconnus, les laissent entré sur le territoire national sans une autre forme de contrôle.

  7. L'enfant de Bakouaka dit :

    Vraiment GR, je vous aime bien mais là votre parti pris est déconcertant…
    Imaginons un seul instant que 2 jours après le drame, on réouvre le marché artisanal et un autre drame survenait. Je peut déjà deviner le procès en incompétence qui s’etalerait à votre une.
    Pardon, la prévention dans ce cas est vraiment mère de sûreté. Avant que le procureur ne nous dise un peu plus sur l’affaire, personne ne savait d’où venait le criminel en question, s’il y a des complicités au marché artisanal où si d’autres éléments vont agir en d’autres lieux et autre moment.
    Votre policier retraité là n’a jamais vécu une situation ”terroriste” similaire.
    Pardon, laissez les policiers faire leur travail. Vous faites si bien le votre, sans ironie je vous assure.
    Prévention, prévention, prévention

  8. Kevin Meyet dit :

    Bonjour.

    L’ancien policier qui commente les faits a résolu combien d’enquêtes quand il était en service ? Il fallait frapper un coup et envoyer un message clair, le Gabon ne sera pas le terreau de du terrorisme. Après je ne vais pas pleurer pour la fermeture d’un village artisanal où sont vendus des objets de la culture Gabonaise fabriqués pour la plus part au Burkina ou au Mali ou en chine.

    Pour ma part la réaction des autorités est aussi spectaculaire que l’acte auquel ont été témoins les librevillois.

    L’auteur prend pour exemple les tragédies du Bataclan et Las Vegas mais au moment de toutes ces tueries la première question qui se pose est de savoir si les assaillants ont dit “Allah Akbar ” et la revendication porte l’empreinte de l’extrémisme religieux. ça permet au media de situer la nature de l’attaque.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW