Poursuivis pour vol aggravé, deux policiers ont été déférés devant le juge d’instruction. Après avoir partiellement avoué les faits, le 25 septembre, devant le tribunal correctionnel de Libreville, ils seront fixés sur leur sort lors de la troisième audience de la rentrée judiciaire 2019-2020.

Poursuivis pour vol aggravé, deux policiers ont été déférés devant le juge d’instruction (illustration). © D.R.

 

Ulrich Sunda Ndoutoume et Ange Obame ont comparu le 25 septembre devant le tribunal correctionnel de Libreville pour vol aggravé. Lors d’un contrôle de routine au centre-ville, entre la Chambre de commerce et l’Immeuble Rénovation, les deux policiers sont tombés sur un véhicule à usage commercial.

Après la vérification des pièces du véhicule, Sunda et Obame interpellent les personnes à bord, dont Diallo Alpha Oumar. Ce dernier met du temps à sortir sa carte de séjour. Considérant cela comme un refus d’obtempérer, les flics décident de l’embarquer. Cependant, au lieu de le conduire dans un poste de police, ils l’entraînent à la plage du Lycée national Léon-Mba, à environ 5km du lieu du contrôle. Là-bas, ils l’auraient dépouillé de 70.000 francs CFA et de son téléphone portable, avant de l’abandonner. Manque de bol, Diallo a pu mémoriser la plaque de l’un des policiers. Ce qui lui a permis de saisir l’Inspection générale de la police.

Après l’ouverture d’une enquête, les deux policiers sont déférés devant le juge d’instruction où ils reconnaissent «avoir arraché 70.000 francs CFA à Diallo». Quant au téléphone portable, ont-ils dit, «il s’est sûrement perdu dans le feu de l’action». Cette reconnaissance partielle des faits a permis de les inculper pour vol aggravé, d’autant plus qu’ils n’ont pas qualité d’Officier de police judiciaire (OPJ). Mieux, à la question de savoir pourquoi ils ont amené Diallo sur cette plage, les deux flics répliqueront qu’ils n’ont pas «forcément d’explication».

Le Ministère public a demandé au tribunal de confirmer leur culpabilité pour le délit de vol aggravé, surtout qu’ils se sont détournés de leur mission. «C’est ce genre de mauvaises graines qui souillent l’honneur de la police», a déclaré le procureur de la République qui a requis «5ans de prison ferme chacun». «Comme cela, ils seront radiés des effectifs de la police et c’est ce qu’ils méritent», a-t-il insisté.

La défense des policiers a plaidé coupable en soulignant que Sunda et Obame étaient en état d’ébriété au moment des faits. Leur état d’ivresse a pu altérer leur conscience. Elle a plaidé pour des sanctions moins lourdes ne compromettant pas l’avenir de ses clients «encore dans la fleur de l’âge» et qu’elle considère comme des «délinquants primaires». Sunda et Obame qui ont demandé pardon à la société seront fixés sur leur sort  lors de la 3e audience de la rentrée judiciaire 2019-2020.

 
 

2 Commentaires

  1. Shox dit :

    Policier en “état d’ébriété” pendant le service.. Rien que ça,c’est déjà grave !! À lire ce genre de nouvelles, on se demande bien si finalement ce ne sont pas les agents de l’ordre eux mêmes qui kidnappent et assassinent les gens dans ce pays

    • Paul Bismuth dit :

      Je ne sais pas qui est le conseil de ces policiers, mais il n’a pas oeuvré en faveur d’une peine moins lourde. Comment peut-il plaider l’état d’ebriété pour des policiers ?! Bref. J’espère vraiment qu’ils prendront au moins 5 ans de prison ferme et qu’ils ne revêtiront plus jamais l’uniforme de la police. Quand le policier abuse de son pouvoir et n’est plus dissociable du vulgaire bangando ça donne ça.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW