ÉCONOMIE

Emploi et formation à l’honneur d’un salon à Libreville

Emploi et formation à l’honneur d’un salon à Libreville

Initié par les entreprises Gabon Affaires Plus et CBI-Groupe, un salon de l’emploi et de la formation s’est ouvert le 21 mai à Libreville. Organisé sous le thème «Gabon, formation, emploi et réinsertion», cette manifestation vise à renforcer les liens entre les demandeurs et offreurs d’emplois.

 
 

58 millions de dollars pour la fibre optique sous-marine ACE

58 millions de dollars pour la fibre optique sous-marine ACE

Une convention de prêt a été passée récemment entre le Gabon et la Banque mondiale en vue de la connexion du pays au nouveau projet régional de câble sous-marin de fibre optique ACE (Africa Coast to Europe). Une initiative qui vise à «soutenir les efforts du Gabon pour se doter d’infrastructures de télécommunication modernes en mesure de soutenir son ambition de développement».

 
 

Les pisciculteurs de l’Estuaire à l’école

Les pisciculteurs de l’Estuaire à l’école

Organisée par la direction générale des Pêches et de l’Aquaculture, en partenariat avec un le Projet d’appui au secteur des pêches et de l’aquaculture (PSPA), un atelier de formation de 4 jours sur le renforcement des capacités de gestion technique et économique d’une exploitation piscicole s’est ouvert le 21 mai à Libreville.

 
 

Un mémorandum sévère contre le projet Woleu-Ntemois d’Olam

Un mémorandum sévère contre le projet Woleu-Ntemois d’Olam

La controverse autour du projet, annoncé en mars dernier, de 28 000 hectares d’hévéaculture dans la province septentrionale du Gabon vient de s’enrichir d’un nouvel élément. Après la discussion arbitrée par l’ONG Brainforest, le 22 mars dernier à Libreville, entre une délégation venue du Woleu-Ntem et Olam, voici qu’un mémorandum vient d’être rédigé qui bat en brèche ce projet avec des arguments non négligeables.

 
 

Cimgabon campe dans le rouge

Cimgabon campe dans le rouge

Confrontée à ce qu’elle qualifie de concurrence «déloyale», Cimgabon n’arrive plus à joindre les deux bouts. Sur les quatre derniers mois, le cimentier gabonais a enregistré une perte de 1,8 milliards de francs CFA. Une situation qui menace sérieusement l’avenir de la société.

 
 

Le New York Forum Africa, une formidable passerelle d’après Richard Attias

Le New York Forum Africa, une formidable passerelle d’après Richard Attias

Dans une interview à paraître prochainement, le promoteur du New York Forum Africa (NYF-Africa), Richard Attias, s’explique sur le fondement de ce forum qui aura lieu à Libreville les 8, 9 et 10 juin, sur ses visées, mais aussi sur les différences qu’il a avec les grandes rencontres internationales telles que Davos. Pour lui, le rendez-vous de Libreville devrait être une passerelle entre le secteur public et le secteur privé.

 
 

2011, année de tous les records à BGFIGroup

2011, année de tous les records à BGFIGroup

Réunis en assemblée générale ordinaire le 16 mai à Libreville, les actionnaires de BGFIGroup ont approuvé les comptes annuels clos au 31 décembre 2011 de cette structure, marqués notamment par total bilan de 2284,38 milliards de francs CFA.

 
 

L’Exposition internationale Yeosu 2012: Une opportunité pour le Gabon?

L’Exposition internationale Yeosu 2012: Une opportunité pour le Gabon?

Le Gabon participe depuis le 12 mai dernier à Yeosu, en Corée du Sud, à l’exposition internationale qui met en avant la culture des pays qui y prennent part. Ce qui a fait dire au ministre délégué aux Affaires étrangères, Dominique Guy Noël Nguino, qui conduisait la délégation gabonaise à l’ouverture officielle présidée par le chef de l’Etat coréen Ly Myu Bak, que cet événement reste une grande opportunité pour le Gabon.

 
 

Voyants au vert pour la SGPP en 2011

Voyants au vert pour la SGPP en 2011

Surfant sur les investissements de l’État et les chantiers de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2012, la Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers (SGPP) a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 6,5 milliards de francs CFA contre 5,4 milliards en 2010. Soit une augmentation de 20,5%.

 
 

Des marchés de fleurs spontanés à Libreville: un commerce rentable

Des marchés de fleurs spontanés à Libreville: un commerce rentable

S’il est de notoriété publique que les Gabonais ne s’adonnent pas aux petits métiers, il est également connu que ces activités, qui campent résolument dans l’informel, font vivre de nombreuses familles, notamment expatriées au Gabon. Un cas patent est celui des marchés spontanés de plantes décoratives et fleurs qui se développent à Libreville et constituent de véritables sources de revenus pour leurs promoteurs.