TATIE

Flavienne Nfoumou Ondo a été placée sous mandat de dépôt le 27 novembre, par le juge d’instruction du Tribunal spécial de Libreville. L’ancienne ministre des Transports d’Ali Bongo est poursuivie pour trafic d’enfants, pour avoir été au centre d’une transaction de vente d’une fillette à Christiane Ebang Asseko à Bitam, en contrepartie d’une somme de dix millions de francs CFA.

L’ancienne ministre des Transports d’Ali Bongo, Flavienne Nfoumou Ondo placée sous mandat dé dépôt le 27 novembre pour trafic d’enfants. © Gabonreview

 

Flavienne Nfoumou Ondo a passé sa deuxième nuit à la prison centrale de Libreville, après avoir été placée sous mandat de dépôt le 27 novembre, par le Juge d’instruction du tribunal spécial de Libreville.

L’ancienne ministre des Transports d’Ali Bongo est impliquée dans une affaire de vol d’une fillette à Bitam, dans le Woleu-Ntem. Selon certaines sources proches du dossier, l’ancien membre du gouvernement de l’équipe Issoze Ngondet en 2016 aurait cherché à aider Christiane Ebang Asseko, dame de 50 ans, à adopter un enfant, en contre-partie d’une somme de dix millions de francs CFA.

Flavienne Nfoumou Ondo avait, selon les mêmes sources, récupéré le bébé d’Elodie 48 heures après l’accouchement avec la complicité d’Yvette Angue, la grand mère de l’enfant pour le remettre à Christiane Ebang Asseko. Lors de la transaction, Flavienne Nfoumou Ondo aurait affirmé avoir eu l’enfant au Cameroun. Malheureusement, l’affaire a éclaté quelques jours après, jusqu’à ce qu’une plainte soit déposée au B2 par Ndong Ondo, l’un des responsables de la famille du bébé.

Dans leurs investigations, les agents du B2 ont arrêté Elodie, la mère du bébé, et sa grand mère Yvette Angue. Quelques jours après leur audition, Yvette Angue a cité Flavienne Nfoumou Ondo. Étant en déplacement hors du pays, l’ancienne ministre a été arrêtée il y a quelques jours à son arrivée, avant d’être déférée devant le parquet. Auditionnée par le procureur puis par le juge d’instruction du tribunal spécial, l’ancienne ministre a été reconnue coupable, entre autres, de trafic d’enfants.

Vu la gravité des chefs d’accusation, elle été placée sous mandat de dépôt le 27 novembre et transférée à Sans-Famille, le pénitencier de Libreville, aux environs de 17 heures, a confirmé son avocat maitre Jean-Paul Moumbembe.

 
GR
 

4 Commentaires

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Je suis aujourd’hui convaincu que la moralisation de la Société Gabonaise c’est pas pour demain. La Fonction de Ministre fait partie de celles qui véhicule l’autorité de l’Etat. Elle consacre un modèle de celle ou celui qui l’incarne. Autrement dit, c’est en cela qu’elle se différencie du citoyen lambda. La personne donc qui l’incarne doit être un modèle de droiture, d’exemplarité, d’impersonnalité. A l’examen et face à ce document qui s’apparente à du banditisme de grand chemin le doute est désormais permis quand à la crédibilité des dirigeants. Amen.

  2. B2 dit :

    Juste une question : cette femme mérite d’être en prison. Mais ne sait elle pas autre chose quand à la disparition d’enfants genre Rinaldi et bien d’autres depuis quelques années au Gabon ? Les enfants assassinés pour les organes…

    On arrête des coupables, mais pas forcément ceux qui sont à la tête de trafics d’enfants, d’organes, etc. Et perso, je suis certai de certain de ce que j’écris : le clan Bongo- Valentin sont à la tête de ces trafics.

    Cessons de faire du bourreau une victime. Il est temps d’enquêter sérieusement sur les Bongo et Valentin, on va découvrir des horreurs de toute sorte depuis le temps d’Omar Bongo.

    le défunt Ali Bongo a bien mangé de la chaire humaine. Un gosse a bien été tué dans des conditions atroces il y a quelques années, après avoir été jeté dans une cage de fauves. J’ai le témoignage d’une personne.

    IL EST TEMPS DES MISES EN EXAMEN DU CLAN BONGO – VALENTIN. LES MAINS DE CES GENS SONT VRAIMENT SALES ET PLEINES DE SANG.

    J’ai écris. Et j’affirme que c’est vrai.

  3. diogene dit :

    Tout ce que touche la famille Bongo reste souillé à vie !

  4. […] a dès lors été auditionnée à son tour, par le procureur puis par le juge d’instruction du tribunal spécial. Reconnue coupable entre […]

Poster un commentaire