Les conclusions issues de l’examen global du programme «3808 Logements» révèlent des avances de démarrage, de plus de 18 milliards de FCFA encore détenus par des entreprises adjudicatrices.

Un chantier inachevé des 3808 logements à Libreville. © Gabonreview

 

Les rencontres de confrontation initiées en mars dernier entre la direction financière et technique de la Société nationale immobilière (SNI) et les entreprises adjudicatrices, ont récemment débouché sur l’évaluation des avances de démarrage de travaux octroyées aux entreprises, fixées à plus de 18 milliards de francs CFA, ainsi que sur la signature d’une reconnaissance de dette par les différentes parties.

«A ce jour, la SNI a mis en place une procédure de recouvrement des créances détenues par les entreprises. Ces importantes sommes devront servir en partie à résoudre le problème récurrent des réservataires qui attendent toujours de voir leurs logements livrés et qui pour certains sollicitent un remboursement des sommes versées», a indiqué le directeur général de la SNI, Hermann Kamonomono, qui souhaite relancer le chantier de 3808 logements, avec de nouvelles modalités.

Le patron de la SNI envisage de régler rapidement cette situation intolérable due aux nombreuses irrégularités non seulement dans la facturation, mais aussi dans le suivi des travaux. «La condition des réservataires est injuste et notre motivation à recouvrer ces créances est d’abord due à la nécessité de résoudre cette situation qui perdure. Nous demandons à ces derniers, un peu plus de patience. Nous avons déjà saisi le taureau par les cornes», a-t-il assuré.

La prochaine étape de ce vaste programme de relance du chantier de 3808 logements consistera à la résiliation des contrats signés avec les entreprises ayant participées au programme. De nouveaux appels d’offres seront lancés pour la sélection de nouveaux partenaires remplissant les critères d’«efficacité et de transparence».

Lancé en 2013, ce programme devait favoriser l’accès à la propriété ou la location à plus de 3808 foyers. Il concerne 12 localités du pays : Libreville, Owendo, Nkok, Franceville, Moanda, Lambaréné, Mouila, Tchibanga, Makokou, Koula-Moutou, Port-Gentil et Oyem.

 
 

2 Commentaires

  1. […] 3808 Logements : 18 milliards manquent à l'appel – Gabonreview.com […]

  2. diogene dit :

    Ce qui manque c’est 5 000 fois 10 , soit 50 000 logements promis, jamais réalisés et même pas en construction. Pourtant cette belle promesse de politicien maffieux pouvait être réalisée, il eut fallu que la corruption, les entreprises de copinage, les montages en poupées russes*, soient bannis et que des sociétés sérieuses et capables d’utiliser les matériaux locaux de préférence…

    *prendre un marché, donner la part de corruption aux décideurs, remettre le marché dans les mains d’un sous traitant, qui cherchera à sous traiter à son tour, etc..Bilan pour 10 millions de décaisser au départ, l’exécutant réel ne touche que 500 000, bien sur les ouvriers n’ont ni couverture sociale, ni retraite, ce sont des tacherons, pas d’impôts, pas de taxes, c’est ce que l’on nomme du charmant euphémisme de secteur informel, qui de fait est une forme d’arnaque et un asservissement des ouvriers.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW