Accusée de soutenir des régimes africains corrompus ou dictatoriaux, mais également de fermer les yeux sur la trajectoire réelle empruntée par l’aide au développement accordée notamment au Gabon, l’Agence française de développement(AFD) rejette en bloc ces accusations.

Le directeur général de l’AFD, Rémy Rioux. © D.R.

 

Le principal opérateur de l’aide française au développement est de plus en plus critiqué en Afrique. L’Agence française de développement (AFD) est perçue par beaucoup comme un dispositif mis en place pour soutenir les dictatures et régimes corrompus qui sécurisent les intérêts de Paris, au détriment des intérêts de la population.

Dans une interview accordée au journal en ligne Monde Afrique, le directeur général de l’AFD, Rémy Rioux, assure «avoir des mains propres et agit pour les populations». Si l’organisme qu’il dirige est «un instrument différent et complémentaire des instruments de défense ou de diplomatie», l’objectif de l’AFD est «d’atteindre les populations et d’améliorer leurs conditions de vie, sans précondition de nature politique», affirme-t-il.

Pour répondre à ceux qui, de plus en plus nombreux, doutent de la justesse des actions de l’AFD, Rémy Rioux les renvoie à la faiblesse des institutions de leurs pays, lesquelles sont incapables de gérer les tensions internes et d’avancer dans le parcours du développement.

«La qualité de la gouvernance publique, le consensus social, le respect des libertés publiques contribuent au développement. En gardant toujours à l’esprit qu’il n’existe pas de formule magique et unique dans ce domaine, qui voudrait que tout le monde ait les mêmes institutions que la France ou les Etats-Unis ! Il y a des valeurs communes et il y a ensuite des institutions diverses qui les incarnent et permettent à un pays de gérer ses tensions et d’avancer dans son parcours de développement», soutient le directeur général de l’Agence.

Ce dernier justifie également la justesse du prêt accordé au Gabon en 2017 et dénoncé par plusieurs organisations de la société civile. Pour Rémy Rioux, l’AFD avec d’autres institutions financières, notamment le Fonds monétaire international (FMI), veulent à travers le prêt triennal de 255 millions d’euros approuvé le 1er décembre 2017 et accordé au Gabon, «assurer la stabilité macroéconomique du pays, frappé depuis plusieurs années par la chute brutale des prix du pétrole, pour éviter que les populations ne soient touchées plus durement encore. Dans ces situations de crise financière, le niveau des réserves de change et la soutenabilité de la dette doivent être préservés. Notre prêt y contribue». Le patron de l’AFD affirme travailler aussi très concrètement avec les acteurs locaux. «Notre action cherche à répondre au plus près aux besoins des populations, avec des résultats tangibles».

Le 19 août 2018, un Gabonais installé en France et trois organisations de la société civile gabonaise avaient déposé une requête devant le tribunal administratif de Paris, dans le but de faire annuler la garantie de l’Etat français accordée au dernier prêt de 75 millions d’euros accordé au Gabon par l’Agence française de développement.

 
 

9 Commentaires

  1. Moussavou Ibinga Jean dit :

    Il ne peut convaincre que sa femme ou ses enfants, ce Rioux, soutien des pires dictateurs

  2. la vérité dit :

    En fait le baril de pétrole est à 74 dollars depuis plus de 6 mois.
    Mais comme vous le savez, les dirigeants sublimes du Gabon ont vendu le pétrole gabonais à 40 dollars le baril pendant 10 ans (à VITOL en Suisse).
    Du coup les fluctuations du pétroles ne sont pas profitables aux gabonais mais aux dirigeants sublimes du gabon, lequels crés des sociétés écran à chaque société qui pactise avec le Gabon.
    Regardez les sociétés à qui on attribue les blocs pétroliers en mer, il y a tjrs une petite société qui détient des petites parts. cette petite société appartient tjrs aux dirigeants sublimes du Gabon.
    Le peuple gabonais n’a pas encore existé mais existera un bon jour quelque soit la durée de la nuit, aggravée par des substances neurotoxiques tous azimuts qd on a perdu le contrôle du Gabon, il ne reste plus que les crimes rituels pour survivre.

    Yvan Tristan!

  3. FAYO dit :

    Votre aide c’est pour aider Ali Bongo à se maintenir au pouvoir. La faiblesse de nos institution a été entretenue par la France dès le début des indépendances. Le premier président, Léon Mba, c’est le choix de la France et non celui des gabonais. Quand les gabonais ont chassé sans effusion de sang, Léon Mba (le président des français) qui détruisait les institutions démocratiques et consensuels pour bâtir des institutions aux ordres, la France a ramené Léon Mba au pouvoir non sans faire couler le sang des gabonais. Le successeur de Léon Mba a prêté serment en France devant Foccart. Avec le Fils Bongo, les institutions faibles et non démocratiques, nous pouvons dire que nous subissons les choix que la France a fait à deux reprises à notre place sur qui devait diriger l’exécutif de notre pays. Si la France avait eu un pays qui venait l’endetter à chaque fois qu’elle avait des difficultés économiques, la révolution qui fait tant votre fierté n’aurait jamais eu lieu. Bon sang, laisser nous tomber et nous relever seul, c’est de cette seule façon que nous deviendrons forts avec des institutions fortes. Où est la souveraineté de ce peuple que vous venez aidé sans demander son avis?

  4. AIRBORNE dit :

    «avoir des mains propres et agit pour les populations. l’objectif de l’AFD est d’atteindre les populations et d’améliorer leurs conditions de vie, sans précondition de nature politique” Remy Rioux, tu parle bien là, mais la réalité sur le terrain n’est pas la même. L’argent que tu débloques ce n’est pas pour les populations gabonaises, c’est pour la famille bongo et ses amis et tu le sais bien.Voila nous croupissons dans les poubelles, dans la
    pourritures. tu es à nos yeux complice, puisse que tu prends ton pourcentage dans le décaissement.

  5. Shaka Loubedi dit :

    Ce monsieur affirme faire des pret pour le bien des population. Bon je ne vais pas m’etendre dans des argumentaires. Juste une proposition:
    Qu’il vienne avec sa famille passer juste une année au Gabon en famille d’accueil dans les Avea ou Akébé, ou la Baie des cochons ou meme dans Nzeng Ayong Dragage. Ses enfants (il en a) seront inscrit dans l’un des etablissement public de la place, on lui donnera le meme budget mensuel qu’un pere de famille fonctionnaire gabonais. Il aura droit a la CNAMGS et devra se soigner dans les hopitaux publiques (pas de cliniques), il devra se deplacer en taxi.
    Apres ca, j’espere qu’il maintiendra le meme discours.
    Il pense prendre les gabonais pour des ignorants, mais c’est lui le vrai ignorant.

  6. beka dit :

    Il est intéressant de noter que le DG de l’AFD demeure dans la constance de ses prédécesseurs, pour perpétuer une attitude que tous ici, chez nous, qualifient d'”arrogante”. Pour moi, ce DG demeure effectivement un “colon”, qui se préoccupe essentiellement de ses intérêts et sourcille seulement si et seulement si ceux-ci sont menacés.
    A vrai dire, on peut facilement comprendre leur fonctionnement, qui repose sur trois niveaux : au premier chef, ce sont leurs intérêts économiques qui sous-tendent leurs investissements ; ensuite le bien-être de leurs ressortissants, qui sont gérants locaux de ces investissements. Enfin, le bien-être et la sécurité de leurs interlocuteurs ici sur place.
    Hier encore, les Français critiquaient les Chinois qui recevaient en masse des Africains et leur proposaient divers contrats pour le développement de leurs pays. Au moins avec ceux-ci, on voit à gauche et à droite, comment ces infrastructures chinoises s’élèvent, même si c’est fissuré au bout de quelques mois à peine. En réalité, nos colons ne font-ils même pas pire que ces Chinois ? …qui cachent peut-être encore leur jeu ? C’est pourquoi nous devons comprendre que, pour nous donner, les Français et les autres doivent forcément traiter avec nos dirigeants (qui ont notre onction pour tendre notre main) et surtout bien les traiter. D’où le principal hic qui suscite tant de courroux de la part d’un grand nombre : si l’argent que l’AFD et les autres donnent publiquement sous forme d’emprunts aux Gabonais et autres Africains, est RÉELLEMENT destiné aux populations, pourquoi ne s’insurgent-ils pas publiquement de ne pas voir s’ériger les ponts, les routes, les hôpitaux ainsi que toutes les autres prétendues causes qui justifient l’octroi de ces prêts ? Ou alors cet argent est donné pour servir à autre chose. Mais alors, quelle est cette “autre chose” ?

  7. espoir dit :

    Heureusement que le gabonais connait déjà toute la vérité sur le pillage de nos richesses par vous et votre soutien a la famille Bongo a la maintenir au pouvoir pour préserver vos intérêts au Gabon.le reste de ce que vous pouvez dire au dela de sa ne regarde que vous même et vos pactes que vous avez signés a l’elysee avec cette famille.on ne se découragera pas parceque que nous avons tous un créateur a qui nous ne maîtrisons pas sa façon d’agir quand il s’agit de délivrer un peuple.le jour la même toi Rioux tu ne comprendras rien.dc basta

  8. espoir dit :

    heureusement que le gabonais connait déjà la vérité sur le pillage de nos richesses par vous et de votre soutien a la famille Bongo pour la maintenir au pouvoir pour préserver vos intérêts au gabon.le reste de ce que vous pouvez dire ne regarde que vous même et vos pactes que vous avez signes a l’elysee avec cette famille.on de découragera pas parce que nous avons tous un même créateur avec qui nous ne maîtrisons pas les manières d’agir quand il s’agit pour lui de délivrer un peuple.et le jour la arrivera mr Rioux.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW