Si elle s’est dite satisfaite des performances 2017 de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), la PDG du Groupe Eramet entend aller encore plus loin. Face à la presse, le 21 juin à Moanda, Christel Bories a notamment souligné que cette ambition passe nécessairement par l’amélioration des performances opérationnelles.

Christel Bories répondant aux questions des journalistes, le 21 juin 2018 à Moanda. © Gabonreview

 

Que retenir des travaux du conseil d’administration qui vient de se tenir ?

C’était un conseil d’administration très constructif, qui travaille bien. Il faut dire que les résultats de la Comilog sont bon : 2017 a été une bonne année. Avec, à la fois, des prix du  manganèse qui se sont bien portés et surtout, un travail très important réalisé par les équipes avec un record de production à plus de quatre millions de tonnes. Et, également, une amélioration des résultats de sécurité. En gros, meilleurs résultats, meilleure production, meilleure sécurité de nos employés : tout va dans le bon sens. Et 2018 s’annonce pour être encore une grande année, avec de meilleures performances opérationnelles. Et c’est cela que nous devons continuer à améliorer.

Quel regard le conseil d’administration a-t-il porté sur le projet Comilog 2020 ?

Un regard extrêmement positif ! En conseil d’administration, nous suivons à chaque fois l’évolution du projet. Aujourd’hui, il y a plus de 40 personnes mobilisées sur le projet, avec à la fois les études de terrain géologiques, de financement et de production, notamment. C’est un projet sur lequel nous portons d’espoir, d’autant que c’est un élément clé pour le développement de Comilog. Au-delà de Comilog 2020, nous avons toute une série d’idées pour continuer à améliorer la production dans le gisement Bangombé. Autant d’initiatives nous rendant optimistes sur le développement continu dans le futur.

Un mot sur le projet Maboumine…

Comme vous le savez sûrement, nous sommes à la recherche d’un partenaire. Et cette recherche avance. Nous sommes actuellement en discussions avec un opérateur très intéressé par la reprise et le développement de ce gisement, en partenariat avec l’Etat gabonais et Eramet. Les discussions avancent bien et nous espérons dans les prochaines semaines, l’on pourra convaincre ce partenaire.

 
 

2 Comments

  1. mandounkou jeannot dit :

    Pour quoi la Comilog fait un grand echo avec seulement 4 millions de tonnes par an? c’est une honte quand on sait qu’ailleurs les productions minières tournent au tour de 10 millions de tonnes par an. La france est véritablement un sous pays développé, incapable de consommer 10 millions de tonnes de manganèse par an. il faut dans ceas de figure ouvrir le minerais très gigantesque à d’autres compagnies internationales afin d’augmenter la production et de permettre aux gabonais de trouver du travail. En produisant peu vous provoquez le chomage et la baisse des recettes de l’état gabonais.

    Mali 11 millions de Tonnes de Fer par AN
    Mauritanie 10 millions de tonnes de Fer par an
    NIGER 8 millions de tonnes d’Uranium par an
    BURKINA FASO 4 Tonnes d’Or par an
    BOTSWANA 11,5 millions de tones de FER par an
    GABON 3,7 millions de tonnes de manganese par an (sauf si on ne publie pas la totalité au peuple gabonais prisonnier depuis 1960)

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW