Libreville abrite, du 19 au 23 novembre, le séminaire de formation du personnel d’encadrement sur la réforme curriculaire au collège, selon l’approche par les compétences. Une formation marquant le début de la phase expérimentale de cette réforme pour l’année académique 2018-2019.

Vue des officiels pendant le lancement du séminaire, le 19 novembre à Libreville. © Gabonreview

 

Jean-Clair Nguema Obame, Boubacar Noumansana et Blanche-Reine Mebaley prononçant leur mot de circonstance. Et, vue des participants. © Gabonreview

Le ministère de l’Education nationale a ouvert, le 19 novembre à Libreville, le séminaire de formation du personnel d’encadrement sur la réforme curriculaire au collège, selon l’Approche par les compétences (APC).

Ce séminaire est consacré à la sensibilisation et à la formation du personnel d’encadrement sur l’élaboration du curriculum et à l’utilisation des outils de cette réforme dans laquelle le Gabon est engagé depuis l’année académique 2016-2017.

Organisé avec l’appui financier et technique de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le séminaire marque ainsi l’amorçage de la phase d’expérimentation de la réforme curriculaire pour l’année académique 2018-2019, dans 10 établissements publics des neuf provinces du pays. Cette formation s’achèvera le 23 novembre. Une seconde phase, destinée aux inspecteurs et conseillers pédagogiques, formateurs d’enseignants, directeurs d’académies provinciales et responsables d’établissements en expérimentation, aura lieu du 3 au 7 décembre 2018.

«Aujourd’hui, notre monde est de plus en plus contingent au point que la globalisation s’impose comme un impératif. Notre système éducatif doit donc s’adapter à cette nouvelle donne en se diversifiant et en actualisant les connaissances des élèves», a indiqué le directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale. «Au regard du profil des formateurs et de celui des participants, je formule le vœu que les présents travaux puissent permettre à notre pays de disposer d’un pool important de formateurs qualifiés, capables de porter et de conduire la réforme cirriculaire, si nécessaire à notre système éducatif», a ajouté Jean-Clair Nguema Obame.

Selon l’OIF, il s’agit de la 7e mission au Gabon depuis que l’organisation accompagne le ministère de l’Education nationale, dans le processus de mise en place d’un socle commun de compétences et de connaissances destinées à innover au niveau du collège, les contenus des programmes de l’ensemble des disciplines, selon une approche par les compétences.

«Une composante entrepreneuriale a été ajoutée au contenu de l’encadrement, avec la constitution d’une équipe dédiée à ce volet qui sera intégré au socle. Les compétences et les situations d’intégration élaborées pour toutes les disciplines ont fait l’objet d’expérimentation sur le terrain», a souligné le représentant de l’OIF pour l’Afrique centrale. «Une session de finalisation des outils de l’année 6 a été organisé, afin d’accompagner les huit équipes disciplinaires dans la rédaction de la version finale du document curriculaire de cette année», a ajouté Boubacar Noumansana.

 
 

1 Commentaire

  1. Mahungu. dit :

    En pédagogie, les vielles marmites font de bonne sauces, mais il faut quand même les retoquer en y apportant flexibilité.
    La ”méthode circulaire”, ça sent bluff comme l’APC ou la frénésie de l’intégration des TIC.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW