Fils de l’ancien Premier ministre, Jean-François Ntoutoume Emane, Albert Ntoutoume Emane, Vice-président du Rassemblement des patriotes républicains (RPR), a été arrêté le 31 août 2018 à Oyem, au nord du Gabon.

Albert Ntoutoume Emane devrait certainement répondre des actes qui lui sont reprochés. © D.R.

 

En début de matinée, le vendredi 31 août 2018, la toile et particulièrement les réseaux sociaux gabonais étaient en ébullition. La raison : «l’un des fils de l’ancien premier ministre d’Omar Bongo» a été arrêté. Selon plusieurs sources concordantes, Albert Ntoutoume Emane, en tournée politique dans le Woleu-Ntem pour l’installation des cellules de base du Rassemblement des patriotes républicains, parti de l’opposition radicale, a été interpellé à son hôtel.

Accompagné de certains membres de son parti, il a été arrêté par la Police judiciaire et confié au B2 qui l’a ramené à Libreville, selon des sources proches du dossier.

Même si l’on ne sait pas encore le motif de cette arrestation, à ce qu’il semble, le fils Ntoutoume serait empêtré dans plusieurs affaires d’escroquerie, de vente de terrain, mais également de détournement de fonds publics. Son arrestation serait la résultante d’un non-déferrement à quatre convocations auxquelles il n’a pas donné suite.

La police judiciaire n’a donc fait qu’exécuter un mandat d’arrêt visant ce dernier qui, selon les renseignements des forces de l’ordre, tentait de quitter le pays.

Albert Ntoutoume Emane a occupé plusieurs hautes fonctions dans l’administration et les entreprises publiques gabonaises. Il a été, entre autres, directeur général du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), directeur du Contrôle financier, etc. Affaire donc à suivre !

 
 

7 Comments

  1. Anima Sana dit :

    S’il y a un gabonais facile à arrêter, c’est bien cet homme là…on le voit partout à Lbv !
    Je suis un peu dubitatif lorsqu’on dit qu’il s’apprêtait à quitter le pays. En bon fugitif, il serait parti avant d’installer ses cellules politiques.
    Bizarre, bizarre…

  2. MOIMEME dit :

    Vraiment t’el pere t’el fils jusqu’a la resemblance.

  3. Alix dit :

    soyons un peu sérieux, nous savons tous comment fonctionne ce système et aussi il est facile de deviner qui est la véritable cible dans cette histoire. Et soit dit en passant, j’ai aperçu ce Monsieur à oyem dans la soirée de jeudi entrain de vaquer à ses occupations, pour quelqu’un qui essayait de fuir son comportement était vraiment risqué et que faisait-il encore à oyem alors que la frontière se trouve aux alentours de bitam… bizare pour un figitif.

  4. beka dit :

    Donc, même six ans après les faits, la justice peut encore sévir au Gabon ?

  5. Adolf Mosséssé dit :

    Tout laisse à croire que l’imposteur Ali Bongo Ondimba est à la recherche de la goutte d’eau qui fera déborder le vase. Il faut être aveugle pour ne pas voir qu’il s’agit d’une stratégie orchestrée par le camp d’Ali Bongo.
    Evidemment Albert Ntoutoume Emane ne sera pas considéré comme un prisonnier politique, il n’en existe pas au Gabon, mais plutôt comme prisonnier de droit commun.

  6. Libérez la liberté dit :

    En grosso, la PJ d’Oyem plus active et efficace que nos amis de la capital ? il s’agit d’un nom pas de moindre quand même. Je suis au toilette en écrivant ceci.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW