Un aéronef de type Boeing 737-300 a mortellement percuté un individu, lors de son atterrissage sur la piste de l’aéroport international Léon Mba.

L’aéroport international Léon Mba, côté tarmac. © J’aime Libreville/Facebook
L’aéroport international Léon Mba, côté tarmac. © J’aime Libreville/Facebook

 

Dans la nuit du 16 au 17 juillet dernier, un aéronef de type Boeing 737-300, immatriculé A6-ESR, affrété par la compagnie Sénégal Airlines, a mortellement percuté une personne lors de son atterrissage sur la piste de l’aéroport international Léon Mba. Selon un communiqué du ministère des Transports, «l’avion avait à son bord 130 passagers et 7 membres d’équipage. Il effectuait le vol DN055 Dakar-Libreville via Cotonou. La personne percutée qui n’a pas encore été identifiée est décédée sur le champ. La dépouille se trouve en ce moment dans une maison de pompes funèbres de la place».

Informées du drame, les autorités compétentes ont diligenté une série d’enquêtes pour déterminer les conditions de survenance de l’accident afin de départager les responsabilités. «Cet accident a entraîné la fermeture immédiate de la piste», poursuit le communiqué, qui ajoute :  «À l’issue des mesures prises par les autorités aéroportuaires et l’enquête diligentée par le parquet de Libreville qui s’est rendu sur les lieux, la piste a été rouverte au trafic le 17 juillet à 7h20», avant de conclure : «Dans le prolongement de celle-ci, la direction générale de l’ANAC a tenu une séance de coordination avec toutes les entités concernées par la gestion de la sécurité de l’aéroport. Dans le respect de la réglementation de l’OACI, des dispositions ont été prises pour un trafic régulier et le renforcement de la sécurité autour de l’aéroport de Libreville».

Ce drame rarement observé permet de soulever la question de la sûreté des installations aéroportuaires de Libreville, accessibles à n’importe quel niveau, que ce soit de l’aérogare à travers les entrées principales ou par la piste d’atterrissage via les sentiers créés et donnant accès aux quartiers Alibandeng et Okala, dans le premier arrondissement de la commune de Libreville.

Il est, du reste, très fréquent, en particulier les jours de week-end, de rencontrer les populations de ces différents quartiers traversant le tarmac pour se rendre de part et d’autre des deux secteurs. Pis, il arrive que l’on croise des bêtes errantes (chiens, cabris, poulets…) sur la piste de l’aéroport international Léon Mba.

 

 
 

21 Commentaire

  1. Ari dit :

    Tout d’abord je deplore cette perte humaine, toute mort d’homme etant deplorable. S’agissant de la responsabilite de cet accident, elle revient tout simplement aux autorites competantes a tous les niveaux. Car comment concevoir qu’un aeroport soit-disant international puisse-t-il avoir des voies de passages qui permettent aux riverains de traverser la piste d’atterissage? Cela ne date pa d’aujourd’hui, autant que je sache cet aeroport a toujours eu ces sentiers, et pourquoi rien n’a ete fait jusqu’ a maintenant pour la surete de cet aeroport. La negligence, l’immobilisme, le laxisme des differentes entites passees ou presentes: les plus hautes autorites de l’Etat, de l’OACI, de l’ANAC, de l’ADL, de la SECNA, j’en passe…

    Pourtant une simple cloture ferait deja l’affaire. Un radar efficient balayant la piste permetrait a la police aeroportuaire de faire degager tout intrui. Ca se passe tout simplement comme ca dans les pays developes, mais qu’est-ce qui bloque ici au Gabon???

    Soit dit en passant, les audits y sont menees periodiquement afin de satisfaire aux exgicences, au statut d’aeroport international. Allez chercher l’erreur!!!

  2. Le maréchalat du Roi Dieu dit :

    Les autorités compétentes doivent être sanctionnées par l’OACI cela confirme qu’il n’y a aucune sécurité dans ADL. Cet homme aurait pu avoir une bombe et on aurait déploré pas un mort mais des centaines .Rien ne “marche ” dans ce pays…

  3. Nazaire Boulinguy dit :

    BIENVENUE EN REPUBLIQUE BANANIERE DU BONGOLAND

  4. NKT dit :

    Bonjour,

    Condoléances à la famille du disparu.
    dans cette histoire, toutes les entités de l’aéroport sont coupables. Comment peut on permettre qu’il y ait des sentiers qui traversent la piste d’attérissage? a ça depuis des années au vu et au su de tout le monde????? le defunt à lui aussi une responsabilité, comment et pourquoi traverser la piste?
    avec cette histoire ça démontre encore que notre aéroport n’est pas en sécurité comme on aimerait nous le faire croire.

  5. le 9 dit :

    que la terre lui soit légère.
    toutes fois, il faut ouvrir une enquête et définir les responsabilités pour apporter les actions correctives et mesurer leurs efficacités.

  6. sniper dit :

    République de merde comment un avion va percuter un individu?

  7. Nazaire Boulinguy dit :

    Et puis c’est quoi cet aéroport en plein centre-ville? Les avions volent au dessus des habitations et des automobiles!Inadmissible. On doit le fermer et en construire un autre !

  8. Stestockfr dit :

    La faute en particulier à la Haute Autorité de la sûreté aeroportuaire et l’entreprise Aéroport De Libreville (ADL). Car le 1er régule les entrées et sorties dans la zone interdite au public et le 2ème gère entre autre chose la clôture autour de la piste.
    Quel gâchis.
    Condoléance.

  9. Nza Fe dit :

    Où en est-t-on avec le dossier concernant la délocalisation de l’aéroport international Léon Mba de Libreville à Kango? Et pourtant ça aidera Ali Bongo puisqu’il pourra ainsi faire ses virées avec ses voitures de courses…

  10. Onestla dit :

    Ca il faut un bon procès dur au c… des responsables. Il y a quand même une sécurité et une sureté dans un aéroport international. On doit plus perdre des vies humaines comme ca!!!

  11. Le Boulanger dit :

    Oui, où en est-on du 2e aéroport ultra-moderne promis par le clan de buveurs de sang émergent? Ali me déçoit c’est pas possible. Un “ngounda ngoudiste” incapable d’offrir le minimum a son peuple. Pourtant je me disais que ce gars pouvait nous en mettre plein les yeux, mais dans le bon sens. Je découvre un “ngounda ngoundisme” de pacotille, des maquettes, des projets qui commencent mais qui ne se terminent jamais; Un pont de la banio inauguré en grande pompe mais financé par un papi italien de 77 ans nommé Sentullo (où est notre fierté là dedans?; Je découvre un pigeon voyageur qui ne sent pas bien au Gabon mais dont le prestige d’être appelé président lui donne des ailes; Je découvre un complexé, un détourneur professionnel, un président homme d’affaires qui ne pense qu’à son ventre. Bref, c’est la désillusion. Ali Bongo, pourquoi ai-je voté pour toi en 2009?

  12. moi même dit :

    Cete aeroport ne present pas les normes de securité depuis belles lurettes enfin quoi!!!!!!!!!!

  13. gustave dit :

    les gros bonnets la haut d’en haut ne se soucie que pour eux mêmet tant pis pour le pauvre peuple…pour eux l’essentiel c’est de se remplir les poches desmilliards…c,est sans oublier leurs adéptes et adhérents les pantins sous leurs ordres

  14. gustave dit :

    ils ont autres choses dans leurs têtes que de cloturer l’accés sur le tarmac de l’aéroport….comment peuvent-ils laisser l’aéroport sans surveillance…et ce qui est pire..les chêvres les poulets et les coqs se promenent sur la piste de l’aéroport…..mon dieu je me demande òu sont les responsable de l’aéroport….ahhh le monde est à l’envers

  15. bahia dit :

    Comment un avion peut il percuter un homme? Était il endormi sur la piste? Car pour moi c’est la seule raison qu’un àcte pareil est possible. Ou alors la personne a été tuée ailleurs et transportée sur la piste…

    • awa dit :

      Arrete un peut toi aussi,c’est un aeroport qui a au moins 100 mettre de large,si l’avion te surtout dans la premiere partis de la piste tè mort,je pense que c’etait un de nos frère inconscient qui n’avait pas pésé le risque

  16. toung zue dit :

    ah ya qu’au Gabon que l on peut voir ca

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW