HABANA

Quelques minutes seulement après sa réélection à la tête de la Chambre haute du Parlement gabonais, Lucie Milebou épse Mboussou dit attendre « au plus tard demain » la transmission par le gouvernement des ordonnances adoptées pendant l’intercession.

Lucie Milebou épse Mboussou, le 1er mars 2021, à Libreville. © Gabonreview

 

Au terme de la séance plénière constitutive organisée ce lundi 1er mars au palais Omar Bongo Ondimba, siège du Sénat, Lucie Milebou épse Mboussou a été réélue comme présidente de l’institution. Elle a obtenu 100% des suffrages exprimés (65 voix).

« Je suis très émue et très honorée que le président de la République m’ait accordé à nouveau sa confiance. Je voudrais, devant le peuple gabonais, lui exprimer ma profonde gratitude pour tout le soutien qu’il m’a toujours apporté et pour cette confiance renouvelée. Merci également à tous les collègues qui m’ont accordé leurs voix« , a réagi l’élue du département de Tsamba-Magotsi (Fougamou).

Au boulot !

Après plusieurs semaines de vacances, la présidente du Sénat qui siégera 6 ans, s’est dite d’attaque pour reprendre le travail au plus vite. Aussi, attend-elle du gouvernement qu’il s’active.

« Une des missions des parlementaires, c’est faire des propositions de lois, mais il y aussi des lois qui viennent de l’Executif. Nous nous attendons donc à ce que le gouvernement envoie dès la rentrée, donc dès aujourd’hui ou demain au plus tard, les textes, les ordonnances qui ont été adoptés en intercession. Par ailleurs, les vénérables sénateurs que nous sommes avons déjà dans nos casiers des propositions de lois« , invite la patronne du palais Omar Bongo Ondimba.

Quid des sénateurs nommés ?

Nommés 48 heures plus tôt, les 15 sénateurs choisis par le président de la République ont parfaitement été intégrés au groupe des élus. Ils ont notamment pris une part active aux différents votes au sein de l’institution. Pour Lucie Milebou épse Mboussou, leur arrivée est une aubaine pour le Sénat.

« Les critères ont été bien définis par le président de la République, dont celui d’avoir servi la Nation. Ce sont donc des personnalités qui ont déjà une bonne expérience, et dans l’administration et au niveau politique, qui viennent d’horizons divers. On attend donc à voir, au niveau de la qualité des lois, des bons textes« , se réjouit-elle.

 
GR
 

17 Commentaires

  1. Lavue dit :

    Les petits évènements n’enthousiasme jamais les gens. Tout ce qui est petit reste sans effet sur les gens, notamment les jeunes.
    On prend les mêmes et on refait les mêmes choses. Le pays piétine, fait du surface et les mêmes s’en réjouissent.
    Après on va s’en prendre à la France. Même sil indirectement elle maintient le système en place, mais on peut nous-mêmes faire avancer un peu les choses. Aucune ouverture vers les intellectuels, la société civile, les syndicalistes, les chefs traditionnels instruits, les peuples autochtones (Pygmées) etc. Au Gabon avoir servie son pays, c’est avoir fait de la politique (au sein du PDG notamment) ou avoir été nommé dans la haute administration. Quelle stupidité, c’est elle qui continue à faire un grand mal à ce pays.

    • Serge Makaya dit :

      Je veux uniquement retenir de ton POST ceci: »Après on va s’en prendre à la France. » Et que OUI, mon pauvre « Lavue ». Il faut vraiment que tu consultes un ophtalmologue. Tu as un VRAI problème de VUE.

      Venez continuer à vous moquer de moi qui m’en prends tout le temps à ces français. Je suis convaincu à 100% qu’elle est la cause principale de nos MALHEURS au Gabon et dans le reste de l’Afrique (zone CFA).

      • Serge Makaya dit :

        Ali Bongo est mort. Alors, qui tire les ficelles ? Sylvia Bongo ? Sur ordre de qui ? Encore une fois, ne SOYEZ PAS dès aveugles à ce pont.

        • Serge Makaya dit :

          Les 15 SURTOUT qui ont été choisis par Sylvia Valentin et sa bande (dont Sassou Nguessou pourrait aussi faire partie) ont comme priorité la pseudo présidentielle de 2023. Avec comme candidats quasi sur: les deux Bongo: Junior et Nourredine.

          Demain, vous me donnerez raison. Seulement, il sera trop tard.

          Je me retire.

    • Ernest dit :

      Ce n’est pas parce que Nicolas Sarkozy vient d’être condamné que la francafrique est morte pour autant. En 2009, avant la présidentielle usurpée par Ali Bongo, il avait dit que la France n’a pas de candidat, pourtant nous connaissons la suite. François Hollande qui a suivi n’a pas fait mieux. Pourtant il disait qu’il voulait mettre fin à la francafrique. Idem pour Emmanuel Macron.

      Non, cette francafrique n’est pas morte. Elle est même plus vivante qu’avant. La preuve aujourd’hui, c’est l’attitude du président du Burkina Faso. Cet homme pourtant sans casseroles se voit contraint de s’aligner au jeu malicieux du Quai d’Orsay. Et je crois que s’il a bien pris sa décision, c’est surtout pour protéger son peuple du terrorisme nourri insidieusement par ces français.

      N’oublions pas qu’au Tchad, Idriss Déby s’est vu obligé de modifier la constitution de son pays à la demande du Quai d’Orsay. Blaise Compaore qui voulait faire de même au Burkina Faso (à la demande certainement des mêmes français) s’est vu stoppé par le peuple de son pays, à la grande déception de ces français. La récente révision de notre constitution est aussi certainement voulue par les français. Comme d’ici si bien Aimé Césaire, le malheur de l’Afrique s’est d’avoir rencontré la France. La France est vraiment un démon déguisé en ange de lumière.

    • Lavue dit :

      Mon Cher Serge Makaya,

      Pour toi le seul coupable dans la situation du Gabon c’est la France. Malheureusement ça à l’air trop étroit comme analyse. Le fait de dénoncer la France matin midi soir n’y changera malheureusement rien. Les régimes peuvent se démonter de l’intérieur faut le savoir, ça il faut le comprendre et ça c’est de la responsabilité des nationaux eux-mêmes. Si j »ai un idiot ou un esclave en face de moi qui ne veut pas s’affranchir, qu’est-ce que je fais? Je le maintiens dans l’idiotisme et l’esclavagisme d’autant plus que ça m’arrange. Alors passer son temps à dire que c’est le quai d’Orsay ou quel démon français qui est seul responsable de nos malheurs ne changera rien à la situation du Gabon. Des dames comme MOULEBOU, a été dépouillée de toutes ses prérogatives en lui collant le Président de l’Assemblée Nationale et le Ministre de la Défense dans la gestion de la vacance du pouvoir, étrangement elle en ressort contente au point de remercier le Président de la République pour sa reconduction. Ailleurs elle aurait démissionnée, car elle n’a pas l’air aussi bête que ça . Elle a bien compris ce qui s’est joué. Elle n’a plus de pouvoir, on l’a simplement dégagé avec la manière. C’est désormais une simple figurante, le vrai patron en cas de vacance c’est le ministre de la défense, quelqu’un qui n’ a pas été élu par le peuple (quel danger). Est-ce que c’est la France qui a empêché à Mme MOULEBOU de démissionner, bien sûr que non. Elle aime trop ses avantages, elle se moque bien du devenir du Gabon comme beaucoup de nos parents au PDG ou en politique. Elle n’est pas la seule dans ce cas. Ce sont ces gens-là qui détruisent le pays de l’intérieur.
      Je vous rappelle que M. NZOUBA NDAMA, Président de l’Assemblée Nationale avait bien démissionné. Voilà des actes qui comptent et peuvent fragiliser un régime de l’intérieur. Il faut que beaucoup d’autres prennent leurs responsabilités. Crier chaque jour, la France, le Quai d’Orsay n’y changera rien cher ami. Par contre entreprendre des actions fortes quand on est homme ou femme politique ça peut aider à faire changer les choses. C’es t ce que nous devons faire comprendre aux lecteurs de Gabonreview et à nos populations.
      J’espère que vous m’avez un peu compris mon cher Serge Makaya. Elargissez votre spectre d’analyse, ne soyez borné dans une position figée.

      • SERGE MAKAYA dit :

        Dois-je tout le temps vous rappeler que pas mal d’hommes et de femmes politiques Gabonais, aujourd’hui pour certains d’entre eux déjà décédés, ont eu à combattre le clan Bongo en vain ? Et pourquoi d’après-vous ? Réponse : à cause de celle qui tire les ficelles depuis toujours : la pourriture FRANCE. A Ntare Nzame !!! Pourquoi vous refusez de voir la réalité en face ? Kiééééé !!! Pauvre Gabonais !!!!

  2. Julien dit :

    « Les critères ont été bien définis par le président de la République, dont celui d’avoir servi la Nation. » OU PLUTÔT D’AVOIR SERVI ALI BONGO OU LA FAMILLE BONGO. ET EN SERVANT LES BONGO, ON SERT LA FRANCAFRIQUE. Pourtant pas si difficile à comprendre ça.

  3. Isidore dit :

    Ce que je peux vous dire, en fonction de ce que je sais, c’est que la machine électorale se met petit à petit en place. Et qu’il n’y aura rien de nouveau sous le soleil. Autrement dit, nous n’aurons pas un élu comme président, mais à nouveau un pantin. Si la plus grande ruse du DIABLE c’est de nous persuader qu’il n’existe pas, sachons aussi que la plus grande ruse des français c’est de nous persuader qu’ils saints ou inoffensifs. Ils sont effectivement passé d’un colonialisme dure à un colonialisme « doux ». Et même quand c’est « doux », n’empêche que ça laisse des séquelles plus ou moins graves à la longue.

  4. ULIS dit :

    Il n’y aura jamais d’opposition au pouvoir dans notre pays. Il n’y aura jamais d’élections libre et transparence. Il n’y aura jamais de démocratie au Gabon. Malgré ses nombreuses richesses, ceux qui nous gouvernent ont ce devoir de maintenir le peuple en perpétuel mendicité. Le Gabonais doit (pour ces gens) toujours être à genou devant eux. Le Gabon restera une prison à ciel ouvert. Attendons-nous à l’arrivé d’un nouveau valet comme président.

    Je crois qu’il n’y a vraiment plus d’espoir. Jean Ping a baissé les bras, les autres « opposants », le sont-ils réellement ? Depuis qu’on propose qu’un d’entre eux puisse se lever pour prendre rassembler cette opposition, personne ne veut s’engager, à la grande joie de ceux qui tiennent ce pays d’une main de fer.

    Pour ceux qui veulent continuer à blanchir les français, allez-y ! Vous perdez votre temps. Ils ont une grande part de responsabilité dans nos malheurs. Vous pensez que cet italien avait tort de dénoncer cette France ? Eh bien, moi je vous dis non ! Il avait parfaitement raison. Une Afrique pauvre (malgré ses nombreuses richesses) arrange la France. Malheureusement, plusieurs Gabonais et Africains refusent cette vérité. Dommage ! https://information.tv5monde.com/info/l-italie-accuse-la-france-d-appauvrir-l-afrique-281421

  5. JAMES DE MAKOKOU dit :

    MOI JE CROIS QUE SI PING SE REPRESENTE LES FRANCAIS N’AURONT PLUS LE CHOIX QUE DE VALIDER LE VOTE DES GABONAIS..
    WAIT AND SEE

    • Giap EFFAYONG dit :

      @James De Makokou,
      Vous faites vraiment la démonstration de votre naïveté.Je ne vous imaginais pas aussi niais.La page Jean Ping est tournée depuis 2016,c’est de l’histoire ancienne.Quel homme sérieux peut croire que le coup d’état militaro électoral ourdi par le né Biafrais de 2016 était un acte fortuit? Que nenni,c’était connu des français jusqu’au plus haut niveau.Lorsque serge Makaya parle de l’hypocrisie des autorités françaises,il a tout à fait raison sauf qu’il se trompe sur un seul point c’est que; Ali le Biafrais est encore bel et bien vivant mais très diminué physiquement car il est devenu hémiplégique.Cela veut dire qu’une partie de son corps est atrophiée à jamais jusqu’à ses derniers jours sur terre avant de rejoindre le bouffon téké qui fut son père adoptif en enfer.La situation qui prévaut actuellement au Gabon est trop avantageuse pour les chantres du néocolonialisme français.ILs tiennent le clan Bongo Comme une hyène tient une charogne.Avez-vous entendu le né Biafrais parler négativement du franc cfa? QUe nenni! Au Gabon,la France tient absolument à garder ses marionnettes et continuer à tirer les ficelles ad vitam aeternam.Le Gabon est trop riche et l’occasion trop belle.

      • Roger dit :

        S’il était vraiment hemiplegique comme vous l’écrivez, je crois qu’il se serait quand même montré ainsi. Je défends plutôt l’idée qu’il est bien mort. Et ne vous amusez pas avec ces hypocrites de français. Ils peuvent vous faire avaler n’importe quoi.

  6. Julien dit :

    Peut-être. Mais penses-tu que l’ensemble de la classe de l’opposition va encore se ranger de son côté ? Avec ces assoiffés du pouvoir et ceux qui s’inscriront juste pour semer le désordre ?

    Et ce parti au pouvoir présentera qui ? Parce que, ne rêvons pas, Ali Bongo est ou mort ou légume ou gravement malade. Mais il ne pourra plus usurper le pouvoir avec ces amis français. Et toujours est-il que les mêmes français se choisiront un nouveau valet qu’ils imposeront au Gabon.

    Réfléchissons un peu: nous avons une armée étrangère sur notre sol depuis longtemps. Ces gens ne sont pas chez nous pour nous laisser faire comme on veut, mais plutôt comme ils veulent. Et ils sont toujours entre eux chez nous. Combien ont épousé un/une gabonais(e) ? Ils ont leurs écoles, leurs maisons de coiffures, leurs boîtes de nuit (dancing), peut-être même leurs commerces. Ils font quasiment tout comme du temps de l’apartheid en Afrique du Sud. Sauf que c’est bien déguisé tout ce cinéma.

    Alors, je vois très mal ces hypocrites de français nous laisser décider – choisir notre candidat à la présidence.

    Moi, personnellement, je suis aussi partante pour qu’il n’y ait pas d’élection présidentielle en 2023. Ne nous attendons à aucune transparence électorale présidentielle en cette date. Ces français se moquent totalement de nous africains en général et gabonais en particulier.

    Malheureusement, beaucoup d’entre nous sont et resteront toujours facilement corruptibles, venaux… Et autre chose que beaucoup d’entre vous soulignez souvent ici dans ces posts, c’est le manque d’unité de la classe politique de l’opposition et de la résistance gabonaise. La résistance gabonaise de France s’est même fortement fragilisée à cause des tensions en son sein. Ici au Gabon, Jean Ping ne fédère quasiment plus. Et plus on approche de cette nouvelle mascarade électorale présidentielle, plus certains assoiffés du pouvoir se préparent déjà en rang de bataille. A moins qu’ils le font déjà avec l’appui de l’actuel pouvoir corrompu (soutenu bien sur par la francafrique).

    Laurence Ndong de la diaspora ou le docteur Daniel Mengara du BDP auraient pu fédérer cette résistance. Mais ils jouent plutôt une partition en solo. Dommage. Car cela arrange bien le régime Bongo et la France hypocrite.

  7. Julien dit :

    Si l’ensemble de la classe politique gabonaise pouvait faire tout simplement table rase de ce passé sulfureux de notre nation, se retrouver autour d’une table et reconstruire la nation GABONAISE, ce serait une très grande VICTOIRE pour l’ensemble des gabonais.

    Mais accepteront-ils une telle rencontre ceux qui volent, qui pillent, qui usurpent les élections ? Le Gabon est à reconstruire avec l’ensemble de ses enfants (bons et mauvais), encore faut-il accepter de jouer à qui perd gagne. Car ceux qui font du tort aujourd’hui peuvent être pardonné. Mais qu’ils acceptent aussi et surtout de faire leur MEA CULPA.

  8. Jésus Christ dit :

    Mes enfants du Gabon. Dieu ne vous a pas donné le droit de faire du Gabon ce que vous êtes en train de faire actuellement. Liberez votre pays de vos esclavages que sont: l’usurpation du pouvoir, la mauvaise gouvernance, le vol, les assassinats, les hypocrisies, les mensonges, la soif du pouvoir, etc.

    Et remplissez vos cœurs d’amour, de pardon, de miséricorde, etc. Faites le bien Et vous serez récompensé pour vos bonnes oeuvres. Les oeuvres du démon vous conduiront tout droit en enfer. Beaucoup de gabonais y sont déjà. Priez beaucoup pour ne pas succomber à la tentation du péché sous toute ses formes.

  9. Yvon dit :

    Quand la vache à lait appelée Gabon ne produira plus rien, c’est alors que dame France nous collera enfin la paix. Son armée quittera même le sol gabonais pour toujours. Souhaitons VITE ce moment.

Poster un commentaire