GR

 

Le ministre de la Santé a demandé aux responsables de l’hôpital psychiatrique de Melen de confiner tous les malades mentaux de la Capitale.  Guy Patrick Obiang leur a donné 7 jours pour mener à bien cette opération.

Le ministre de la Santé a ordonné le ramassage des « fous » des rues de Libreville dans un délai de 7 jours. © D.R.

 

Peu après sa prise de fonction au ministère de la Santé, Guy-Patrick Obiang a entamé la tournée de structures hospitalières de Libreville. Lors de son passage à l’hôpital psychiatrique de Melen, il a ordonné à ses responsables de confiner tous les manteaux qui déambulent dans les rues de Libreville.  Le ministre de la Santé ne leur a accordé que 7 jours pour mener à bien cette opération.

Tantôt nus, tantôt vêtus de haillons, les malades mentaux traînent dans les rues de la capitale gabonaise. Certains y ont aménagé des abris de fortune en guise d’habitation, délaissant l’hôpital psychiatrique de Melen qui leur est dédié. Estimant que l’objectif premier de la Santé c’est le respect de la dignité, le ministre de la Santé a dit trouver le spectacle qu’offre ces malades mentaux insupportable. «C’est pourquoi je suis venu comprendre qu’est-ce qui n’allait pas, qu’est-ce qui pourrait justifier de voir autant de malades mentaux», a-t-il déclaré. «Je leur ai donc donné un délai de 7 jours pour qu’ils prennent toutes les dispositions nécessaires afin de procéder au ramassage des malades mentaux», a-t-il informé le 29 juillet.

En clair, l’hôpital de Melen a jusqu’au 5 août pour confiner tous les fous de Libreville. Guy-Patrick Obiang promet que les moyens seront mis à sa disposition pour y arriver. «Il manque quelques équipements au niveau du ministère, nous avons pris l’engagement de rapidement les mettre à leur disposition pour que les équipes puissent travailler en toute sérénité», a-t-il fait savoir.

Le nouveau ministre de la Santé, comme ses prédécesseurs, pense que l’hôpital psychiatrique de Mélen a un fort potentiel et qu’il faut lui rendre ses lettres de noblesse. «Il faudrait véritablement que cet hôpital joue son rôle pour que les populations gabonaises ne puissent plus chercher où aller consulter où se faire prendre en charge, lorsque les personnes se retrouvent avec des maladies aussi bien psychiatriques que psychologiques», a-t-il souhaité.

A ce jour, cet hôpital compte une trentaine de patients. Le chef de service psychiatrique, Dr Maxime Moulomba, n’a pas manqué de signaler au ministre certaines difficultés auxquelles est confronté son service. «Lorsque vous regardez les malades errant dans les rues de Libreville, ça veut dire qu’il y a effectivement des problèmes. Nous croyons qu’avec la venue du nouveau ministre nous trouverons des solutions à nos difficultés et faire en sorte que le nombre de malades errants puisse diminuer si ce n’est disparaître», a-t-il déclaré.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Un hôpital psychiatrique qui est une véritable POUBELLE. Vous vous moquez de ces médecins. A Ntare Nzame !!

  2. messowomekewo dit :

    C’est une très bonne décision, au moins lui a osé la prendre C’est pas normal que les malades mentaux déambulent comme cela en pleine ville Les différents ministres qui se sont succédés ces dernières années ont laissé une impression d’impuissance face à ce phénomène,il était temps que quelqu’un s’en préoccupe en fin!!!pourvu que le gouvernement lui donne les moyens, un échec à ce niveau serait celui de tout le gouvernement. En effet, l’image des fous qui se baladent , parfois en tenue d’Adam, dans les rues de notre capitale politique, dans l’indifférence totale renvoie l’idée d’une société déshumanisée. Le dégré de « civilisation » d’une société s’évalue à travers l’ état des prisons, cependant le spectacle des « fous nus »n’est valorisant pour personne d’entre nous.

Poster un commentaire