mdas

 

À 100 mètres de Nkok, dans la commune de Ntoum, deux personnes sont mortes ce jeudi 15 septembre après le dérapage du véhicule qui les conduisait et qui avait à son bord 4 personnes. Les deux autres sont dans un état critique.

Le véhicule accidenté a dû être découpé pour sortir les occupants. © L’Union

 

De type Toyota Hilux, un pick-up avec à son bord 4 personnes, «a fait un violent accident, ce jeudi matin à environ 100 mètres après son démarrage», informe le journal L’Union (en ligne). Selon ce journal, il était exactement 10h20 lorsque le pick-up de couleur blanche sortait de la Zone économique à régime privilégié de Nkok (Zerp), dans le 2e arrondissement de Ntoum, en direction de cette commune du Grand Libreville. 100 mètres après le démarrage, le véhicule aurait brusquement «dérapé sur la voie principale pour aller une première fois sur le côté avant de revenir sur le goudron et effectué deux tonneaux».

La course du pick-up aurait été freinée par un camion remorque stationné tandis que le chauffeur bloqué dans le véhicule, est mort sur le champ avec le passager assis derrière lui. Leurs corps ont été sortis du véhicule qui a dû être découpé tandis que les deux autres occupants de la voiture ont été conduits dans une structure hospitalière «dans un état très préoccupant». Excès de vitesse, mauvais de la route ou panne technique ? Les causes du dérapage restent à déterminer et selon L’Union, parmi les 4 passagers se trouvait un européen Ismaël Royo, de nationalité espagnole. L’un des deux passagers se trouvant dans un état critique.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Loozap dit :

    Nous perdons de plus en plus des citoyens dans des accidents sur la route

  2. Garvey dit :

    C’est trop! Dans un pays sérieux, le gouvernement devait convoquer des états généraux sur le bilan catastrophique actuel de notre sécurité routière.
    Les causes de ces accidents sont imputables à l’Etat qui incapable de prendre ses responsabilités. En effet, ces accidents sont causés la plupart du temps par:
    – le mauvais état de nos routes. Qui doit construire les belles routes dans un pays?
    – l’excès de vitesse. Qui doit décider de la limitation de vitesse sur nos routes? Qui doit lutter contre les excès de vitesse et punir sévèrement les « terroristes de la route »? Qui doit installer aux abords de nos axes routiers, les radars de contrôle de vitesse fixes? Qui doit équiper nos forces de l’ordre des radars de contrôle de vitesses mobiles ,des véhicules, motards, hélicoptères pour traquer ces bandits de la route? Qui doit voter les lois pour durcir les conditions d’obtention du permis de conduire en République gabonaise?
    Ce n’est pas tout d’occuper les postes juteux et pavaner en longueur de journées dans des véhicules luxueux achetés avec l’argent du contribuable; mais il faut aussi réfléchir, avoir une vision pour créer les meilleures conditions d’une conduite agréable et paisible sur nos routes.

    C’est ça qui est vérité!

  3. vice dit :

    Nous ne comprenons pas comment un véhicule pareille peut zigzager , il y a anguille sous roche.

    Il n’y a aucun président de la république au Gabon pour s’occuper de la sécurité des gabonais. Il faut rayer ce devoir de la prestation de serment et dire :
    « Je jure de tuer tous les gabonais dans les crimes rituels et dans les accidents de la circulation, pendant toute la durée de mon Septennat »

    En parallèle, une énième fille morte, a été trouvée au temple d’ESSASSA, pas loin de ngok.

    Restons encore au moyen âge.

Poster un commentaire