mdas

 

Fondée en 2014 pour accompagner les pays africains dans leur développement d’écosystèmes d’identité robustes et responsables au service du développement et de l’action humanitaire, ID4Africa s’est enrichi par de nouveaux ambassadeurs, dont deux Gabonais responsables à la direction du Projet IBOGA au ministère de l’Intérieur et à la Caisse des pensions et des prestations familiales des agents de l’État (CPPF). Ils ont récemment pris part à l’Assemblée générale augmentée de cette ONG, une réunion annuelle devenue le plus grand événement consacré à l’identité à des fins de développement en Afrique et le monde entier.

Aimé-Martial Massamba, ambassadeur ID4Africa pour le Gabon. © D.R.

 

Huguette Mboumba Moussodou, ambassadeur adjoint ID4Africa pour le Gabon © D.R.

Des hauts fonctionnaires à la direction du Projet IBOGA (Identité biométrique officielle du Gabon) et à la Caisse des pensions et des prestations familiales des agents de l’État (CPPF), représentent le Gabon dans la classe des ambassadeurs ID4Africa 2022. Fondée en 2014, ID4Africa se veut une organisation non gouvernementale (ONG), qui accompagne les pays africains dans leur développement d’écosystèmes d’identité robustes et responsables au service du développement et de l’action humanitaire. Cette année, elle a nommé 84 hauts fonctionnaires africains représentant 48 pays dans sa classe d’ambassadeurs 2022. Soit une augmentation jugée «impressionnante» par rapport à 2021 où 65 personnes étaient nommées.

Pour l’ONG, cette augmentation «reflète une approbation sans équivoque du programme par les gouvernements africains et une reconnaissance claire du rôle important que jouent les ambassadeurs dans l’écosystème de l’identité». Au nombre des nommés pour le Gabon, Aimé-Martial Massamba, directeur adjoint 1 du Projet IBOGA au poste d’ambassadeur pour le Gabon et Huguette Mboumba Moussodou, directrice de la Communication et des relations publiques à CPPF, ambassadrice adjointe. Selon l’ONG, la classe des ambassadeurs 2022 se distingue pour plusieurs raisons, dont l’augmentation de la représentation féminine passée de 24 % l’année précédente à 33 % cette année.

Répondre aux besoins d’identification

Le programme des ambassadeurs 2022 a tout aussi élargi à la demande de plusieurs gouvernements pour permettre à tous les pays africains, de nommer deux personnes au lieu d’une au rang des ambassadeurs d’ID4Africa. Un intérêt pour une plus grande représentation par de hauts fonctionnaires au sein du mouvement qui obéirait à la volonté de ces pays «d’influencer son orientation et de s’y engager activement pour s’assurer qu’il répond à leurs besoins en matière d’identification». Ce, d’autant plus que dans le programme des ambassadeurs, «c’est essentiellement l’Afrique qui prend en main les questions d’identité». Les deux ambassadeurs gabonais ont récemment pris part à l’Assemblée générale augmentée qui s’est déroulée du 15 au 16 juin 2022, à Marrakech au Maroc.

Après une interruption de 2ans due au Covid-19, cette réunion annuelle devenue le plus grand événement consacré à l’identité à des fins de développement en Afrique et le monde entier, s’est tenu en présentiel à Marrakech au Maroc sous le thème «L’identité mise en contexte : la transformation numérique débute». Au cours de cette rencontre, le Dr Joseph Atick, le PDG d’ID4Africa, a dialogué avec des dirigeants ayant des programmes d’identité en Afrique afin d’évaluer les progrès, comprendre les options envisagées et les choix qui ont été faits. Le Gabon a saisi l’opportunité de participer à un réseautage idéologique sur le rôle que joue l’identité pour permettre aux individus d’exercer leurs droits et leurs responsabilités de manière juste et équitable dans la société. Ce, dans un contexte où les pays poursuivent leur parcours de transformation numérique.

 

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire