TATIE

La famille de l’étudiant décédé le 20 décembre dernier durant les émeutes consécutives au meeting de l’opposition qui avait été autorisé puis interdit par le ministre de l’Intérieur a décidé d’attaquer la chaine de commandement devant les tribunaux. L’information a été rendue publique le 23 janvier dernier par l’avocat de la famille, Paulette Oyane Ondo.

Paulette Oyane Ondo (au centre), l’avocat de la famille, avec quelques membres de celle-ci. © facebook/djabioh

Paulette Oyane Ondo (au centre), l’avocat de la famille, avec quelques membres de celle-ci. © facebook/djabioh


 
Alors que la dépouille de Bruno Mboulou Beka, un étudiant tué dans des circonstances non encore élucidées, le 20 décembre dernier, au cours d’un meeting de l’opposition autorisé puis interdit par le ministre de l’intérieur, n’a toujours pas été inhumé les contradictions s’aiguisent, le gouvernement cherche à se dédouaner de ce crime alors que la famille aspire à connaître toute la vérité..
Au cours d’une conférence de presse tenu le 23 janvier dernier, l’avocat de la famille a expliqué que ses clients ont décidé de porter plainte contre les pouvoirs publics afin de faire toute la lumière sur les circonstances de ce décès. «On a porté plainte sur la base des instruments internationaux des droits de l’homme qui disposent qu’en cas d’assassinat, les ayants droit ont droit à la vérité», a déclaré Paulette Oyane Ondo, s’exprimant au domicile familial du disparu en présence des parents de ce dernier. «On attend qu’on nous dise qui a donné les ordres, qui a tiré bref, on veut connaître toute la chaîne qui a abouti à l’assassinat de Mboulou Beka», a-t-elle dit, précisant que la plainte a été déposée au cabinet du premier juge d’instruction. Les ayants droit de Mboulou Beka sont officiellement partie civile.
En réalité, cette plainte vise le président de la République, les ministres de la Défense et de l’Intérieur, les commandants en chef de la gendarmerie et de la police ainsi que le procureur de la République. Et pour cause : prenant appui sur les nombreux traités et accords internationaux relatifs aux droits de l’homme et à la liberté d’expression ratifiés par le Gabon, l’avocat de la famille a expliqué que le mécanisme qui a abouti à la mort de Bruno Mboulou Béka relève de la dissuasion. «L’exécution sommaire de Mboulou participe de la mécanique de dissuasion du despotisme qui gouverne le Gabon. Il est utile pour tout despotisme de répandre la peur dans les cœurs des peuples, pour mieux les soumettre. Sans cette peur, le totalitarisme disparaît. Il fallait donc tuer Mboulou Beka pour faire reculer la masse de compatriotes muselés et désireux depuis longtemps d’exprimer publiquement leur indignation contre l’imposture, le parjure, le faux et l’usage de faux et le mensonge qui sont la marque de fabrique du pouvoir politique gabonais : Mboulou Beka est donc mort pour l’exemple», a précisé Paulette Oyane Ondo, ajoutant : «La famille Mboulou Beka et les milliers de témoins présents savent que l’Etat a abattu Mboule Beka. Elle ne reconnaît donc pas qui ce soit d’autre comme assassin (…) Elle sait que c’est un agent cagoulé de la brigade anti-criminalité (BAC), qui a exécuté Mboulou Beka». «Mboulou Beka est donc tombé sur le champ d’honneur au nom de la liberté et la dignité humaine. Mboulou Beka est mort pour des principes. Il rejoint ainsi les innombrables martyrs gabonais, ces braves femmes et hommes brutalisés, humiliés, tourmentés, appauvris, rendus malades ou éliminés, alors qu’ils voulaient simplement prendre part à la vie publique de leur pays», a-t-elle poursuivi. «Mboulou Beka était un combattant de la liberté, il a voulu ce jour-là, le 20 décembre 2014, démontré son implication personnelle à l’aspiration de l’immense majorité des Gabonais et Gabonaises au changement», a-t-elle encore dit.
 

 
GR
 

0 Commentaires

  1. le blogueur gabonais dit :

    enterez le au moins et entreprenez vos demarches judiciaires. c’est pas humain cette maniere de faire.

    • Demain un jour nouveau dit :

      Pour l enterrer il faut au moins connaître les causes de sa mort. Je pense que la famille a quand même ce droit la? Pour connaître ces causes la famille a quand même le droit de procéder à une autopsie et de choisir in fine librement

      • Demain un jour nouveau dit :

        Fin du texte occulté. De choisir in fine librement son médecin légiste.

      • le Blogueur Gabonais dit :

        moi je comprend pas tout ce que vous dites la OK ils ont le droit de réclamer la justice et tout ce qui va avec , mais pourquoi ils ne prennent pas un médecin indépendant pour faire l’autopsie, je suis sure qu’ils disent on fait un collecte pour faire venir un médecin indépendant pour élucider cette situation les gabonais vont se bouger pour leur venir en aide donc c’est pas un problème de moyen car ils ont le droit c’est leur enfant mais de ,grâce il faut l’enterrer !!! pour faire au moins son deuil!

    • le 9 dit :

      c’est peut être humain pour toi d’assassiner??

    • LaForce dit :

      Son décès est un litige. La famille réclame une autopsie indépendante de celle faite par le pouvoir qui a pris un médecin payé et qui a détourné la vérité. Alors, comment le fera-t-on si on enterre le corps?
      Je me suis toujours méfié des médecins, ils prêtent serment, pratiquent le contraire, tuent volontairement des gens, refusent d’assister des gens en danger (perdu leur humanisme) selon ce que dit la loi, en gros ce sont des criminels. Et ils ne vont jamais en prison pour ça.

  2. Harvy dit :

    Ah la grande Soeur,
    La demarche est dans les normes, mais penses-tu que cette fois-ci le Tribunal sera apte à dire le Droit? j’étais juste de passage

  3. Pas Possible dit :

    Soutient Maitre Oyane. Il faut allez jusqu’au bout. On veut tout savoir

  4. Véracité dit :

    C’est saugrenu de faire la star en surfant sur la mort d’un homme. Je me questionne vraiment si Me Oyane est vraiment juriste. Elle doit commencer par circonscrire l’objet de son procès. Elle va dans touts les sens. Elle manque de lucidité car elle est obnubilée par son combat politique. C’est triste.

  5. UneVoix dit :

    Mais jusqu’à quand ? Le pauvre devrait déjà être sous terre! Et les gens qui ont organisé cette marche ne sont ils pas aussi coupable, il ne suffit pas d’accuser l’Etat, il faut ausi voir toutes les parties. Nous comprenons la peine de la famille, mais il faut trouver les vrais coupables . Il ne suffit pas d’accuser l’Etat…….

    • le villageois du KOMO ayant un acte de naissance dit :

      cher UneVoix, soyez lucide dans vos propos l’État est le seul coupable quand il déploie des barbouzes pour tirer sur des paisibles citoyen désarmés faisant une marche pacifique, au nom de la liberté…En quoi ce que marcher fait de nous des criminels, ce sont ceux qui utilisent les armes pour intimider la population qui sont les responsables de la mort de notre compatriote et c’est à eux et ce procureur chigum qui doivent répondre de leurs actes macabres devant un vrai tribunal intègre.

  6. Samyra Jaboun dit :

    Me Oyane confond et mélange tout. Arrête la politique et cherche plutôt à élucider cet assassinat. Ce serait mieux.

  7. papaly dit :

    Pour le respect de son ame de sa famille surtout pour les enfants que l’Etat nous donne la vérité des faits. Que madame ouwé demande pardon y compris son medecin legiste et l’affaire sera clos…

  8. Le Gabonais dit :

    Les charognards qui, aujourd’hui, se couvre de haillons de démocrates sous le label d’une opposition radicale ne sont-ils pas les mêmes qui avaient tué Martine Oulabou, et qu’ils ont traité comme une sous-espèce animale? Le vrai Juge vous jugera le moment venu. Bande de voyous charognards. Croyez-vous vous faire une réputation d’honnêtes personnages sur le cercueil de quelqu’un qui est mort à cause de vos calculs sataniques?

  9. Le Gabonais dit :

    Oyane Paulette est la concubine de Christian Bongo, qui passe pour être un opposant au régime dont tous les deux ont tiré des avantages matériels et financiers colossaux. Mais de quels opposants et de quel régime s’agit-il? Elle s’agite pour rien.
    Qu’elle nous donne les identités des six personnes tuées le 20 décembre 2015, et dont elle a parlé sur leur chaîne néocoloniale France 24.

    • imagine56 dit :

      En quoi cela te concerne -t-il que Paulette soit la maitresse de Christian Bongo, en quoi ça nous interesse, pendant que tu y es
      dis nous aussi quel est la couleur de sa lingerie.
      Elle fait consciencieusement son job, tes spéculations sont vaines…bientôt vous allez aussi envoyer des gens chez elle?
      et quel sort resservez vous à Christian la photocopie de Bongo Père, le vrai fils de OBO?

  10. Lepositif dit :

    Vos declarations Me Oyane ressemblent plus a discours politiques, on aurait dit que vos clients sont les leaders du Front: »L’exécution sommaire de Mboulou participe de la mécanique de dissuasion du despotisme qui gouverne le Gabon. Il est utile pour tout despotisme de répandre la peur dans les cœurs des peuples, pour mieux les soumettre. Sans cette peur, le totalitarisme disparaît. Il fallait donc tuer Mboulou Beka pour faire reculer la masse de compatriotes muselés et désireux depuis longtemps d’exprimer publiquement leur indignation contre l’imposture, le parjure, le faux et l’usage de faux et le mensonge qui sont la marque de fabrique du pouvoir politique gabonais : Mboulou Beka est donc mort pour l’exemple ». Vous prechez pour votre chapelle et pas celle de la recherche de la verite. Vous avez la, encore une petite opportunite de vous mettre au devant de la scene…vous ne pouvez pas la rater celle-la.

  11. Le cassique dit :

    Et l’instrumentalisation continue.
    RIP Mboulou Beka.

  12. james265 dit :

    Bon ce que je déplore, c’est le manque de cohésion venant de la part de la famille, l’instrumentalisation du décès de ce jeune à des fins politiques n’est pas bonne, une enquête est en cours, il faut attendre les conclusions de cette enquête pour pouvoir entreprendre certains démarche, on ne réjouis pas du malheur des autres et je présente à toute la famille mes plus sincère condoléances. mais sur quoi, la famille porte plainte, sur quels faits? à t on la preuve que c’est le pouvoir qui à commandité cet assassina? rien n’est moins sûre? qui ne vous dis que c’est un règlement de compte ? donc je pense que cela ne repose sur rien. Attendons les conclusions de l’enquête.

  13. Blaise nicolas dit :

    Rip a toi mbolulou beka que Dieu te garde

  14. Blaise nicolas dit :

    Que Dieu t ‘accueil mboulou beka

    • Neto dit :

      Porter plainte contre l’Etat, c’est une manière d’empêcher la justice de faire son travail. Les intérêts de la famille et ceux de leur avocat sont diamétralement opposés. Pour faire éclater la vérité elle aurait dû leur proposer la plainte contre x. Si l’Etat est accusé d’emblée, plus personne ne saura la vérité. A croire qu’elle veut protéger les vrais coupables en brouillant les pistes. Une procédure est déjà en cours avec le parquet, A quoi ça sert d’en ouvrir une qui aboutira à un non lieu. Si La police, par miracle (nous avons vu les images) est accusée, il faudra alors prouver que c’était intentionnel (souvenez-vous de l’affaire du jeune Français tué ds les manifestations par une grenade).
      A mon avis la famille doit se ressaisir et éviter d’être mal conseillée par des avocats peu scrupuleux. A bon entendeur salut!
      Repos éternel à notre regretté frère MB.

  15. imagine56 dit :

    Bien sur , une enquête est en cours , comme les précédentes qui n’aboutissent pas.
    Paulette Ngone ye Egong fais ton job petite sœur
    et t’occupes pas des remarques des gens qui ne veulent pas qu’on parle de l’assassinat de Mboulou Beka, nous savons qu’il a été assassiné et la famille aussi, c’est le plus important.

  16. Mike Gabonais dit :

    Moi j’aimerai juste savoir si le tribunal se déclarera comptant pour retenir cette plainte et se saisir du dossier.
    Enfin excusez mon ignorance.

  17. Jean Charles Mba dit :

    Les circonstances de la mort de notre compatriote sont inconnues. Et pourtant, on rerouve dans les propos de l’avocate une accusation, même pas une supposition, mais une accusation. C’est une abérration. Sur quoi l’avocate se base pour porter une accusation aussi grave ? C’est insensé !

  18. ndinga Claude dit :

    A mon humble avis , la vérité est qu’un gars du quartier, a qui MB devait 1000cfa est venu l’ exciter en public,ou encore un de ces condisciple a qui il avait emprunté un effaceur de crayon est venu le butter devant tout le monde. Les gabonais étroits d’esprits doublés d’une hypocrisie caractérisée maladive , nous parlent d’enquête en cours, de règlement de compte, de justice , démocratie et mon cul sur la commode . 47 ans de conditionnement c’est pas rien . La PAUVRETÉ rend malhonnête . Je passais par là.

Poster un commentaire