TATIE

Les syndicats du ministère des Affaires sociales ont déclenché un mouvement d’humeur le 12 janvier à Libreville. Ils réclament notamment le paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP) et celle du Covid-19.

Les syndicats du ministère des Affaires sociales ont mis la pression sur Prisca Koho Nlend, en entrant en grève le 12 janvier 2021 à Libreville. © Facebook

 

Exaspérés par le non aboutissement leurs revendications, les syndicats du ministère des Affaires sociales sont entrés en grève le 12 janvier à Libreville. Les agents réclament le paiement de la Prime d’incitation à la performance (PIP) et celle du Covid-19, ainsi que la régularisation des situations administratives.

«Nous, travailleurs des Affaires sociales, après avoir attendu depuis le 2e trimestre 2015 le paiement de la PIP, nous avons décidé à travers les quatre syndicats les plus représentatifs (Synatrass, Synapf, Synedaf et Sytas, ndlr), de nous retrouver pour prendre une décision unanime qui va amener le gouvernement à comprendre qu’il n’est pas seul sur la piste de danse», a déclaré le président du Syndicat national des travailleurs du secteur social (Synatrass) dans La Loupe du 13 janvier.

Roger Ondo Abessolo est d’autant plus remonté que les investigations des syndicats ont révélé que le dossier sur le paiement de la PIP serait en règlement au niveau du Trésor public depuis l’année passée. Pourtant, les agents ne sont toujours pas entrés en possession de leur dû. Les agents des Affaires sociales ont annoncé un sit-in au Trésor public le 18 janvier prochain. A Prisca Koho Nlend de trouver les voies et moyens de désamorcer cette grève.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire