mdas

Les ministres de l’Économie des États de la sous-région d’Afrique centrale ont convenu le 10 août au Cameroun, de la fusion de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale, d’ici la fin de 2023.

La fusion de la CEEAC et de la Cemac permettra d’éliminer la rivalité qui a contribué à faire de l’Afrique centrale la région la plus pauvre parmi les groupes économiques africains. © D.R.

 

Animés par l’ambition de favoriser l’intégration régionale, accélérer la transformation économique et faciliter le développement, les ministres de l’Économie de la région d’Afrique centrale, réunis au Cameroun le 10 août, ont approuvé le projet de fusion constitution de la CEEAC composé de 11 membres avec la Cemac, composée de six membres. Une cellule de pilotage dirigée par le ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire du Cameroun, Charles Assamba Ongodo a été mis en place pour accélérer l’effectivité de ce processus prescrit par les chefs d’État de la sous-région.

L’objectif est de parvenir à éliminer la rivalité qui a contribué à faire de l’Afrique centrale la région la plus pauvre parmi les groupes économiques africains. «La sous-région sera plus intégrée, plus compétitive, efficace et suffisamment forte pour rivaliser avec les autres régions. Nous avons des pays plus forts en Afrique centrale qui pourraient pousser les autres », a déclaré Charles Assamba Ongodo, estimant que la disparition des deux institutions historiques va contribuer de manière significative au renforcement du processus d’intégration en Afrique centrale.

Le commerce transfrontalier entre les États d’Afrique centrale est estimé à moins de 5 % contre une moyenne continentale d’environ 20 %. La région manque de communications terrestres, aériennes et maritimes développées, ce qui constitue un énorme obstacle à l’intégration. Selon l’Union africaine la CEEAC et la Cemac constituent un marché de plus de 240 millions d’habitants et la région la moins intégrée d’Afrique.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire