mdas

 

Détenteur d’un agrément de commerce de vente de matériel informatique, la société JDS Technologies n’a jamais été habilitée à collecter l’épargne des citoyens, même si elle le faisait en promettant des rémunérations exceptionnelles. C’est ce que fait savoir ce mercredi 14 septembre le ministère de l’Économie et de la Relance qui appelle à la «vigilance et invite à s’abstenir de conclure toute transaction» avec cet opérateur économique.

Landry Nze Essame, patron de JDS Technologies, n’a jamais été, via sa société, habilité à collecter l’épargne, selon le gouvernement. © Capture d’écran/Facebook

 

Visiblement, l’expérience de BR Sarl dont les responsables se sont évaporés avec les épargnes des citoyens n’a pas servi de leçon. Le ministère de l’Économie et de la Relance a de nouveau tiré la sonnette d’alarme, le 14 septembre. Il met en garde contre la société JDS Technologies qui «use de diverses stratégies pour collecter l’épargne des citoyens».

Pourtant, «malgré les appels à la vigilance lancés à l’endroit du public et les menaces de sanctions formulées à l’encontre des contrevenants, des opérateurs économiques dépourvus d’agrément usent de diverses stratégies pour collecter l’épargne des citoyens en promettant des rémunérations exceptionnelles», déplore le département dont a la charge Nicole Janine Lydie Roboty, épouse Mbou.

Le doigt accusateur est pointé sur la société JDS Technologies, «titulaire d’un agrément de commerce de vente de matériel informatique qui aurait recruté sur les derniers mois des milliers d’investisseurs». Le ministère appelle donc «à nouveau les usagers à la plus grande vigilance et les invite à s’abstenir de conclure toute transaction avec tout opérateur proposant des taux de rendement exorbitants».

Il assure que la lumière sera faite sur la nature exacte des activités de cet opérateur économique, invitant par ailleurs les usagers se sentant victimes d’un abus de confiance et ne pouvant recouvrer à l’amiable leur investissement, à saisir individuellement ou collectivement les instances judiciaires compétentes.

 
GR
 

5 Commentaires

  1. Loozap dit :

    Alors si l’ordre vient du ministère, il n y a qu’à passer à exécution

  2. Irodebaramatche dit :

    Chaque fois que quelqu’un qui n’est pas du système essaie de s en sortir….
    BRSarl avait toutes les autorisations et surtout tous les supports du système, on a vu ce que cela a produit.
    Pour moi, plutôt que vilipender un compatriote (chaque fois que le gouvernement rejette un projet, il faut se poser les bonnes questions….), l’Etat devait tout faire pour inviter JDS à se conformer et à encadrer cette entreprise.
    Sauf erreur de ma part, il n y a pas d impayés ou de mauvais traitement à ce jour. Un journaliste doit analyser ou étudier avant de poster.

    • Paul Bismuth dit :

      JDS n’ayant pas d’agrément pour poursuivre un objet social autre que la vente de matériel électronique, cette entreprise devrait donc s’en tenir à son objet social initial. Le Gouvernement fait bien d’attirer l’attention des gens sur cette situation. Et, je crois d’ailleurs qu’il devrait sanctionner JDS, si l’entreprise ne se mettait pas en cohérence avec la légalité.

  3. aze dit :

    Le rôle des médias a été morbide dans ses affaires.
    URBAN FM et autres doivent être poursuivi aussi.

  4. Prisca dit :

    Les activités de jds n’ont jamais été cachées bien au contraire traire médiatisée personnes n’avaient jamais rien dit c’est Gabonais il loge à Libreville moi je suis partenaire si vous l’arretez et si vous fermez l’entreprise qui nous remboursera avez vous réfléchi à ça. Pourquoi il faut toujours que d’autre personne réfléchissant à votre place cela fait 2 ans que jds existe il suffit que les activités qui ne vivent pas au gabon mettent leur nez vous caspillez le travail des combien de Gabonais sont salariés de jds combien ont vu leur vie changer .enfin ce n’est que mon humble avis Pitié Pitié Pitié mon Dieu comme pouvait le chanter notre grand chanteur Pierre clavier Aguenegue

Poster un commentaire