TATIE

L’association des Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLU Afrique) a écrit au ministre de l’Intérieur, le 11 septembre, au sujet de l’arrestation de son président et maire de Libreville. Cette organisation souhaite avoir la bonne information sur ce qui est reproché à Léandre Nzue mais surtout, négocier un règlement à l’amiable.

Le CGLU Afrique souhaite trouver une solution à l’amiable avec Lambert-Noël Matha, au sujet de l’arrestation de Léandre Nzue (centre). © uclga.org

 

Informée de l’arrestation de son président, l’association des Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLU Afrique) a écrit au ministre de l’Intérieur, le 11 septembre. Le secrétaire général de cette organisation a saisi Lambert-Noël Matha pour «avoir la bonne information» et tenir le leadership de CGLU Afrique au courant de «ce qui se passe réellement» par rapport à Léandre Nzué. Cette correspondance de Jean Pierre Elong Mbassi vise également à explorer avec le ministre de l’Intérieur, «les possibles mesures d’apaisement à mettre en œuvre».

Le 11 septembre, le maire de Libreville a été convoqué à la Direction générale de la contre-ingérence et de la sécurité militaire (DGCISM), communément appelé B2, avant d’être placé en garde à vue. Léandre Nzue serait accusé de détournements à la mairie de Libreville dont il est l’édile depuis mars 2019. Certaines indiscrétions évoquent la découverte des faux mandats correspondants à des décaissements de 33 millions de francs CFA effectués par mois qui gonflaient la masse salariale de la mairie au profit du maire.

«Le maire de Libreville représente l’ensemble des maires et élus des villes et territoires d’Afrique, et son arrestation éventuelle ne peut laisser indifférente la communauté des collectivités territoriales. C’est la raison pour laquelle j’ai été instruit, en tant que Secrétaire Général de CGLU Afrique, de m’enquérir de la situation auprès des personnes les plus autorisées au Gabon, et d’en faire rapport au Comité Exécutif de CGLU Afrique pour que ce dernier définisse la conduite à tenir. Il m’a également été demandé de voir avec les autorités concernées dans quelle mesure les éventuelles poursuites pourraient connaître une issue amiable dans le cadre du respect de la libre administration des collectivités territoriales et des lois et règlements correspondants», a écrit Jean Pierre Elong Mbassi.

Le CGLU Afrique espère ainsi que les autorités gabonaises seront favorables à sa demande, comme l’ont été celles d’autres pays où des membres de l’association se sont retrouvés dans une situation similaire à celle de Léandre Nzué.

«Au cours des années récentes, notre organisation a été confrontée à des situations similaires avec les arrestations de l’ancien Maire de Dakar ; et de l’actuel maire du District de Bamako. À chaque fois, CGLU Afrique a mobilisé ses membres en Afrique ainsi que leurs homologues d’autres régions du monde afin que les maires ne soient pas inquiétés dans le cadre de l’exercice de leur mandat d’élus locaux et de leaders de collectivités. Autant que possible, nous nous sommes efforcés de dialoguer avec les autorités nationales concernées pour que les tensions créées par l’arrestation des maires concernés ne se transforment pas en crise ouverte préjudiciable à tous. C’est pourquoi chaque fois, autant que possible, CGLU Afrique a travaillé à la recherche de la conciliation et de l’apaisement dans le cadre du respect des lois et règlement», a souligné Jean Pierre Elong Mbassi. Lambert-Noël Matha sera-t-il réceptif à la sollicitation du CGLU Afrique ? Dans tous les cas, ça ne sent pas bon pour Léandre Nzue.

 
GR
 

6 Commentaires

  1. Nomi Rembongo dit :

    un seul mot, INGÉRENCE !!!
    Ce monsieur doit répondre de ses actes et être traité
    Conformément au droit et a la légalité.

  2. Jean jacques dit :

    J’attend te lire dire la même chose avec ton ping qui a pris l’argent du projet Bilinga.

  3. Endundu dit :

    CGLU ne doutez pas vos naseaux dans des affaires de prédation, vol détournement et blanchiment d’argent public orchestré par un édile d’une ville, fut- il membre de votre association. L’affaire est aux mains de la Justice du Gabon. Attendez de voir la suite, que de vous masturber déjà. Le Gabon n’a que trop souffert des comportements déviants et des écarts de conduite de certains compatriotes à qui a été léguée une partie de l’autorité de l’Etat. Abstenez- vous d’écrire au Ministre de l’intérieur, vous n’aurez pas gain de cause. Oooooh !!!

  4. Endundu dit :

    … CGLU, ne foulez pas vos naseaux ….

  5. Malick dit :

    Vous aimez PING hein. C’est bien comme tactique de tester l’aura du leader charismatique.

  6. Mbeda Mboma dit :

    Pour quoi il n y a qu aujourd’hui qu on attend parler de ce « machin » et pourquoi gabonreview n a pas l habitude de faire une présentation de ces « machin » avant de les publier dans ses colonnes. vous pondez des organisation au gres de vos soucis et vous venez nous les balancer comme ça.

Poster un commentaire