GR

Pourtant prélevées chaque mois sur leurs salaires, les cotisations sociales des agents contractuels de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires (ARTF) n’ont pas été reversées depuis huit ans, ni à la CNSS ni à la CNAMGS, au point de susciter le courroux de la directrice générale Karine Arissani, qui promet de faire toute la lumière sur la question.

Où va l’argent des cotisants de l’ARTF ? Cette question était au centre de l’assemblée générale des agents contractuels de la structure parapublique, jeudi 20 février, à son siège sis à Owendo. Prélevé sur leurs salaires tous les mois, cet argent ne serait reversé ni à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ni à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). Leader syndical à l’ARTF, Dany Mvouma précise que cette situation dure depuis huit ans.

À la tête de cette structure parapublique depuis six mois, Karine Cécilia Arissani qui, à en croire les agents, œuvre à maintenir un climat social des plus apaisés au sein de la boîte en régularisant notamment la situation des salaires et en rendant possible le paiement de certaines primes, entend voir clair dans cette affaire. La secrétaire exécutif de l’ARTF juge en effet «inadmissible que la CNSS et la CNAMGS ne soient pas payées» depuis de si longues années. Aussi, assure-t-elle avoir inscrit le règlement de cette situation parmi ses dossiers prioritaires.

«Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Ce sont des compatriotes», s’est-elle interrogée, disant avoir pris connaissance des documents relatifs à cette affaire à la CNSS et à la CNAMGS. «[J’appliquerai] jusqu’au bout les consignes qui m’ont été données par rapport à l’ARTF», promet Karine Cécilia Arissani sur la télévision Gabon 1ère.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire