TATIE

Le ministre du Commerce a visité la Coopérative des produits artisanaux de Mbigou (Coopam), le 5 août à Libreville. S’il s’est imprégné des difficultés de cette structure, Hugues Mbadinga Madiya a surtout fait part de son ambition de faire de l’artisanat un maillon de la relance de l’économie.

Hugues Mbadinga Madiya entend faire de l’artisanat un pilier de la relance de l’économie. © discover-afrika.com

 

Investi de la mission de participer activement à la relance de l’économie, le ministre du Commerce mise en partie sur l’artisanat pour atteindre cet objectif. Hugues Mbadinga Madiya l’a signifié aux membres de la Coopérative des produits artisanaux de Mbigou (Coopam), lors d’une visite au siège de cette structure le 5 août à Libreville.

«Le président de la République nous a demandé d’accélérer la relance de l’économie, notamment avec les projets que nous sommes en train de mener sur la chambre des métiers de l’artisan. Il s’agit d’une structure très importante qui permet de mieux structurer vos actions et faire en sorte que l’artisan puisse vivre de son œuvre», a souligné Hugues Mbadinga Madiya sur Gabon 1re.

Par ailleurs, le visite de ministre du Commerce au Coopam lui a permis de s’imprégner des difficultés de cette structure vieille de 40 ans et spécialisée dans la sculpture de la pierre de Mbigou. Le président du Coopam a notamment déploré la mise en application d’une loi par le ministère de la Culture limitant la sortie de œuvres à un quota réduit à quatre objets artisanaux par les  touriste.

«Nous manifestons le vœu que vous puissiez intervenir en notre faveur auprès des hautes autorités concernées pour qu’un amendement de cette loi soit effectif, laissant passer le nombre de quatre à 10 œuvres au moins», a espéré Pierre Kotana Mombo. Prenant acte de cette demande, Hugues Mbadinga Madiya entend prioritairement se battre pour favoriser l’accès des produits du Coopam aux marchés locaux et internationaux, dans le cadre de la mission dont il a été investi.

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire