TATIE

Les assassins de Harouna Sidy Sy, l’épicier sénégalais de 51 ans tué le 21 août à Franceville ont été arrêtés et placés en détention préventive le 28 août. Vu la gravité des faits, Chadrel Merlans Kotoma et ses trois complices Gloirdy Boussougou, Chabrol Alvin Mayi Missie et Yorrick Noël Lengogo Matha risquent la réclusion criminelle perpétuité.

Les quatre assassins de Harouna Sidy Sy, arrêtés par les forces de l’ordre à Franceville, le 28 août 2020. © D.R.

 

Sept jours après leur acte crapuleux, les assassins du ressortissant sénégalais Harouna Sidy Sy tué le 21 août à Franceville ont été appréhendés par les forces de l’ordre, grâce aux aveux de Chadrel Merlans Kotoma, l’un des membres du gang arrêté peu après le forfait. Chadrel Merlans Kotoma et ses trois complices Gloirdy Boussougou, Chabrol Alvin Mayi Missie et Yorrick Noël Lengogo Matha, tous âgés de moins de 25 ans, ont été immédiatement placés en détention préventive à la prison de Franceville.

Les quatre malfrats avaient froidement assassiné à coup de machette, Harouna Sidy Sy, un épicier sénégalais de 51 ans, à la cité Salcost, non loin de la mairie du 3e  arrondissement de la commune de Franceville. Ils se sont présentés à l’épicier pour effectuer un achat rapide, alors qu’il s’apprêtait à fermer son épicerie. Sans broncher, Harouna Sidy Sy a accepté d’ouvrir la porte vu qu’il connaissait l’un des gamins. C’était sans compter sur leur cynisme. Une fois dans la boutique, Chadrel Merlans Kotoma, le cerveau du gang a sorti une machette et a agressé sauvagement l’épicier.

En dépit de la gravité des blessures, Harouna Sidy Sy a pu s’agripper au cou de son agresseur, avant d’être secouru par les voisins. Ces derniers ont neutralisé Chadrel Merlans Kotoma. Au regard de la gravité des faits, Chadrel Merlans Kotoma et ses complices risquent la réclusion criminelle à perpétuité.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Gayo dit :

    Meme dans la province des plus riches et plus puissant du Pays les jeunes se livrent a la grande delinquance. C’est sous Ali Bongo que les jeunes gabonais ont ete inities dans le grand banditisme.

  2. Loic Essono dit :

    La délinquance juvenile est partout. Meme dans les endroits les plus surs en theme de securite dans le monde, on y trouve des faits les plus grave. Aujourdhui, les gens commettent les crimes les plus sordides pour des histoires banales.

Poster un commentaire