HABANA

La deuxième session ordinaire de l’année 2020 à l’Assemblée nationale a été clôturée le 30 décembre, par un discours-bilan du président de cette institution, Faustin Boukoubi. Fidèle à ses habitudes, le patron de la représentation nationale a davantage interpellé et invité le Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, à apporter des solutions aux préoccupations quotidiennes des Gabonais, avant d’honorer l’œuvre de Lucie Milébou à la tête du Sénat pendant la 4e législature.

Le président de l’Assemblée nationale a clôturé la deuxième session ordinaire de l’année 2020 de cette institution, le 30 décembre 2020. © Gabonreview

 

La 2e session ordinaire de l’année 2020 à l’Assemblée nationale a été clôturée le 30 décembre, par le président de cette chambre du Parlement, Faustin Boukoubi. S’il a fait le bilan des projets et des lois examinés par cette chambre, il a davantage invité le Premier ministre à rechercher des solutions idoines aux problèmes minant le quotidien de la population, avant d’honorer le président du Sénat, Lucie Milébou, pour son action à la tête de cette institution.

Faustin Boukoubi a invité le Premier ministre à «prendre le taureau par les cornes pour améliorer l’état de notre réseau routier et des voiries urbaines ; pour assurer l’alimentation en eau potable de nos quartiers aussi bien sous-intégrés que prétendument huppés ; pour éradiquer le désastre causé dans les plantations et même des villages par nos chers pachydermes, car même si votre ministre déclare partager cette préoccupation, la désolation est grandissante au sein de la population, face au peu de résultats des solutions esquissées ; prenez le taureau par les cornes pour relancer résolument l’économie, afin d’atténuer les conséquences sociales des crises». Il a également indiqué qu’«afin de ne pas briser les cornes du taureau» et pour éviter d’«inciter au saupoudrage», il suspend son exhortation à ces quelques priorités saillantes, sachant que les autres préoccupations de la population ne constituent pas non plus des secrets.

L’autre fait saillant de cette journée a été l’hommage de l’Assemblée nationale au président du Sénat, Lucie Milébou dont le mandat entamé en 2015, arrive bientôt à terme. «Je ne saurais passer sous silence le fait que dans la droite ligne de vos illustres prédécesseurs, votre action a su renforcer l’encrage du Sénat dans l’architecture institutionnelle de notre pays. La contribution de cette institution à la fabrication et à l’enrichissement de la loi est aujourd’hui incontestable», a déclaré Faustin Boukoubi.

Il a également salué l’action menée par cette chambre du Parlement pendant le 2e semestre 2018, après le constat fait par la Cour constitutionnelle de la fin du mandat des députés de la 12e législature. Pour marquer d’une pierre indélébile cet hommage, madame Lucie Milébou a été décorée de la médaille de reconnaissance de l’Assemblée nationale pour l’œuvre accomplie en faveur de cette institution et de la nation entière.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    Chambre haute ou basse, députés et sénateurs, vous vous êtes remplis les poches . Tout pour vous et rien pour le peuple pour lequel vous êtes censés travailler. Pitié de vous. Vous êtes une honte pour le peuple gabonais. A Ntare Nzame !!

Poster un commentaire