HABANA

 

Le parlement du Rwanda accueille, depuis le 25 mai, la 12e Conférence des présidents d’Assemblées et de sections de la région Afrique de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (APF). Le Gabon y est représenté au plus haut niveau par le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi.

Le président de l’Assemblée nationale du Gabon, Faustin Boukoubi, prononçant son discours à Kigali. © D.R.

 

Les présidents des Assemblées et sections de la région Afrique de l’Assemblée parlementaire de la francophone (APF) sont, depuis le 25 mai, à Kigali au Rwanda. Ils prennent part à leur 12e conférence devant se terminer le 28 mai prochain. Le Gabon est représenté à cet événement regroupant près de 90 participants, malgré le Covid-19, par le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi.

À l’ouverture des travaux, Faustin Boukoubi, président de séance intervenant au nom de Amadou Soumahoro, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire et de l’APF, a rappelé : «la conférence des présidents de l’APF est un cadre de rencontre destiné à nous permettre d’échanger, entre Parlementaires de la Région Afrique, sur les enjeux de la coopération interparlementaire en général et de la francophonie en particulier, mais également sur les questions d’actualité».

Le président de l’Assemblée nationale du Gabon a fait savoir que «les crises sociopolitiques et sécuritaires dans notre région placent notre continent au cœur de l’actualité mondiale et appellent, de la part de la Communauté parlementaire africaine, une attention soutenue et un intérêt particulier, au nom de la protection de la vie humaine et de la sauvegarde de la paix dans cet espace».

Rappelant que la conférence de Kigali se tient dans un contexte particulier où «l’ordre mondial est rudement mis à l’épreuve, depuis l’avènement de la pandémie liée à la Covid 19» et que «les bouleversements occasionnés ont entrainé de grands changements, qui ont affecté toutes les prévisions et mis le monde entier dans une incertitude», Faustin Boukoubi a conseillé :  «nous ne devons pas baisser les bras et nous devons continuer à nous donner la main, car c’est ensemble, en toute solidarité, que nous amènerons les pays du continent africain à prendre toute leur place dans le concert des nations».

Pour cette session, l’agenda prévoit des travaux consacrés à la situation politique, sociale et sanitaire dans les pays francophones. Les assises porteront également sur le comité interparlementaire G5 Sahel, ainsi que sur la contribution des parlements africains aux effort de relance économique post-Covid-19.

 
GR
 

3 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    A écouter (ou lire) ce ridicule Boukoubi Faustin, notre pays ne va mal qu’en période de pandémie. En dehors de cette crise sanitaire, tout baigne dans l’huile au Gabon ? A Ntare Nzame !! Pitié de toi mon fils. Quand le pays sera libéré totalement, il ne faudra surtout plus des gens comme vous à tous les postes ministériels. Vous êtes de la merdes, et la merde ça sent vraiment mauvais.

    Au Gabon, nous avons maintenant besoin de personnes qui SAVENT SE SACRIFIER POUR LEUR PEUPLE, et non d’éternels menteurs qui vivent au dépend de ceux qui les écoutent. ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE avec vos mensonges éternels.

    Souhaitons une prompte libération du Gabon. Puissions nous avoir une nouvelle classe politique dirigeante et soucieuse d’abord du bien être de l’ensemble des gabonais.

  2. Mwalimu Alngomault dit :

    Macron sera là-bas avec notre boss?

Poster un commentaire